Vulve humaine

ensemble des organes génitaux externes de la femme et de certaines femelles de mammifères
(Redirigé depuis Vulve)
Vulve humaine
Description de cette image, également commentée ci-après
Vulves de différentes femmes (poils rasés pour certaines), vues depuis les pieds.
Données
Nom latin pudendum muliebre (TA +/-)
Artère Artère pudendale interne
Veine veines pudendales internes
Nerf Nerf pudendal
MeSH A05.360.319.887Voir et modifier les données sur Wikidata
Lymphe ganglions inguinaux superficiels
Précurseur Tubercule génital, plis urogénitaux

La vulve est la partie externe du système reproducteur féminin. L'organe comprend entre autres le mont du pubis, les grandes lèvres, les petites lèvres, le gland du clitoris, le bulbe du vestibule, le vestibule vulvaire, le méat urétral, l'ouverture vaginale, les glandes de Bartholin et les glandes de Skene. La vulve protège le vagin et indirectement l'utérus par ses lèvres vaginales internes et externes. Les muscles du plancher pelvien soutiennent les structures de la vulve ; d'autres muscles du triangle urogénital apportent également soutien.

Trois artères pudendales assurent l'apport sanguin à la vulve, alors que les veines pudendales internes drainent le sang veineux hors de la vulve. Les vaisseaux lymphatiques afférents transportent la lymphe hors de la vulve vers les nœuds lymphatiques inguinaux. Elle est innervée par le nerf pudendal, le nerf périnéal, le nerf ilio-inguinal et leurs branches. L'afflux sanguin et les nerfs de cet organe participent à l'excitation sexuelle, laquelle sert au processus de reproduction.

Une fois formée, la vulve est le siège de changements visibles dès le plus jeune âge jusqu'après la ménopause. Son apparence externe varie d'une personne à l'autre, particulièrement pour les petites lèvres et le clitoris, qui peuvent être de grandeur variable. L'organe peut être atteint de plusieurs maladies qui sont souvent les conséquences d'irritations vaginales. Elle peut être le siège d'infections et de cancers. La génitoplastie sert à reconstruire la vulve, et des opérations de chirurgie plastique peuvent être entreprises sur cet organe pour des raisons esthétiques.

Des peuples disparus, pratiquants de religions anciennes, ont vénéré la vulve. Dans les sociétés occidentales, l'attitude générale des populations a été largement négative à cause de l'usage du terme médical pudenda membra, signifiant « parties dont il faut avoir honte », apparu au XVIIe siècle. Des artistes luttent contre cette perception, proposant une vision plus positive de cet organe. Bien que le vagin soit une partie distincte de l'anatomie féminine, ce mot est régulièrement utilisé à tort comme synonyme de vulve.

ÉtymologieModifier

 
Examen gynécologique en 1822. Le médecin, à genou, examine l'organe génital de la femme sans toutefois le regarder.

Le terme « vulve » dérive du mot latin « vulva » et signifie « matrice ». Sa définition comme appareil reproducteur féminin apparaît, au début du XIVe siècle, dans l'encyclopédie médiévale Placides et Timéo[1].

C'est au milieu du XVIIe siècle qu'apparaît « pudenda membra » pour nommer les organes génitaux masculins et féminins, terme signifiant « parties dont il faut avoir honte »[2]. Ce changement de nom est à l'origine d'une perception sociale négative, parmi les populations occidentales, de ces organes (par exemple, le dessin à la droite montre un médecin examinant l'organe génital de la femme, organe qu'il ne doit pas voir)[3],[4].

Autres nomsModifier

En langue vulgaire, la vulve est appelée « chatte »[5] (probablement une allusion à la pilosité de la vulve). Elle est aussi appelée « con »[6]. Au Québec, la vulve peut être vulgairement appelée « plotte », « minou », « noune » ou « minette »[7].

StructureModifier

Les structures principales de la vulve sont : le mont du pubis, les grandes lèvres et les petites lèvres, les parties externes du clitoris — le capuchon du clitoris et ses glandes —, le méat urétral, l'orifice vaginal et l'hymen, ainsi que les glandes vestibulaires (de Bartholin et de Skene)[8]. Elle est aussi constituée de la fente vulvaire, de poils pubiens, de glandes sébacées, du bulbe du vestibule et du triangle urogénital[9].

Mont du pubisModifier

Le mont du pubis est un monticule mou de tissu adipeux sur le devant de la vulve, dans la région pubienne qui recouvre le pubis (un os)[10]. Le mons pubis, soit « mont du pubis » en latin, est présent chez la femme et l'homme ; il agit comme coussin lors d'un rapport sexuel, étant plus proéminent chez la femme[11]. L'alternative mons veneris (« mont de Vénus ») est parfois utilisé pour nommer celui de la femme[11]. La partie basse du mont du pubis est divisée par une fissure — la fente vulvaire —, qui devient ainsi les grandes lèvres. Après la puberté, le capuchon du clitoris et les petites lèvres peuvent saillir dans le fente pudendale[12]. Le mont et les grandes lèvres sont recouverts de poils pubiens à la fin de la puberté au plus tard[13].

LèvresModifier

Les grandes lèvres (en latin : labia majora) et les petites lèvres (en latin : labia minora) recouvrent le vestibule vulvaire[14]. Les plis extérieurs ou grandes lèvres protègent les autres structures de la vulve[14]. Les deux plis des petites lèvres se rejoignent, en haut, sur le devant du mont du pubis et, en bas, au triangle urogénital (la partie antérieure du périnée) entre la fente pudendale et l'anus[15],[12]. Les petites lèvres sont souvent de couleur rose ou brunâtre foncé, selon la couleur de peau de la personne[16].

Les sillons entre les petites lèvres et les grandes lèvres sont appelés interlabial sulci ou plis interlabiaux[17]. Les petites lèvres sont deux plis de tissu tendre, à l'intérieur des grandes lèvres. Elles sont plus colorées que les grandes lèvres[10] et comprennent de nombreuses glandes sébacées[18]. Chez une femme en position debout, ces lèvres se rencontrent en bas au frein des petites lèvres, un pli de tissu muqueux ; en haut, elle se rencontrent et forment le capuchon du clitoris (ou prépuce)[19].

Cet organe présente une grande variation dans son apparence[19], comme toutes les autres parties de la vulve. Le qualificatif « petites », comparativement à « grandes », prête à confusion parce que leur taille peut être conséquente et elles peuvent saillir dans le vagin ou par les grandes lèvres[19],[12]. Le Britannique Jamie McCartney a mis en évidence cette variation grâce à une série de bas-reliefs composés de 400 moules vulvaires appelée Great Wall of Vagina[20]. La pilosité pubienne varie d'une femme à une autre, que ce soit par la couleur, la texture ou la quantité de boucles[19].

ClitorisModifier

Le gland du clitoris, partie visible du clitoris, a les dimensions et la forme d'un pois ; ses dimensions sont chez la majorité de la population de 6 mm à 25 mm, mais peut dépasser cette taille chez une partie des femmes, notamment celles qui ont une variation du développement sexuel, (aussi appelée intersexuation)[21],[19], par exemple une hyperplasie congénitale des surrénales, ou chez certaines personnes ayant le syndrome des ovaires polykystiques[22]. Le fait d'avoir un clitoris plus grand que la norme est une variation saine du développement sexuel, et n'occasionne aucun problème de santé[23]. Les femmes ayant un clitoris plus grand que la moyenne subissent souvent des opérations de réduction clitoridienne sans leur consentement pendant l'enfance ou sous la pression du corps médical à l'adolescence ou à l'âge adulte[24]. Ces opérations ont fréquemment de lourdes conséquences psychologiques et physiques[25]. Cette pratique a été condamnée à plusieurs reprises par l'ONU et qualifiée de mutilation[26]. Les personnes qui prennent de la testostérone dans le cadre d'une transition de genre médicale de femme à homme ont également un clitoris dont la taille est au-dessus de la moyenne.

La taille du clitoris peut varier lors d'une érection[12]. Selon le psychologue Bruce M. King, le gland clitoridien comprend autant de terminaisons nerveuses que le gland du pénis du mâle humain, les deux étant très sensibles[19]. La seule fonction du clitoris est de l'ordre du plaisir sexuel[19]. Le capuchon du clitoris est un pli protecteur de peau qui varie en taille et en forme ; il recouvre complètement ou partiellement le clitoris[27]. Le clitoris est l'homologue féminin du pénis masculin[14], alors que le capuchon du clitoris est équivalent au prépuce de l'homme[27], qui peut être complètement ou en partie caché dans la fente pudendale[28].

