Ouvrir le menu principal

Wilhelm Schubert van Ehrenberg

peintre flamand
Wilhelm Van Ehrenberg
Wilhelm Schubert van Ehrenberg and Hieronymous Janssens - A dungeon interior with elegant figures.jpg
Naissance
Décès
Activité
Lieu de travail
Enfant
Peter Schubart von Ehrenberg (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Un intérieur d'église

Wilhelm Schubert van Ehrenberg (né entre 1630 et 1637 en Allemagne et mort entre 1676 et 1687) est un peintre flamand actif à Anvers où selon certaines sources il serait né le 12 mai 1630.

Sommaire

BiographieModifier

On connaît peu d'éléments sur sa carrière. Il serait né en 1630 et se serait installé à Anvers à l'âge de 24 ans. Il existe un village à l'Est de Francfort qui porte le nom d'Ehrenberg. peut être en est-il originaire. En 1666, il prend pour épouse la fille du peintre Jan Seys. Il a un premier enfant cette année-là, un autre en 1668, puis deux autres en 1672 et 1673. Il figure parmi les membres créateurs de l'Académie d'Anvers en 1666. Il est entré à la Guilde de Saint Luc en 1662. Il eut comme élève Jacob Ferdinand Saey.

ŒuvresModifier

 
L'intérieur d'un donjon avec d'élégants personnages, en collaboration avec Hieronymous Janssens

Van Ehrenberg a peint de nombreuses peintures architecturales, et plus particulièrement des intérieurs d'églises, des temples, des palaces et des galeries d'art imaginaires. Des peintures telles que l'Intérieur de l'église Saint-Charles-Borromée à Anvers (1667; Musées royaux des beaux-arts de Belgique) soulignent l'architecture Baroque de l'espace représenté, mais sont plus artificiel que ses contemporains de l'âge d'or néerlandais tels que Pieter Jansz Saenredam ou Emanuel de Witte. Son Intérieur de l'église Saint Pierre à Rome s'inscrit dans la tradition de l'art architectural d'Anvers de la première moitié du XVIIe siècle. Cependant, l'effet spatial dans l'œuvre de van Ehrenberg est plus poussé. Il montre une préférence particulière pour le fantastique et pour le pathétique, qu'il accentue avec des contrastes clair-foncé et avec la réduction de la taille des personnages permettant d'exagérer la hauteur de l'édifice.

Une série de peintures présente un intérêt particulier, elle représente les Sept merveilles du Monde tels que le Mausolée d'Halicarnassus et le Temple de Diana à Ephesus (qui sont tous deux au musée Henri Dupuis Saint-Omer) et les deux peintures des pierres tombales en ruines (à l'université d'Oxford).

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • (de) Hans Jantzen, Das Niederländische Architekturbild, Braunschweig, Klinkhardt & Biermann, 1910
  • Bernard G. Maillet, La Peinture architecturale des écoles du Nord : les Intérieurs d'Églises 1580-1720, Pandora Publishers Wijnegem, 2012 (ISBN 97890-5235-337-1)

Liens externesModifier