Ouvrir le menu principal

Ce « Lumière sur » a été ou sera publié sur la page d'accueil de l'encyclopédie le mardi 26 mars 2019.


Tombe de Leigh Leigh.

L'affaire Leigh Leigh est l'assassinat d'une adolescente de 14 ans à Stockton, dans la région australienne de Nouvelle-Galles du Sud le . Cette journée-là, la fille se rend à la soirée d'anniversaire d'un jeune de seize ans. Sur la plage de Stockton, elle subit une relation sexuelle qui sera plus tard requalifiée en viol, et elle retourne au lieu de la fête. À son retour, elle est agressée par un groupe de participants puis quitte la soirée. Son cadavre nu est retrouvé sur la plage le lendemain, avec des blessures génitales sévères et le crâne enfoncé.

Matthew Grant Webster, un homme de 18 ans officiant comme videur lors de l'événement, plaide coupable du meurtre et est condamné à vingt ans de prison dont quatorze d'inadmissibilité à la libération conditionnelle. Il est libéré en juin 2004, après quatorze ans et demi de réclusion. Guy Charles Wilson, l'autre videur et seule autre personne majeure présente à la soirée, plaide coupable pour agression. Un jeune homme de quinze ans plaide coupable pour détournement de mineur.

L'enquête est cependant sujette à polémique : plusieurs suspects ne sont pas accusés, et personne n'est poursuivi pour viol. La confession de Webster ne correspond pas aux preuves récoltées pendant l'enquête. L'enquête est réévaluée en 1996 par la Commission de lutte contre la criminalité de la Nouvelle-Galles du Sud et par la Commission indépendante pour l'intégrité de la police en 1998, la deuxième recommandant la suspension de l'inspecteur chargé de l'enquête.

L'assassinat de Leigh reçoit une attention considérable des médias. La presse se concentre d'abord sur l'agression sexuelle et le meurtre de la victime, mais se porte rapidement sur la supervision parentale déficiente, la consommation de drogues et d'alcool à la fête, et la sexualité de l'adolescente. La couverture médiatique est un exemple classique de victim blaming. L'affaire inspire une pièce de théâtre, intitulée A Property of the Clan puis Blackrock, adapté au cinéma sous le nom Blackrock en 1997.