VestibuleModifier

L'aire entre les petites lèvres où se trouve l'entrée du vagin et le méat urétral est appelé le « vestibule vulvaire » ou « vestibule du vagin ». Le méat urétral se trouve sous le clitoris et tout près de l'ouverture vaginale à proximité du périnée. Anatomiquement, le terme introitus est mieux que « ouverture » puisque le vagin est habituellement réduit avec son ouverture fermée[réf. nécessaire]. L'introitus est parfois recouvert[réf. nécessaire] d'une membrane appelée l'« hymen ». Toutefois, l'hymen peut aussi se déchirer lors d'exercices ou être étiré à la suite de l'usage régulier de tampons hygiéniques ou d'une coupe menstruelle[réf. nécessaire] ; par ailleurs, sa taille peut être trop petite pour être observable ou il peut être absent[19]. Dans quelques rares cas, l'hymen peut complètement masquer l'introitus, ce qui exige alors de l'ouvrir chirurgicalement pour permettre l'écoulement du sang menstruel et les rapports sexuels[29]. Les deux glandes vestibulaires majeures (ou de Bartholin) se trouvent de chaque côté de la vulve, dans sa moitié postérieure. Celles-ci, les plus grosses glandes vestibulaires, secrètent du mucus, ainsi que du lubrifiant vaginal et vulvaire[30]. Chez l'homme, leurs homologues sont les glandes bulbo-urétrales (ou de Cowper)[9]. Les plus petites glandes du vestibule, les glandes para-urétrales (ou de Skene), se trouvent dans la paroi antérieure du vagin. Leurs homologues masculins est la prostate ; pour cette raison, elles sont parfois appelées « prostate féminine »[31].

MusclesModifier

 
(Des pieds, vue sur la vulve et l'anus) Muscles soutenant la vulve et le périnée.

Les muscles du plancher pelvien contribuent au soutien de la structure vulvaire. Le muscle pubo-coccygien, qui fait partie du muscle élévateur de l'anus, est volontaire et contracte en partie l'entrée vaginale[32]. D'autres muscles du triangle urogénital soutiennent la région vulvaire, dont les muscles transverses du périnée, le muscle bulbo-spongieux et le muscle ischio-caverneux[33]. Le muscle bulbo-spongieux réduit la taille de l'entrée vaginale[15]. Il joue un rôle pendant les contractions vaginales lors de l'orgasme car il provoque la contraction des glandes vestibulaires[34].

Sang, lymphe et ramifications nerveusesModifier

Les tissus de la vulve sont très vascularisés ; l'afflux sanguin y est amené par trois artères pudendales[35]. Le sang veineux est évacué par les veines pudendales externes et internes[36]. Les tissus de la vulve sont drainés par une ensemble de nœuds lymphatiques inguinaux superficiels situés près des vaisseaux sanguins[37].

Le nerf ilio-inguinal prend naissance dans le premier nerf lombaire et donne naissance à des branches, dont les nerfs labiaux antérieurs qui innervent la peau du mont du pubis et les grandes lèvres[38]. Le nerf périnéal est l'une des branches terminales du nerf pudendal et connecte les nerfs pudendaux postérieurs qui innervent les levres vulvaires[38]. Les branches du nerf pudendal comprennent le nerf dorsal du clitoris qui transmet les sensations du clitoris[38] . Un faisceau, dense, de petits nerfs remplit le gland du clitoris ; toutefois cette densité tend à diminuer dans les tissus près de l'urètre[39]. Cette densité indique que le gland diffuse le plus grand nombre de sensations du plaisir[39].

Les nerfs caverneux du plexus uréto-vaginal innervent le tissu érectile du clitoris[40]. Ils sont rejoints sous l'arche pubique par les nerfs dorsaux du clitoris[41]. Les nerfs pudendaux entrent dans le pelvis par le foramen sciatique mineur et continuent de façon médiale à l'artère pudendale interne. L'endroit où les nerfs encerclent l'épine ischiatique (en) est le lieu où effectuer l'anesthésie pudendale dans le but de réduire les sensations de la vulve[42]. Un certain nombre de nerfs se séparent du nerf pudendal. La branche profonde du nerf périnéal fournit les sensations aux muscles du périnée et une branche nerveuse connecte le bulbe du vestibule[43],[44].

DéveloppementModifier

Développement prénatalModifier

 
Tubercule génital d'une femelle humaine à quatorze semaines.
 
développement de l'appareil génital, à gauche du futur garçon, à droite de la future fille. Dans la première rangée, la partie de l'embryon qui deviendra le sexe de l'enfant est semblable chez les deux. Dans la seconde rangée, des différences apparaissent. Dans la troisième, les différences entre les organes sexuels sont significatives.

Dans la troisième semaine du développement de l'embryon, les cellules du mésenchyme de la ligne primitive migrent autour de la membrane du cloaque[45]. Au début de la cinquième semaine, les cellules forment deux gonflements appelés « plis cloaquiaux »[46], qui se rejoignent devant la membrane du cloaque pour former une région nommée « tubercule génital »[46],[45]. Le sinus urogénital fusionne avec la membrane du cloaque pour former le périnée. Cette opération crée deux régions : la ventrale est entourée par les plis urétraux et la dorsale est entourée par les plis anaux[46],[45]. Ces régions forment éventuellement le triangle urogénital et le triangle anal[9]. La région entre le vagin et l'anus est appelée le périnée clinique[9].

Au même moment, un gonflement apparaît de chaque côté des plis urétraux, ces gonflements génitaux se modifient pour devenir les gonflements labioscrotals[46],[45]. La différentiation sexuelle prend place et, à la fin de la sixième semaine, les hormones stimulent encore plus le développement de ces gonflements ; chez la femelle, le tubercule génital courbe pour former le futur clitoris[46],[45]. Les plis urétraux forment les petites lèvres, alors que les gonflements labioscrotals forment les grandes lèvres. Malgré ces changements, le sexe de l'enfant n'est pas visible[45]. En effet, les organes sexuels des embryons mâles et femelles peuvent être distingués dès la douzième semaine, mais avec difficulté[46].

Le canal utérovaginal ou canal génital se forme à partir du troisième mois du développement du système urogénital. La partie basse du canal est bloquée par une plaque de tissu, la plaque vaginal. Ce tissu se développe et s'allonge du troisième au cinquième mois ; la partie basse du canal se forme par desquamation ou perte cellulaire. Le bout du canal est bloqué par une membrane endodermique qui sépare l'ouverture du vestibule. Au cinquième mois, la membrane dégénère tout en laissant un résidu appelé « hymen »[46].

Selon les théories biologiques dominantes contemporaines, les femelles humaines et les mâles humains ont un ancêtre commun ; plusieurs organes chez les deux sont biologiquement homologues[9]. Le gland du clitoris est homologue au gland du pénis[34] ; le corps du clitoris et le pilier du clitoris sont homologues au corps caverneux du pénis[8]. Les grandes lèvres sont homologues au scrotum[9] ; la capuchon du clitoris est homologue au prépuce[27] et les petites lèvres sont homologues à l'urètre spongieux[8]. Le bulbe du vestibule sous la peau des petites lèvres sont homologues au corps spongieux du pénis qui entoure l'urètre et au bulbe du pénis[8]. Les glandes de Bartholin des femelles humaines sont homologues aux glandes de Cowper des mâles humains[9].

EnfanceModifier

La vulve du nouveau-né peut être gonflée ou distendue à la suite d'un taux d'hormones plus haut que la moyenne transmis par le placenta de la mère[47]. Les grandes lèvres sont closes à ce moment[48]. Cette condition disparaît habituellement après quelques mois[47]. Avant la puberté, un taux en dessous de la moyenne d'œstrogènes peut rendre les lèvres plus collantes et, ultimement, elles peuvent se souder[réf. nécessaire]. Cette fusion labiale apparaît rarement après la puberté puisque la production d'œstrogènes a augmenté[49].

