Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Urvoy.
Yves Urvoy
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Enfant
Autres informations
Distinction

Yves-François-Marie-Aimé Urvoy (1900-1944) est un officier et historien français dont l’œuvre a porté sur les colonies françaises d’Afrique.

Sommaire

BiographieModifier

De 1926 à 1929 il effectue une mission en AOF comme géographe et topographe.

Sous l’Occupation il fut membre de la Légion française des combattants et directeur de l’Institut national de formation légionnaire créé en janvier 1942. Avec François Perroux il a créé un groupe de réflexion « Renaître » pour structurer l’idéologie du régime. Il est abattu par la Résistance de Lot-et-Garonne en 1944.

Dominique Urvoy, dans l'ouvrage qu'il consacre à son père, avance l'hypothèse que son assassinat aurait eu pour cause une rumeur infondée, née de la confusion entre l'École des cadres d'Uriage et le centre de formation de la milice qui lui a succédé[1].

Il a reçu la Francisque[2].

ŒuvresModifier

  • Petit atlas ethno-démographique du Soudan, entre Sénégal et Tchad- Larose (1942)
  • Les bassins du Niger : étude de géographie physique et de paléogéographie Larose (1942)
  • Histoire des populations du Soudan central colonie du Niger- Larose (1936)
  • Renaître Essais avec François Perroux-Éditions de la Renaissance européenne (1943)
  • Le Syndicalisme base d'une organisation communautaire économique dans le monde de demain
  • La Révolution du XXe siècle et la France, Presses universitaires de France (1942)
  • Chronique d’Agadès

RéférencesModifier

  1. Dominique Urvoy, Yves Urvoy (1900-1944). Africaniste et penseur, Éditions Godefroy de Bouillon, 2017.
  2. Henry Coston, L'Ordre de la Francisque et la révolution nationale, Paris, Déterna, coll. « Documents pour l'histoire », (ISBN 2-913044-47-6), p. 175.

BibliographieModifier

  • Dominique Urvoy, Yves Urvoy (1900-1944). Africaniste et penseur, Éditions Godefroy de Bouillon, 2017.

Liens externesModifier