Ouvrir le menu principal

Yann Le Meur

PDG, enseignant, musicien et auteur breton
Ne doit pas être confondu avec Yann Lemeur, joueur de rugby à XV.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Meur.
Yann Le Meur
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
Yann MeurVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Distinction

Yann Le Meur, né en 1956 et natif de Châteauneuf-du-Faou, est président directeur général de la société Ressources consultants finances, enseignant à la faculté des sciences économiques de Rennes 1, musicien et auteur français.

Sommaire

BiographieModifier

Yann Le Meur est né le 12 juillet 1956 à Brest mais natif de Châteauneuf-du-Faou dans le Centre Finistère. Son grand-père paternel était un champion de gavotte. Son père, Georges Le Meur, était maire de Châteauneuf-du-Faou de 1965 à 1989, membre du MOB et du CELIB et l’un des artisans de la renaissance du fest-noz[1].

Après des études d’économie publique à la faculté des sciences économiques de Rennes-1, Yann Le Meur est recruté entre 1982 et 1987, en tant qu’ingénieur économiste à la Caisse des dépôts et consignations[2].

Depuis 1996, il enseigne à la Faculté de sciences économiques de Rennes 1, comme chargé d’enseignement ou professeur associé[3]. Ses cours se rattachent au domaine de l’économie publique et portent notamment sur le diagnostic financier local, la prospective financière et le système financier local. Il devient le spécialiste en France des finances locales.

CarrièreModifier

En 1989, il s'installe à Montpellier et crée un bureau d'études au sein de la société d’informatique et d’aide à la gestion Siage[2]. Il conçoit en 1990 le « modèle » Regards de simulation et d’aide à la décision financière locale dont le logiciel est aujourd’hui commercialisé par la société qu'il dirige. La troisième version du logiciel, Regards3, complètement refondue, est sortie en 2012 et près de 400 grandes collectivités françaises s'en sont équipées[4]. En 1991, il crée notamment avec Éric Julla à Montpellier la société anonyme Ressources Consultants Finances dont il est le PDG[5]. La société (40 personnes), installée à Rennes, Paris et Toulouse, regroupe un pôle conseil, avec des experts en Finances locales, et un pôle ingénierie informatique développant les logiciels d’analyse et d’aide à la décision[6].

En 2005, 2006, 2014, 2015 et 2016[7], la société Ressources Consultants Finances a été chargée par l’Assemblée des Départements de France et l’Association des Régions de France de produire plusieurs rapports de recherche sur de nouveaux systèmes de péréquation financière territoriale ou sur les dispositifs de compensation de charges transférées. L’équipe s’est vue confier en 2016 par les assemblées parlementaires un travail de recherche sur les modalités d’une réforme efficiente de la Dotation globale de fonctionnement (DGF). Elle a produit également des rapports de recherche ou d'expertise sur le système financier intercommunal et s’est beaucoup investie dans les montages financiers intercommunaux. Yann Le Meur a coécrit avec Alain Guengant, directeur de recherche au CNRS et éminent spécialiste des finances locales, les ouvrages intitulés : Optimiser les finances publiques locales – Analyse et prospective, publié en 2009 et Comprendre les finances publiques locales, publié en octobre 2013[8]. Une nouvelle édition, enrichie, est parue en 2015[9] (aux éditions du Moniteur).

Le sénateur du Finistère François Marc estime que la dotation communale insulaire de 4 millions d’euros inscrite en loi de finances 2017 l’a été grâce à l’engagement des « élus iliens et leur conseiller Yann Le Meur »[10], lequel a réalisé une étude analysant et mettant en évidence les surcoûts territoriaux liés à l’insularité.

Yann Le Meur s’est également impliqué dans un combat pour la mise à disposition par la direction générale des collectivités locales (DGCL) des données publiques permettant de calculer le montant des dotations aux collectivités. Décentralisateur, il s’indigne dans un article de la Gazette des communes de 2014 : « Rien ne peut justifier que l’on prive les collectivités d’une information aussi précieuse »[11]. En 2017, puis en 2018, il dénonce encore le « scandale que constitue l’organisation de l’opacité du système redistributif » par l’État qui a cessé de fournir les éléments de compréhension et d’analyse des dotations aux collectivités locales[12]. Il publie alors une « supplique en faveur d’une diffusion des données publiques indispensable à la bonne gestion locale » qui semble avoir porté ses fruits puisque la base de données a été mise en ligne en juin 2018[13]. Plus généralement, Yann Le Meur considère qu’Emmanuel Macron donne « des signes clairs de jacobinisme » en « [imposant] aux collectivités un contrôle accru de leurs politiques. C’est une régression par rapport aux acquis de la décentralisation. Les préfets et les grandes collectivités se mettront autour d’une table pour déterminer comment les collectivités pourraient atteindre des objectifs fixés par l’État »[14].