PubertéModifier

La puberté, période marquée par le début de la capacité à se reproduire, dure de deux à trois ans et induit une série de changements[50],[13]. La structure de la vulve devient proportionnellement plus grande et parfois plus proéminente[51]. La pilosité pubienne commence à apparaître sur les lèvres majeures puis se poursuit plus tard au mont du pubis et parfois sur le périnée et à l'intérieur des cuisses. Le poil pubien est plus long et épais que les autres poils du corps et forme un caractère sexuel secondaire[52]. La pubarche, c'est-à-dire l'« apparition d'une pilosité pubienne », peut s'effectuer en parallèle avec la puberté. Une pubarche prématurée peut être un indicateur d'un futur trouble à la fois métabolique et endocrinien pendant l'adolescence[53],[54].

Les glandes sudoripares apocrines secrètent la sueur qui débouche dans des follicules pileux du pubis. Cette sueur, modifiée par des bactéries sur la peau, produit une odeur[55] que certaines personnes perçoivent comme une phéromone sexuelle attractive[56]. Pendant cette phase, les petites lèvres peuvent augmenter en taille, changer de forme tout comme de couleur[57]. À la puberté, la ménarche est la période des premières menstruations[58]. Chez les filles prépubères, la peau de la vulve est mince et fragile ; son pH neutre la rend sensible aux irritations[59]. La production de l'hormone sexuelle féminine estradiol (un œstrogène) à la puberté amène la peau du périnée à s'épaissir et à se charger de kératine, ce qui réduit les risques d'infection[60]. Les œstrogènes provoquent également le dépôt de gras dans les tissus, un caractère sexuel secondaire. Par ricochet, la vulve augmente en maturité : le mont du pubis, les petites lèvres et les grandes lèvres augmentent en taille[51].

Chez une partie des femmes, le clitoris peut prendre une taille au-dessus de la moyenne à la puberté, voire prendre l'apparence d'un très petit pénis. C'est une variation saine du développement sexuel, sans effet négatif sur la santé[23].

GrossesseModifier

À la grossesse, la vulve et le vagin prennent une couleur bleutée à cause de la congestion veineuse. Cette couleur apparaît entre les huitième et douzième semaines et devient plus sombre pendant le reste de la grossesse[9]. Cette période voit la production d'œstrogènes augmenter significativement et, en conséquence, les organes génitaux augmentent en taille, tout comme les ouvertures vulvaire et vaginale[61].

MénopauseModifier

Pendant la ménopause, le niveau d'hormones décroît, ce qui amène des changements vulvaires, condition appelée « vulvo-vaginite atrophique »[62]. Cette réduction d'œstrogènes influence le mont du pubis, les lèvres et l'ouverture vaginale ; la peau peut pâlir, se mettre à démanger et devenir endolorie[62]. Parmi les autres changements visibles, on peut observer une réduction du nombre de poils pubiens, une réduction du gras dans les grandes lèvres, un amincissement des petites lèvres et un rétrécissement de l'ouverture vaginale. Cette condition est parfois appelée « syndrome génito-urinaire de la ménopause »[62].

Fonction et physiologieModifier

La vulve joue un rôle important dans le système reproducteur de la femme. Tout en offrant ouverture et protection à l'utérus, elle maintient les bonnes conditions de température et d'humidité pour les fonctions sexuelles et reproductives. Les parties externes de la vulve sont richement innervées et donnent du plaisir lorsqu'elles sont proprement stimulées. Le mont du pubis fait office de coussinet vis-à-vis des os pubiens de la femme lors d'un rapport sexuel[19].

Plusieurs sécrétions sont associées à la vulve, dont l'urine (provenant du méat urinaire), la sueur (des glandes apocrines), les menstruations (qui sortent du vagin), le sébum (des glandes sébacées), le fluide alcalin (des glandes de Bartholin), le mucus (des glandes de Skene), le lubrifiant vaginal (des parois vaginales) et le smegma[9],[19]. Substance blanche formée de cellules mortes, d'huile cutanée et de bactéries, le smegma est formé par les organes génitaux[63]. Chez la femme, cette sécrétion visqueuse apparaît autour du clitoris, des petites lèvres et des grandes lèvres. Elle peut provoquer de l'inconfort lors de relations sexuelles puisqu'elle peut faire coller le gland clitoridien au capot clitoridien ; elle est toutefois facile à enlever par lavage à l'eau[19]. Les acides aliphatiques appelés copulines, secrétés par le vagin, s'écoulent également par la vulve[56]. Elles agiraient comme phéromones. Composés d'acides gras, leur odeur change selon l'évolution du cycle menstruel[56].

Plaisir sexuelModifier

 
Vulve au repos à la gauche et vulve sexuellement excitée à la droite : les petites lèvres sont gonflées de sang et recouvertes de secrétions.

Le clitoris et les petites lèvres sont tous deux des zones érogènes de la vulve. Une stimulation plus centrée porte habituellement sur le clitoris, le vagin et d'autres régions périnéales. Le clitoris étant le plus sensible, une stimulation de celui-ci, de différentes façons, induit normalement un orgasme. L'orgasme est souvent atteint par un massage[51].

L'excitation sexuelle provoque plusieurs changements physiques de la vulve. La lubrification vaginale augmente, les sécrétions s'écoulant en partie vers la vulve, et les nombreuses artérioles du tissu vulvaire se gonflent de sang en réponse à l'excitation[43],[64] ; le clitoris et les petites lèvres gonflent donc de taille. L'augmentation de la congestion vasculaire du vagin provoque une réduction de la taille de celui-ci, ce qui fait décroître la taille de son ouverture d'environ 30 %. Le clitoris est de plus en plus en érection et son gland se déplace vers les os pubiens ; il devient donc plus caché par le capuchon clitoridien. Les petites lèvres changent également de couleur, parfois de façon marquée, allant du rose au rouge pour les femmes à la peau claire n'ayant jamais accouché d'un enfant, ou de rouge à foncé pour les femmes qui ont donné naissance à un enfant[réf. nécessaire]. Immédiatement avant l'orgasme, le clitoris est exceptionnellement gorgé de sang, ce qui donne l'illusion que le gland se rétracte sous le capuchon. Une contraction musculaire rythmique apparaît à la fois dans le vagin, l'utérus et l'anus. Par la suite, même si l'orgasme se maintient, les contractions sont moins intenses et plus aléatoires. Le nombre de contractions varie selon l'intensité de l'orgasme. Un orgasme peut aussi provoquer une éjaculation féminine, du liquide pouvant s'écouler par l'urètre en provenance soit des glandes de Skene, soit de la vessie. Le sang commence à se retirer par la suite. L'ensemble des organes sexuels se relaxant, le vagin et son ouverture reprennent leur taille antérieure ; la vulve reprend également sa taille, sa position et sa couleur antérieures[65],[19].

Troubles de santéModifier

IrritationModifier

Ensemble, l'irritation et le picotement de la vulve sont appelés pruritus vulvae (en). Ce trouble physique peut être causé par plusieurs désordres, quelques-uns pouvant être distingués grâce à un test épicutané. La cause la plus courante de l'irritation est la vaginite candidosique, une infection fongique. Des mesures prophylactiques visant spécifiquement la santé du groupe vagin-vulve préviennent plusieurs désordres, y compris la vaginite candidosique[66]. Des infections du vagin et de l'utérus peuvent produire des sécrétion vaginales qui peuvent irriter le tissu vulvaire si elles viennent en contact[67],[68]

Des inflammations, telles la vaginite et la vulvo-vaginite, peuvent provoquer de l'irritation et de la douleur[69]. Les poils incarnés qui apparaissent à la suite du rasage du pubis peuvent provoquer une folliculite (une infection des follicules pileux) ou provoquer une réponse inflammatoire nommée « Pseudofolliculitis barbae (en) »[70]. Une autre cause d'irritation, moins courante, est le lichen plan génital. Une variante sévère de ce désordre inflammatoire est le « syndrome vulvo-vaginal gingival » qui peut mener à un rétrecissement du vagin[71] ou à la destruction de la vulve[72]. Plusieurs types d'infections et d'autres maladies, dont le cancer de la vulve, peuvent provoquer de l'irritation[73],[74].

Infections sexuellement transmissiblesModifier

 
Verrues aqueuses dues au molluscum contagiosum.
 
Poils pubiens infectés par des poux du pubis (Phtirius inguinalis).

Plusieurs agents pathogènes peuvent infecter la vulve et ses tissus, que ce soit des bactéries ou des virus ; elle peut aussi être infestée par des parasites comme les poux ou les mites.

