Yamato

page d'homonymie d'un projet Wikimédia

Yamato (倭, 大倭, 大和, 日本) est le mot japonais désignant les plaines et monts autour de l'ancienne capitale, Nara (province de Yamato), au cours de la Proto-histoire - période Yamato (250-710)[1]. Cette période en recouvre deux : la période Kofun (250 à 538, ou milieu du VIe siècle) et la période Asuka (milieu du VIe siècle - 710). Dans une seconde acception, Yamato désigne toutes les terres soumises à l'autorité impériale (ou plus exactement, à cette époque, soumises à l'autorité du souverain, le tennō. L'appellation officielle Nihon, d'origine sino-japonaise, n'est employée qu'à partir du VIIe siècle : voir Noms du Japon.

Étymologie et notationModifier

Avec l'introduction des kanjis dans l'Archipel, le terme Yamato qui désigne par extension les terres sous la domination de l'empereur, est noté 倭, caractère chinois désignant l'archipel japonais dans la littérature antique chinoise. À la fin du VIIe siècle, lorsque nait le terme 日本, « origine du soleil », pour désigner la nation japonaise, ces deux caractères sont lus soit Yamato[a] soit selon une lecture sino-japonaise, laquelle s'imposera donnant les appellations actuelles Nihon et Nippon.

D'autre part, Yamato désignant aussi initialement un territoire dans le bassin de Nara, lorsque les noms des provinces sont réorganisés dans le cadre du système ritsuryō (imposant d'écrire chaque nom de province en deux kanjis suivis du caractère 国, pour « pays de »), la province de Yamato (倭国) devient ainsi 大倭国[b], lequel se fait progressivement supplanter par 大和国, le kanji 和 étant un « équivalent élégant » (好字) de 倭, à savoir que 和 possède des sens positifs (porteurs de chance) comme « paix » ou « union » et qu'il a la même lecture sino-japonaise wa que 倭. En vertu du même lien qui a vu Yamato se noter 倭 voire 日本, la notation 大和 devient également synonyme du Japon dans son ensemble, ce qui explique que 和 contient désormais le sens de « Japon » ou « japonais », comme dans 和英辞典 (dictionnaire japonais-anglais) ou 和食 (cuisine japonaise). Enfin, 大和 peut être lui-même lu de manière sino-japonaise : daiwa ou taiwa.

Sciences et techniquesModifier

Sciences humaines et socialesModifier

  • Les Yamato sont l’ethnie majoritaire au Japon, par opposition aux Aïnous et aux Okinawaïens.
  • Le yamato-damashii est un terme de la langue japonaise destiné à désigner les valeurs et les caractéristiques spirituelles et culturelles du peuple japonais.
  • La yamato kotoba (en) est le lexique de la langue indigène japonaise, par opposition au lexique d'origine chinoise.
  • La période Yamato (250-710) est la période de l'histoire du Japon pendant laquelle une structure politique et sociale se met en place dans la province de Yamato.

Culture et sociétéModifier

Cinéma et télévisionModifier

  • Les Hommes du Yamato (Otokotachi no Yamato) est un film japonais de 2005.
  • Yamato est une saga d'animation japonaise de science-fiction cocréée par Leiji Matsumoto.

EntreprisesModifier

  • Yamato Holdings est une holding japonaise qui fait partie du TOPIX 100.
  • Yamato Life est une compagnie d'assurance-vie japonaise.
  • Yamato Transport est une société de transport et logistique de Yamato Holdings.

Jeux vidéoModifier

  • Le canon Yamato est une arme pouvant être utilisée par les cuirassés Terran dans le jeu Starcraft II.

Littérature et bande dessinéeModifier

  • Yamato Nadeshiko est un shôjo manga de Tomoko Hayakawa.
  • Yamato est un personnage des mangas Naruto et One Piece.

MarineModifier

MusiqueModifier

PolitiqueModifier

  • L'association Yamato est un mouvement pour l'indépendance du Japon de l'Ouest.

ToponymeModifier

Yamato est un nom de lieu notamment porté par :

AntarctiqueModifier

États-UnisModifier

JaponModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Le Nihon shoki indique que 日本 se prononce Yamato : « 日本、此を耶麻謄と云ふ ».
  2. 大 signifie « grand ». Il est possible de lire 大倭 Yamato ou Ō-Yamato.

RéférencesModifier

  1. Philippe Pelletier La Fascination du Japon: idées reçues sur le Japon : Brève chronologie. Editions Le Cavalier Bleu, 2012.
  2. a et b (en) « Meteoritical Bulletin Database » (consulté le ) (dernière mise à jour : ).