Art et cultureModifier

Yann Le Meur est aussi connu comme musicien traditionnel breton. Sonneur de bombarde, il est le créateur, en 1976 avec Michel Toutous, du festival du Printemps de Châteauneuf, centré autour d’un grand fest-deiz/fest-noz accueillant chaque année les sonneurs et chanteurs bretons les plus talentueux du moment. Le duo Le Meur-Toutous a été champion de Bretagne des sonneurs en couple de biniou-bombarde en 1986 puis lauréat du Trophée Per-Guillou en 1994[15]. Dès 1976, le duo enregistre un album chez Arfolk, Biniou-Bombarde, avec le couple Baron-Anneix[16]. Leurs compositions (gwerzioù, gavottes, suite de Bognol vras...) sont entrées dans l’histoire de la musique bretonne, jouées par de nombreux groupes de fest-noz[17].

Yann Le Meur et son fils Goulc’hen ont créé en 2017 un WebDoc consacré au pays Dardoup (terroir de Châteauneuf-du-Faou). Ce site internet donne tout d’abord accès à un film, Kalon Dardoup, illustrant « la pratique et l’action culturelles bretonnes à Châteauneuf au XXe siècle »[18],[19]. Le WebDoc propose aussi un ensemble de ressources documentaires fournies sous forme multimédia : vidéo, photo, audio, écrit. Un livret regroupant un certain nombre des écrits du site a été parallèlement publié, par Kendalc’h, et contient des éléments d’explication ou de réflexion sur la culture traditionnelle « La gavotte de la montagne noire ».

Attaché à la richesse de l’expression sociale en langue bretonne parlée, il a fondé dans les années 1980 le journal en breton parlé Kazetenn ar menez, ainsi que, avec René Richard, l’atelier de communication orale de Bretagne (« donner la parole à ceux qui ne l'ont pas »)[20]. Après l’ouverture des ondes aux radios locales, il décide de monter, avec René Richard et Gaby Kerdoncuff, une radio associative, non commerciale : Radio Kreiz Breizh commence à émettre en 1984[21]. En 2010, il rédige un rapport d’orientation pour « une juste expression d’une identité bretonne rennaise »[22].

Yann Le Meur se consacre aussi à l’écriture. Il a publié Sonneur (éditions Coop Breizh, 2002), dont on trouve une édition en français et une seconde en breton (Soner, éditions  Al Lanv, 2009)[23]. En 2012, il publie un ouvrage consacré à neuf personnalités dont il a croisé les destins, parmi lesquels Youenn Gwernig, Les Ironies du destin : neuf vies (Coop Breizh)[24]. Il publie aussi des nouvelles, notamment dans la revue culturelle Hopala ! La Bretagne au monde à laquelle il collabore (Ramon Mestre de Vallibonna, Les financiers d’Hortense)[25]. En 2015, il publie un premier roman : Délivre-nous du mal[26].

Il est également connu comme chroniqueur dans des revues bretonnes : Le contre-destin de Mona Sohier [Ozouf] (Hopala !)[2]. Une partie de ses chroniques touchant à la littérature ainsi qu’à l'expression culturelle traditionnelle, ou relevant de la philosophie politique, se retrouve dans un petit livre, Sur la braise, publié en septembre 2012 aux éditions des Montagnes noires (Coop Breizh)[27].

À la frontière entre les univers de l’économie, du droit, de la philosophie, de la géographie, de la littérature et du journalisme, l’ouvrage Libres Champs est publié en 2007 aux éditions Apogée sous la direction de Yann Le Meur[28]. Il constitue le recueil des actes de la conférence anniversaire de la société Ressources Consultants Finances[29].

BibliographieModifier

Universitaire :

  • Optimiser les finances publiques locales – Analyse et prospective (avec Alain Guengant), publié en 2009, éditions du Moniteur.
  • Comprendre les finances publiques locales (avec Alain Guengant), publié en octobre 2013, éditions du Moniteur (réédition augmentée en 2015).