Plus de trente agents infectieux peuvent être sexuellement transmis ; plusieurs ont une incidence sur le fonctionnement du système reproducteur. La plupart des infections sexuellement transmissibles (IST), aussi nommées MST (pour « maladie sexuellement transmissible »)[75] ou maladies vénériennes[76], n'induisent aucun symptôme ou de légers symptômes ; dans ce cas, ils sont peu souvent annonciateurs d'une IST[77]. La pratique du sexe sans risque peut diminuer significativement les risques de transmission de nombreux agents bactériens, viraux et infectieux[78]. Aussi nommé « condom », le préservatif pour femme ou pour homme est l'un des moyens de protection les plus efficaces contre la transmission d'agents infectieux[77].

Au nombre des infections bactériennes, on compte (A) le chancre mou (caractérisé par des ulcères génitaux nommés « chancres »), (B) le granulome inguinal (qui présente des granulomes inflammés qui ressemblent à des nodules), (C) la syphilis (dont le premier stage se présente sous la forme d'un seul chancre — un ulcère ferme, sans douleur et qui ne pique pas)[79] et (D) la gonorrhée (qui est asymptomatique mais peut provoquer des écoulements)[80].

Parmi les maladies virales, on compte le papillomavirus humain (VPH) (la plus commune des ITS virales ; elle se présente sous différentes formes)[81]. Le VPH génital peut provoquer l'apparition de verrues aqueuses. Un lien a été établi entre le VPH et le cancer de la vulve, même si le VPH est souvent la cause du cancer du col utérin[82]. L'herpès génital est régulièrement asymptomatique ; il se manifeste parfois par de petits phlyctènes qui peuvent dégénérer en ulcères[83]. Le VIH (cause du sida) est le plus souvent transmis lors d'une relation sexuelle ; la vulve peut alors être le siège d'ulcères[84]. Le molluscum contagiosum, maladie très contagieuse, est transmissible par simple contact et fait apparaître des verrues aqueuses[85],[86].

Parmi les maladies infectieuses de la vulve, on compte la trichomonase, la phtiriase et la gale. La trichomonase, transmise par le parasite Trichomonas vaginalis, est la plus commune des ITS infectieuses[87]. La plupart des femmes infectées ne présentent aucun symptôme ; chez les autres femmes infectées, les symptômes peuvent inclure des démangeaisons dans la région génitale, une mauvaise odeur de la sécrétion vaginale, des sensations de brûlure lors de la miction et une douleur lors des rapports sexuels[88]. La phtiriase est due au pou du pubis (Phtirius inguinalis) ; quand les poils pubiens sont infestés, la démangeaison peut être intense[74]. La gale est due au parasite sarcopte (Sarcoptes scabiei), qui provoque également une intense démangeaison[74].

CancerModifier

Plusieurs structures malignes peuvent se développer dans les structures vulvaires[43]. La majorité des cancers de la vulve sont des carcinomes épidermoïdes ; ils sont habituellement localisés sur les lèvres, particulièrement les grandes lèvres[89]. Vient ensuite le mélanome vulvaire, mais il est beaucoup plus rare[90]. Parmi les symptômes et indicateurs médicaux, on retrouve : prurit ou hémorragie ; modifications cutanées dont rougeurs, rash, ulcères et changement de couleur de la peau vulvaire. Des douleurs au pelvis peuvent aussi se manifester, particulièrement lors de la miction ou de rapports sexuels[73]. Un mélanome vulvaire se forme le plus souvent chez les femmes dans la cinquantaine et plus tard ; il est plus fréquent chez les femmes blanches que noires[90]. Une vulvectomie pourrait être faite dans le but de retirer en partie ou complètement la vulve. Cette procédure est souvent conduite pour certaines formes de cancers[91], la dysplasie vulvaire ou la néoplasie intraépithéliale vulvaire[92].

AutresModifier

La fusion des petites lèvres (aussi nommée « fusion labiale (en) » ou « accolement des petites lèvres »[93]) touche un certain nombre de jeune filles, « est généralement asymptomatique et se résout souvent de manière spontanée »[94]. Cette condition se traite le plus souvent par l'application d'une crème pharmaceutique, elle peut disparaître à la suite de changements hormonaux à la puberté[49],[95] ou « le médecin peut séparer les lèvres au cabinet ou en salle d’opération ». Dans tous les cas, elle doit être rectifiée avant la puberté pour permettre le libre écoulement du flux menstruel[94].

La vulvodynie est une douleur chronique dans la région vulvaire. Elle n'est pas la conséquence d'une seule cause[96]. La vestibulodynie est une sorte de vulvodynie localisée dans le vestibule vulvaire[97]. Cette condition affecte le plus souvent les femmes en préménopause[97].

Un certain nombre de désordres cutanés, tels le lichen scléroatrophique et la lichénification, affectent la vulve. Cet organe peut être le siège d'une forme métastasique peu courante de la maladie de Crohn qui se manifeste sous la forme de lésions cutanées hypertrophiques ou d'abcès vulvaires[98]. L’hidradenoma papilliferum (en) se manifeste par une ulcération des nodules, lesquelles se trouvent le plus souvent sur la peau des lèvres ou parmi les plis de la vulve. L'hidrosadénite suppurante est une maladie cutanée entraînant l'apparition de nodules, d'abcès et de fistules inflammatoires qui affectent la vulve sous certaines conditions ; elle peut créer des kystes douloureux qui se transforment en ulcères avec le temps[99],[100]. Si elle est chronique, elle peut mener à des carcinomes épidermoïdes[100]. Le papillomatosis vestibulaire (en) est un désordre asymptomatique du vestibule vulvaire caractérisé par de petits protubérances roses sur l'épithélium de la vulve ou sur les petites lèvres[101]. Le psoriasis inversé est un sous-type du psoriasis, maladie auto-immune, où des plaques rouges apparaissent dans les plis des lèvres[102].

Accouchement : lésions et rasageModifier

La région vulvaire peut être traumatisée lors de l'accouchement[103]. Pendant ce travail, le vagin et la vulve sont étirés lors du passage de la tête du bébé (d'environ 9,5 cm). Le passage peut provoquer des déchirures dans l'ouverture du vagin et d'autres structures du périnée[104]. Une épisiotomie (une incision du périnée à titre prophylactique) est parfois exercée pour faciliter le passage du bébé tout en limitant le nombre de déchirures. Une incision guérit plus rapidement qu'une déchirure[105]. Les deux peuvent être refermées par des sutures[106],[9].

Le rasage de routine des poils pubiens ne présente aucun avantage avant l'accouchement[107]. Parmi les méthodes utilisées, la technique de rasage appelée prepping augmente les risques d'infection à la suite d'une chirurgie dans cette région[108],[105]

ChirurgieModifier

La génitoplastie et la chirurgie plastique peuvent être faites dans le but de réparer, restaurer ou modifier les tissus vulvaires[109], particulièrement à la suite de blessures causées par un accident ou de la destruction de tissu à la suite d'un cancer ou son traitement. Ces procédures comprennent la vaginoplastie, qui peut aussi être effectuée en tant que chirurgie esthétique, et la labiaplastie, qui modifie l'apparence des structures externes[110]. La vaginoplastie et la labiaplastie sont souvent effectuées lors d'une chirurgie de réattribution sexuelle[111],[112].

Le recours à la chirurgie esthétique a été critiqué par les cliniciens[113],[114]. En septembre 2007, l'American College of Obstetricians and Gynecologists (en) (ACOG) recommande que les femmes soient informées des risques chirurgicaux. L'association mentionne un manque de données suffisantes pour évaluer de façon scientifique leur sécurité et leur efficacité. Elle souligne également des risques d'infections, de sensations modifiées, de dyspareunie, d'adhérences et d'anneaux de tissus cicatriciels[115]. Un certain pourcentage de la population souhaitant subir une chirurgie esthétique éprouve de la dysmorphophobie ; dans ce cas, la chirurgie n'améliore pas l'image que ces gens ont d'eux-mêmes[116]

Société et cultureModifier

Hygiène de la vulveModifier

 
Vulve au naturel

L'hygiène de la vulve est un thème récurrent, car elle est souvent considérée comme sale : « À force d'entendre depuis 50 ans que leur sexe est sale et qu'il faut "rester fraiche", les femmes ont intégré l'achat de produits spécifique, de savon intime, de protège-slips parfumés dans les "réflexes beauté"[117]. » De nombreuses femmes angoissent au sujet de l'odeur de leur vulve, et certaines vont jusqu'à refuser de vivre des expériences de sexe oral ou même s'isoler lorsqu'elles sont dans un lieu public, pour cette raison[118].

La présence de poils pubiens autour de la vulve est normale, mais peut aussi être perçue comme un manque d'hygiène, bien que ce ne soit pas relié[119],[120]. Les mycoses vaginales font partie des conséquences les plus répandues de l'épilation de la zone pubienne, mais les risques vont jusqu’aux maladies sexuellement transmissibles[120].

Modifications des parties génitales fémininesModifier

Étirements des lèvresModifier

Certaines pratiques culturelles, particulièrement chez les Khoïkhoï et au Rwanda, sont favorables à l'étirement des petites lèvres, lesquelles sont volontairement étirées en tirant dessus à répétition ou, parfois, en y attachant des poids[121],[122],[19]. L'étirement labial est une pratique courante et encouragée dans l'Est de l'Afrique et dans le Sud de l'Afrique[121],[123],[124]. Elle est désirée de certaines femmes africaines, dès la puberté, dans le but d'améliorer la satisfaction sexuelle des deux partenaires[125],[19]. Étirées à leur maximum, les petites lèvres peuvent atteindre 17 cm (7 pouces)[19].

ÉpilationModifier

 
Épilation à la française de la vulve.

La pratique de l'épilation est risquée car elle augmente le risque d'IST, d'infections uro-génitales et de mycoses[126].

Dans quelques cultures, y compris dans les pays occidentaux, des femmes rasent ou épilent en partie ou complètement les poils près de la vulve. Lorsque les maillots de bain taille haute sont devenus à la mode, plusieurs femmes souhaitant les porter ont décidé de raser les parties extérieures de leur triangle pubien pour cacher leur pilosité pubienne[127].

L'épilation des poils pubiens de la vulve est relativement récente dans l'histoire du Canada, des États-Unis et de l'Europe de l'Ouest, qui est le plus souvent obtenue après une épilation du maillot ou une épilation brésilienne (tous les poils pubiens ont été épilés) ; cette pratique est courante depuis des siècles dans plusieurs cultures d'Europe de l'Est et au Moyen-Orient, entre autres pour des raisons d'hygiène[128],[129]. Dans ces régions, l'épilation peut être partielle, presque complète ou complète[130]. L'épilation à la française laisse deux petite régions couvertes de poils de chaque côté des petites lèvres ou un rectangle de poils pubiens au-dessus de la vulve et aligné avec la fente vulvaire[130]. Dans l'islam, la suppression complète des poils pubiens fait partie de l'hygiène recommandée[131].

PiercingModifier

 
Le piercing génital féminin prend différentes formes, dont le piercing Nefertiti (femme au centre)[132] et le piercing Christina (les deux autres femmes).

Plusieurs types de piercing génitaux féminins sont possibles, dont le piercing Christina, le piercing Nefertiti, le piercing de la fourchette et le piercing des lèvres. Il est souvent fait pour de raisons esthétiques, mais quelques types comme le piercing du clitoris peuvent augmenter le plaisir lors d'un rapport sexuel. Alors qu'il est courant dans certaines cultures traditionnelles, le piercing des parties intimes est relativement récent dans les sociétés occidentales[133],[134],[135].

ChirurgieModifier

La chirurgie des parties génitales féminines peut recourir à différentes techniques : resurfaçage au laser des lèvres pour éliminer les rides, labiaplastie (pour modifier la taille des lèvres) et la vaginoplastie. En septembre 2007, l'American College of Obstetricians and Gynecologists (en) (ACOG) publie une opinion sur ces techniques chirurgicales et d'autres techniques modifiant les parties génitales féminines, dont le « rajeunissement génital », la « vaginoplastie conceptuelle » (designer vaginoplasty), la « revirginité » et l'« amplification du point G ». L'ACOG et l'ISSVD (International Society for the Study of Vulvovaginal Disease) recommandent d'informer les femmes souhaitant se soumettre à de telles chirurgies du manque de données suffisantes pour évaluer de façon scientifique leur sécurité et leur efficacité. Elles soulignent également des risques d'infections, de sensations modifiées, de dyspareunie, d'adhérences et d'anneaux de tissus cicatriciels[115],[136].

 
Le mouvement Labia pride (en) exprime son opposition à la chirurgie esthétique des parties génitales féminines (photo prise lors de la Muff March à Londres en 2011)

La popularité de la chirurgie esthétique des parties génitales féminines étant en croissance dans les années 2010, un mouvement d'opposition exprime de plus en plus régulièrement son opposition par le cyberféminisme et par des manifestations dans la rue (par exemple, celles du Labia pride (en)). Le principal point litigieux est qu'une forte publicité pour ces procédures, combinée à un manque d'éducation du public, favorise l'insécurité corporelle chez les femmes ayant de grandes lèvres, malgré le fait qu'il existe une variation individuelle normale et prononcée de la taille des lèvres. Selon ce mouvement, la préférence pour de plus petites lèvres est due à une mode passagère qui est déconnectée des besoins cliniques et fonctionnels des femmes[137],[138].

Mutilations génitalesModifier

Les mutilations génitales féminines constituent la majorité des modifications non-consensuelles des organes génitaux de par le monde. Elles peuvent provoquer la destruction partielle ou complète des organes génitaux[139]. Ces mutilations sont menées dans une trentaine de pays d'Afrique et d'Asie ; en 2018, elles avaient été pratiquées sur plus de deux cents millions de filles et sur beaucoup moins de femmes[139]. Presque toutes ces procédures sont faites sur de jeunes filles. Elles touchent également les personnes immigrant de ces pays. Ces mutilations sont le plus souvent justifiées par des raisons culturelles[139].

ReligionsModifier

 
Une Sheela Na Gig datée du XIIe siècle.
 
Yoni, représentation sculpturale hindoue.

Quelques cultures humaines ont longtemps célébré la vulve, allant jusqu'à la vénérer. Pendant la période d'Uruk (c. 4000–3100 av. J.-C.), les anciens Sumériens considéraient la vulve comme sacrée[140],[141]. Plusieurs poèmes sumériens qui louangent la vulve d'Ishtar, la déesse de l'amour, du sexe et de la fertilité, sont parvenus jusqu'à nous[141]. Dans la religion sumérienne, la déesse Nin-imma personnifie les organes génitaux de la femme[142],[143]. Le fluide vaginal, selon les anciens textes sumériens, est d'un goût « agréable »[141]. Dans l'un des hymnes sumériens en l'honneur d'une mariée, une jeune femme se réjouit que les poils de sa vulve ont poussé[141]. Des reproductions en argile de vulves ont été découvertes dans le temple d'Ishtar à Assur[144].

Quelques traditions indiennes, comme le shaktisme (un culte traditionnel centré sur une déesse), révère l'organe génital féminin sous le nom de « yoni »[145],[146]. La déesse sous la forme de devî est vénérée en tant que déité suprême[147]. Le yoni, une représentation de la déité femelle, est présent dans plusieurs temples pour soutenir les prières et favoriser les offrandes[146]. La vulve est aussi représentée de façon symbolique comme mudrā dans les rites spirituels, y compris le yoga[148].

Des allégations similaires ont été faites pour justifier le culte de la pierre noire, située à Kaaba, par les pratiquants des religions arabes antérieures à l'islam[149]. Des débats ont tenté de déterminer à quelle déesse est associée la pierre[150],[151].

Les Sheela Na Gig sont des sculptures grossières de femmes nues dotées d'une vulve d'une taille exagérée. Elles ont été sculptées en Europe dans les temps anciens et au Moyen Âge[152],[153]. Même si elles décorent plusieurs églises et cathédrales, leur origine et leur signification prêtent à débats. Selon une théorie courante, elles servaient à éloigner les démons. Selon une autre théorie, les Sheela Na Gig étaient des assistantes divines lors des accouchements[154],[152].

Dans l'artModifier

 
L'Expulsion du Jardin d'Éden, fresque de Masaccio avant et après restauration ; peinte en 1425, altérée en 1680 et restaurée en 1980.
 