Littéraire :

  • Sonneur, éditions Coop Breizh, avril 2002
  • Libres Champs (sous la direction de), éditions Apogée, février 2007.
  • Soner, éditions Al Lanv (en langue bretonne), juin 2009
  • Les Ironies du destin : neuf vies, éditions Coop Breizh, mars 2012.
  • Sur la braise, éditions des montagnes noires, octobre 2012.
  • Délivre-nous du mal, éditions Coop Breizh, juin 2015.
  • La gavotte des montagnes noires, Kendalc’h, 2017.

Notes et référencesModifier

  1. Pierre Morvan, « Yann Le Meur, de la gavotte aux finances locales », Le Peuple breton,‎
  2. a b et c « Rencontre. Yann Le Meur. Des chiffres et des lettres », sur www.lejournaldesentreprises.com, (consulté le 8 mars 2017)
  3. « Master 2 ingénierie, management et évaluation des politiques publiques », sur Annuaire des formations - Université de Rennes 1 (consulté le 15 juin 2018)
  4. « Logiciels d’expertise financière et d’aide à la décision », sur www.ressources-consultants.eu (consulté le 8 mars 2017)
  5. Nathalie Bougeard, « Focus. Bretagne La sagesse », Le Figaro,‎ , p. 18 (lire en ligne)
  6. « Ressources Consultants Finances », sur www.ressources-consultants.eu (consulté le 30 janvier 2017)
  7. « Sur la réforme de la dotation globale de fonctionnement (DGF) du bloc communal », sur www.senat.fr (consulté le 8 mars 2017)
  8. « Yann Le Meur : « Les finances locales sont-elles le théâtre de la guerre civile territoriale ? » », sur La Gazette des Communes, (consulté le 8 mars 2017)
  9. Gilles Cayuela, « Yann Le Meur. « La fiscalité n'est pas un élément moteur de l'attractivité » », Le Journal des entreprises,‎
  10. « Le Gouvernement VALLS au secours des îles du Ponant », sur francois-marc.blogspirit.com (consulté le 14 mai 2018)
  11. « Open data, version DGCL », sur La Gazette des Communes (consulté le 14 mai 2018)
  12. Yann Le Meur, « Dotation de l'État aux communes : un système devenu opaque », Ouest-France,‎ (ISSN 0999-2138, lire en ligne)
  13. « Attribution des dotations : la DGCL se résout à la transparence », sur La Gazette des Communes (consulté le 15 juin 2018)
  14. Christian Gouerou, « L'État est-il en train de recentraliser ? », Ouest-France,‎ (ISSN 0999-2138, lire en ligne)
  15. Bombardes et binious de la Montagne : Rétrospective du Trophee Per Guillou., vol. 9, Dastum,
  16. « Portrait. Yann, à l'origine du Printemps de Châteauneuf », Ouest-France,‎
  17. « Fest-noz. Le Meur et Toutous fêtent leurs quarante ans », Le Telegramme,‎ (lire en ligne, consulté le 8 mars 2017)
  18. (en-US) « Webdoc Dardoup », sur www.dardoup.com (consulté le 14 mai 2018)
  19. « Un site internet sur la culture Dardoup », Ouest-France,‎ (ISSN 0999-2138, lire en ligne)
  20. « A la rencontre de ces Rennais qui ont du talent ! », sur livrelecturebretagne.fr, , p. 6
  21. « Panorama / Histoire des collectes », sur www.dastum.org (consulté le 8 mars 2017)
  22. Christine Barbedet, Xavier Debontride et Yvan Droumaguet, « Regards sur Rennes et la Bretagne », Place publique, no 38,‎ , p. 41 (lire en ligne)
  23. « Yann Le Meur dédicace Soner à L'Encre de Bretagne », sur abp.bzh (consulté le 8 mars 2017)
  24. BretagneActuelle, « Yann Le Meur, auteur du livre "Les ironies du destin - 9 vies" », (consulté le 8 mars 2017)
  25. Jean-Laurent Bras, « Yann Le Meur nous délivre du mal », sur www.ouest-france.fr, (consulté le 8 mars 2017)
  26. « Délivre-nous du mal, dernier né de Yann Le Meur », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 8 mars 2017)
  27. « Lecture. Les «braises» chroniques de Yann Le Meur », Le Telegramme,‎ (lire en ligne, consulté le 8 mars 2017)
  28. « Libres champs : Réflexion plurielle sur la chose publique », sur www.editions-apogee.com (consulté le 8 mars 2017)
  29. « Un livre de réflexions sur la chose publique », Ouest-France,‎ , p. 12 (lire en ligne)

Liens externesModifier