Sur la statue en bronze de Diane par Jean-Antoine Houdon au musée du Louvre, la vulve d'origine a été bouchée.

De nombreux sculpteurs et peintres ont choisi de ne pas représenter de vulves dans leurs œuvres, même quand ils représentaient des femmes nues. Elle était ignorée, voire bouchée à postériori, comme c'est le cas avec la statue en bronze de Diane par Houdon exposée au musée du Louvre. Pour Guilhem Scherf, dans le livre consacré à cette œuvre publié par les éditions du musée, les conservateurs du Louvre ont fait en sorte que « la fente vulvaire fut rebouchée avec une série de six tiges en bronze, probablement filetées, insérées dans des trous forés dans le matériau, puis martelées en surface[155]. »

Sur les peintures et sculptures figurant des femmes nues, la région pubienne a aussi souvent été recouverte d'un morceau de tissu ou d'une feuille de vigne, telle L'Expulsion du Jardin d'Éden de Masaccio.

L'Origine du monde, toile réaliste peinte par Gustave Courbet en 1866, est l'une des premièrs représentations de la vulve de ce mouvement artistique ; elle a été présentée au public plusieurs années après sa création[156].

 
L'artiste japonaise Megumi Igarashi exhibant un portrait stylisé de la vulve.

L'artiste plasticienne japonaise Megumi Igarashi a surtout porté ses efforts sur la peinture et le modelage des vulves et d'objets apparentés. Elle a recours à des moules pour créer des dioramas en 3D de sa vulve, souhaitant démystifier les organes génitaux féminins[157]

The Dinner Party est une installation réalisée par l'artiste féministe américaine Judy Chicago de 1974 à 1979. L'ensemble des assiettes, chacune ayant la forme élaborée d'une vulve qui vise à rappeler l'existence d'une femme historiquement notoire, est arrangé de façon à former un triangle, allusion au triangle urogénital[158].

L'artiste britannique Jamie McCartney (en) crée en 2011 une installation artistique, The Great Wall of Vagina, laquelle comporte 400 moules de vulves reproduites à leur taille réelle. Des textes éducatifs, rédigés par une conseillère en santé sexuelle, accompagnent l'œuvre. L'artiste écrit qu'il a produit cette installation « pour s'attaquer à certains stigmates et idées fausses qui sont monnaie courante »[trad 1],[159],[160].

Notes et référencesModifier

Citations originalesModifier

  1. (en) « address some of the stigmas and misconceptions that are commonplace »

RéférencesModifier

  1. « Définition de vulve », sur www.cnrtl.fr, Centre national de ressources textuelles et lexicales, (consulté le 29 avril 2020).
  2. (en) Paperback Oxford English Dictionary, Oxford University Press, (ISBN 9780199640942, lire en ligne).
  3. (en) « Women's problems in early 1800s », sur Bronwen Evans (consulté le 30 mars 2018).
  4. (en) J Balayla, « Male physicians treating Female patients: Issues, Controversies and Gynecology », McGill Journal of Medicine : MJM : An International Forum for the Advancement of Medical Sciences by Students, vol. 13, no 1,‎ , p. 72 (PMID 22399872, PMCID 3296153).
  5. Jean-Pierre Andrevon, Manuscrit d'un roman de SF trouvé dans une poubelle: nouvelles, Encrage, , p. 84.
  6. Pierre Louÿs, Trois filles de leur mère, Paris, René Bonnel, (lire en ligne), chap. II (« Trois Filles de leur mère »).
  7. Alizée Pichot, « Les 9 et 10 juin à Montréal : le Festivulve met les vulves à l’honneur! », Je suis féministe, .
  8. a b c et d (en) Gerard J. Tortora et Bryan Derrickson, Principles of anatomy and physiology, Hoboken, N.J., Wiley, , 12e éd. (ISBN 9780470233474), p. 1107–1110.
  9. a b c d e f g h i et j (en) Gerard J. Tortora et Nicholas P. Anagnostakos, Principles of anatomy and physiology, New York, Harper & Row, , 5e éd. (ISBN 978-0060466695), p. 727–728.
  10. a et b (en) « Anatomy and Physiology of the Female Reproductive System · Anatomy and Physiology », Phil Schatz.com.
  11. a et b (en) New Oxford American Dictionary, Oxford University Press, « The rounded mass of fatty tissue lying over the joint of the pubic bones, in women typically more prominent and also called the mons veneris ».
  12. a b c et d (en) Raoul C.M. Hennekam, Judith E. Allanson, Leslie G. Biesecker, John C. Carey, John M. Opitz et Eric Vilain, « Elements of morphology: Standard terminology for the external genitalia », American Journal of Medical Genetics Part A, vol. 161, no 6,‎ , p. 1238–1263 (DOI 10.1002/ajmg.a.35934).
  13. a et b (en) W. A. Marshall et J. M. Tanner, « Variations in pattern of pubertal changes in girls », Archives of Disease in Childhood, vol. 44, no 235,‎ , p. 291–303 (PMID 5785179, PMCID 2020314, DOI 10.1136/adc.44.235.291).
  14. a b et c (en) Gillian Pocock et Christopher D. Richards, Human physiology : the basis of medicine, Oxford, Oxford University Press, , 3e éd. (ISBN 9780198568780), p. 438.
  15. a et b (en) Gerard J Tortora et Bryan Derrickson, Principles of anatomy and physiology, Hoboken, N.J., Wiley, , 12e éd. (ISBN 9780470233474), p. 235–236.
  16. (en) Debra S. Heller, et Lara J. Burrows, 100 Questions & Answers About Vulvar Cancer and Other Diseases of the Vulva and Vagina, Jones & Bartlett Learning, (ISBN 9781449630911, lire en ligne).
  17. (en) Sallie Neill et Fiona Lewis, Ridley's The Vulva, John Wiley & Sons, (ISBN 9781444316698, lire en ligne).
  18. (en) Barbra Young, James S. Lowe, Alan Stevens, John W. Heath et Philip J. Deakin, Wheater's Functional Histology, , 5e éd. (ISBN 978-0-443-06850-8), p. 175–178.
  19. a b c d e f g h i j k l m n et o (en) Bruce M. King, Human sexuality today, Upper Saddle River, N.J., Prentice Hall, , 2e éd. (ISBN 978-0130149947), p. 24–28.
  20. (en) « 'The Great Wall Of Vagina' Is, Well, A Great Wall Of Vaginas (NSFW) », Huffington Post, HuffPost,‎ (lire en ligne).
  21. Collectif Intersexes et Allié.e.s, « L’intersexuation et les personnes intersex(ué)es », sur Collectif Intersexes et Allié.e.s-OII France, (consulté le 6 juin 2020)
  22. « Le SOPK est-il une intersexuation ? », sur CYCLIQUE, (consulté le 6 juin 2020)
  23. a et b Fausto-Sterling, Anne., Sexing the Body : Gender Politics and the Construction of Sexuality., Basic Books, (ISBN 978-1-5416-7289-5 et 1-5416-7289-5, OCLC 1153014573, lire en ligne)
  24. Kishka-Kamari Ford, « "First, Do No Harm"-The Fiction of Legal Parental Consent to Genital-Normalizing Surgery on Intersexed Infants », Yale Law & Policy Review, vol. 19, no 2,‎ (lire en ligne, consulté le 6 juin 2020)
  25. « L’enfant intersexué : dysphorie entre le modèle médical et l’intérêt supérieur de l’enfant », sur Revue Intervention (consulté le 6 juin 2020)
  26. (en) seelenlos, « Mutilations Génitales Intersexes: L'ONU réprimande la France », sur stop.genitalmutilation.org, (consulté le 6 juin 2020)
  27. a b et c (en) Mohamed Fahmy, Rare Congenital Genitourinary Anomalies: An Illustrated Reference Guide, Springer, (ISBN 9783662436806, lire en ligne).
  28. (en) H. E. O'Connell, K. V. Sanjeevan et J. M. Hutson, « Anatomy of the clitoris », The Journal of Urology, vol. 174, no 4 Pt 1,‎ , p. 1189–95 (PMID 16145367, DOI 10.1097/01.ju.0000173639.38898.cd).
  29. (en) Wilkinson and Stone Atlas of Vulvar Disease, Lippincott Williams & Wilkins, , 3e éd. (ISBN 9781451132182), p. 187–188.
  30. (en) M. Y. Lee, A. Dalpiaz, R. Schwamb, Y. Miao, W. Waltzer et A. Khan, « Clinical Pathology of Bartholin's Glands: A Review of the Literature », Current Urology, vol. 8, no 1,‎ , p. 22–25 (PMID 26195958, PMCID 4483306, DOI 10.1159/000365683).
  31. (en) M. Zaviacic et R. J. Ablin, « The female prostate and prostate-specific antigen. Immunohistochemical localization, implications of this prostate marker in women and reasons for using the term "prostate" in the human female », Histol. Histopathol., vol. 15, no 1,‎ , p. 131–142 (PMID 10668204).
  32. (en) V. Raizada et R. K. Mittal, « Pelvic floor anatomy and applied physiology », Gastroenterology Clinics of North America, vol. 37, no 3,‎ , p. 493–509, vii (PMID 18793993, PMCID 2617789, DOI 10.1016/j.gtc.2008.06.003).
  33. (en) Robert Shaw (dir.), Allan Maclean et Wendy Reid, Gynaecology, Edinbourg et New York, Churchill Livingstone/Elsevier, (ISBN 978-0-7020-3120-5), chap. 40, p. 599–612.
  34. a et b (en) V. Puppo, « Anatomy and physiology of the clitoris, vestibular bulbs, and labia minora with a review of the female orgasm and the prevention of female sexual dysfunction », Clinical Anatomy, New York, vol. 26, no 1,‎ , p. 134–152 (PMID 23169570, DOI 10.1002/ca.22177).
  35. (en) Daniel Albert, Dorland's illustrated medical dictionary, Philadelphia, PA, Saunders/Elsevier, , 32e éd. (ISBN 9781416062578), p. 140.
  36. (en) Daniel Albert, Dorland's illustrated medical dictionary, Philadelphia, PA, Saunders/Elsevier, , 32e éd. (ISBN 9781416062578), p. 2043.
  37. (en) « Superficial Inguinal Lymph Nodes — Medical Definition », sur medilexicon.com.
  38. a b et c (en) Daniel Albert, Dorland's illustrated medical dictionary, Philadelphia, PA, Saunders/Elsevier, , 32e éd. (ISBN 9781416062578), p. 1256–1257.
  39. a et b (en) Susan H. Oakley, George K. Mutema, Catrina C. Crisp, M. Victoria Estanol, Steven D. Kleeman, Angela N. Fellner et Rachel N. Pauls, « Innervation and Histology of the Clitoral–Urethal Complex: A Cross-Sectional Cadaver Study », The Journal of Sexual Medicine, vol. 10, no 9,‎ , p. 2211–2218 (DOI 10.1111/jsm.12230).
  40. (en) Daniel Albert, Dorland's illustrated medical dictionary, Philadelphie, PA, Saunders/Elsevier, , 32e éd. (ISBN 9781416062578), p. 1255.
  41. (en) S. Yucel, Jr De Souza A. et L. S. Baskin, « Neuroanatomy of the human female lower urogenital tract », The Journal of Urology, vol. 172, no 1,‎ , p. 191–195 (PMID 15201770, DOI 10.1097/01.ju.0000128704.51870.87).
  42. (en) « Clinical Case - Perineum & External Genitalia », The University of Michigan, .
  43. a b et c (en) Barbara Hoffman, Williams gynecology, New York, McGraw-Hill Medical, , 2e éd. (ISBN 9780071716727), p. 794–806.
  44. (en) Kyung Won Chung, Gross anatomy, Philadelphie, Lippincott Williams & Wilkins, , 5e éd. (ISBN 978-0-7817-5309-8), p. 268.
  45. a b c d e et f (en) T. Sadler, Langman's medical embryology, Philadelphia, Lippincott Williams & Wilkins, , 253–258 p. (ISBN 9780781790697).
  46. a b c d e f et g (en) William J. Larsen, Human embryology, Philadelphia, Pa., Churchill Livingstone, , 284–288 p. (ISBN 978-0443065835).
  47. a et b (en) « Hormonal effects in newborns : MedlinePlus Medical Encyclopedia », MedlinePlus (consulté le 18 mars 2018).
  48. (en) V Puppo, « Embryology and anatomy of the vulva: the female orgasm and women's sexual health », European Journal of Obstetrics, Gynecology, and Reproductive Biology, vol. 154, no 1,‎ , p. 3–8 (PMID 20832160, DOI 10.1016/j.ejogrb.2010.08.009).
  49. a et b (en) « NHS Direct Wales - Encyclopaedia : Labial fusion », NHS Direct Wales (consulté le 26 mars 2018).
  50. (en) Neil Campbell, Biology, Redwood City, Calif., Benjamin/Cummings Pub. Co., , 2e éd., 939–946 p. (ISBN 978-0805318005).
  51. a b et c (en) John E. Hall, Guyton and Hall textbook of medical physiology, Philadelphia, PA, Saunders/Elsevier, , 12e éd. (ISBN 9781416045748), p. 993–1000.
  52. (en) « Secondary Characteristics » (version du 27 septembre 2011 sur l'Internet Archive), sur hu-berlin.de, .
  53. « Pubarche prématurée : quand faut-il s’inquiéter », Louvain médical, .
  54. (en) L. Ibáñez, N. Potau, D. Dunger et F. de Zegher, « Precocious pubarche in girls and the development of androgen excess », Journal of Pediatric Endocrinology & Metabolism, vol. 13 Suppl 5,‎ , p. 1261-1263 (PMID 11117666).
  55. (en) « Sweating and body odor: Causes », Mayo Clinic.
  56. a b et c (en) « Pheromones Sex attraction » (consulté le 1er mars 2018).
  57. (en) Jillian Lloyd, « Female genital appearance: 'normality' unfolds », British Journal of Obstetrics and Gynaecology, vol. 112, no 5,‎ , p. 643–646 (PMID 15842291, DOI 10.1111/j.1471-0528.2004.00517.x).
  58. (en) Gillian Pocock et Christopher D. Richards, Human physiology : the basis of medicine, Oxford, Oxford University Press, , 3e éd. (ISBN 9780198568780), p. 446.
  59. (en) Vanessa Ngan, « Vulval and vaginal problems in prepubertal females », DermNet NZ, .
  60. (en) S. Goldstein, Pediatric and adolescent gynecology, Philadelphia, PA, Lippincott Williams & Wilkins, , 5e éd. (ISBN 978-0781744935), p. 120–155.
  61. (en) John E. Hall, Guyton and Hall textbook of medical physiology, Philadelphia, PA, Saunders/Elsevier, , 12e éd. (ISBN 9781416045748), p. 1008–1014.
  62. a b et c Stephanie S. Faubion, Richa Sood et Ekta Kapoor, « Genitourinary Syndrome of Menopause: Management Strategies for the Clinician; Concise Review for Physicians », Mayo Clinic Proceedings, vol. 92, no 12,‎ , p. 1842–1849 (PMID 29202940, DOI 10.1016/j.mayocp.2017.08.019).
  63. (en) « Definition of Smegma », Merriam-Webster (consulté le 20 avril 2016).
  64. (en) Kent M. Fox et Stuart Ira Van De Graaff, Concepts of human anatomy and physiology, Dubuque, Iowa, Wm. C. Brown Publishers, , 958–963 p. (ISBN 978-0697056757, lire en ligne).
  65. (en) R Basson, « The female sexual response: a different model », Journal of Sex & Marital Therapy, vol. 26, no 1,‎ jan–mar 2000, p. 51–65 (PMID 10693116, DOI 10.1080/009262300278641).
  66. (en) « Thrush in men and women », NHS UK, (consulté le 25 mars 2018).
  67. (en) Paola Mastromarino, Beatrice Vitali et Luciana Mosca, « Bacterial vaginosis: a review on clinical trials with probiotics », New Microbiologica, vol. 36, no 3,‎ , p. 229–238 (PMID 23912864, lire en ligne).
  68. (en) Lauren P. Rimoin, Shawn G. Kwatra et Gil Yosipovitch, « Female-specific pruritus from childhood to postmenopause: clinical features, hormonal factors, and treatment considerations », Dermatologic Therapy, vol. 26, no 2,‎ , p. 157–167 (ISSN 1396-0296, PMID 23551372, DOI 10.1111/dth.12034).
  69. (en) « Vaginitis - Symptoms and causes », Mayo Clinic (consulté le 18 mars 2018).
  70. (en) « Pubic Hair Removal - Shaving », Palo Alto Medical Foundation (consulté le 13 novembre 2011).
  71. (en) N. Panagiotopoulou, C. S. M. Wong et B. Winter-Roach, « Vulvovaginal-gingival syndrome », Journal of Obstetrics and Gynaecology, vol. 30, no 3,‎ , p. 226–230 (ISSN 0144-3615, DOI 10.3109/01443610903477572).
  72. (en) Bethanee J. Schlosser, « Lichen planus and lichenoid reactions of the oral mucosa », Dermatologic Therapy, vol. 23, no 3,‎ , p. 251–267 (ISSN 1396-0296, PMID 20597944, DOI 10.1111/j.1529-8019.2010.01322.x).
  73. a et b (en-US) « CDC - What Are the Symptoms of Vaginal and Vulvar Cancers? », Centers for Disease Control and Prevention (consulté le 18 mars 2018).
  74. a b et c (en) Peter A. Leone, « Scabies and Pediculosis Pubis: An Update of Treatment Regimens and General Review », Clinical Infectious Diseases, vol. 44, no Supplement_3,‎ , S153–S159 (ISSN 1537-6591, DOI 10.1086/511428).
  75. « MST et IST : tout sur les maladies et infections sexuellement transmissibles », Passeport Santé, (consulté le 3 janvier 2020).
  76. « MST », Futura-Sciences, (consulté le 3 janvier 2020).
  77. a et b (en) « Sexually transmitted infections (STIs) Fact sheet N°110 » [archive du ], WHO, (consulté le 30 novembre 2014).
  78. (en) « safe sex | Definition of safe sex in English by Oxford Dictionaries », Oxford Dictionaries (consulté le 18 mars 2018).
  79. (en) « Syphilis - CDC Fact Sheet (Detailed) », Centers for Disease Control and Prevention, (consulté le 3 février 2016).
  80. (en-US) « STD Facts - Gonorrhea », Centers for Disease Control and Prevention, (consulté le 11 décembre 2017).
  81. (en) Danny A. Milner, Diagnostic Pathology: Infectious Diseases E-Book, Elsevier Health Sciences, (ISBN 9780323400374, lire en ligne).
  82. (en) « Human papillomavirus (HPV) and cervical cancer » [archive du ], WHO, .
  83. (en) « Genital Herpes – CDC Fact Sheet », Centers for Disease Control and Prevention, (consulté le 20 décembre 2017).
  84. (en) Susan Zweizig, Sharmilee Korets et Joanna M. Cain, « Key concepts in management of vulvar cancer », Best Practice & Research Clinical Obstetrics & Gynaecology, vol. 28, no 7,‎ , p. 959–966 (ISSN 1521-6934, PMID 25151473, DOI 10.1016/j.bpobgyn.2014.07.001).
  85. (en) I Stock, « [Molluscum contagiosum--a common but poorly understood "childhood disease" and sexually transmitted illness]. », Medizinische Monatsschrift Fur Pharmazeuten, vol. 36, no 8,‎ , p. 282–90 (PMID 23977728).
  86. (en) « Risk Factors - Molluscum Contagiosum », Centers for Disease Control and Prevention (consulté le 24 mars 2016).
  87. (en) Dewi J de Waaij, Jan Henk Dubbink, Sander Ouburg, Remco P H Peters et Servaas A Morré, « Prevalence ofTrichomonas vaginalisinfection and protozoan load in South African women: a cross-sectional study », BMJ Open, vol. 7, no 10,‎ , e016959 (ISSN 2044-6055, PMID 28993385, PMCID 5640031, DOI 10.1136/bmjopen-2017-016959).
  88. (en-US) « STD Facts - Trichomoniasis », Centers for Disease Control and Prevention (consulté le 5 octobre 2017).
  89. (en) « About vulval cancer », Cancer Research UK (consulté le 6 avril 2016).
  90. a et b (en) « Types of vulval cancer », Cancer Research UK (consulté le 19 mars 2018).
  91. (en) KC Fuh et JS Berek, « Current management of vulvar cancer. », Hematology/Oncology Clinics of North America, vol. 26, no 1,‎ , p. 45–62 (PMID 22244661, DOI 10.1016/j.hoc.2011.10.006).
  92. (en) P Hillemanns, X Wang, S Staehle, W Michels et C Dannecker, « Evaluation of different treatment modalities for vulvar intraepithelial neoplasia (VIN): CO(2) laser vaporization, photodynamic therapy, excision and vulvectomy. », Gynecologic Oncology, vol. 100, no 2,‎ , p. 271–5 (PMID 16169064, DOI 10.1016/j.ygyno.2005.08.012).
  93. « Fusion labiale ou accolement des petites lèvres », sur mariefortier.com, .
  94. a et b Ronald Rabinowitz et Jimena Cubillos, « Malformations congénitales des organes génitaux », dans Le Manuel Merck pour le grand public, Merck Sharp & Dohme Corp., (lire en ligne).
  95. (en) Amanda Oakley, « Labial adhesion in prepubertal girls », Hamilton, New Zealand, DermNet NZ, (consulté le 26 mars 2018).
  96. (en) M Feldhaus-Dahir, « The causes and prevalence of vestibulodynia: A vulvar pain disorder », Urologic Nursing, vol. 31, no 1,‎ , p. 51–4 (PMID 21542444, DOI 10.7257/1053-816X.2012.31.1.51).
  97. a et b (en) S Bergeron, YM Binik, S Khalifé et K Pagidas, « Vulvar vestibulitis syndrome: a critical review », The Clinical Journal of Pain, vol. 13, no 1,‎ , p. 27–42 (PMID 9084950, DOI 10.1097/00002508-199703000-00006).
  98. (en) Maximilien Barret, Vincent de Parades, Maxime Battistella, Harry Sokol, Nicolas Lemarchand et Philippe Marteau, « Crohn's disease of the vulva », Journal of Crohn's and Colitis, vol. 8, no 7,‎ , p. 563–570 (ISSN 1873-9946, PMID 24252167, DOI 10.1016/j.crohns.2013.10.009).
  99. (en) Kristen M.A. Stewart, « Challenging Ulcerative Vulvar Conditions », Obstetrics and Gynecology Clinics of North America, vol. 44, no 3,‎ , p. 453–473 (PMID 28778643, DOI 10.1016/j.ogc.2017.05.009).
  100. a et b (en) JC Talmant, C Bruant-Rodier, AC Nunziata, JF Rodier et A Wilk, « [Squamous cell carcinoma arising in Verneuil's disease: two cases and literature review] », Annales de Chirurgie Plastique et Esthetique, vol. 51, no 1,‎ , p. 82–6 (PMID 16488526, DOI 10.1016/j.anplas.2005.11.002).
  101. (en) Su-Han Kim, Sang-Hee Seo, Hyun-Chang Ko, Kyung-Sool Kwon et Moon-Bum Kim, « The use of dermatoscopy to differentiate vestibular papillae, a normal variant of the female external genitalia, from condyloma acuminata », Journal of the American Academy of Dermatology, vol. 60, no 2,‎ , p. 353–355 (PMID 19150287, DOI 10.1016/j.jaad.2008.08.031).
  102. (en) N Weigle et S McBane, « Psoriasis », American Family Physician, vol. 87, no 9,‎ , p. 626–33 (PMID 23668525).
  103. (en) Lynn M Dudley, Christine Kettle, Khaled MK Ismail et Lynn M Dudley, « Secondary suturing compared to non-suturing for broken down perineal wounds following childbirth », Cochrane Database Syst Rev, no 9,‎ , CD008977 (PMID 24065561, DOI 10.1002/14651858.CD008977.pub2, lire en ligne).
  104. (en) Martha Finn, Lucy Bowyer, Sandra Carr, Vivienne O'Connor et Beverley Vollenhoven, Women's Health: A Core Curriculum, Australia, Elsevier, (ISBN 978-0-7295-3736-0).
  105. a et b (en) Bruce King, Human sexuality today, Upper Saddle River, N.J., Prentice Hall, (ISBN 978-0130149947), p. 178.
  106. (en) « Perineal Trauma: Assessment and Repair » [archive du ], sur the women's (consulté le 1er octobre 2011).
  107. (en) Vittorio Basevi, Tina Lavender et Vittorio Basevi, « Routine perineal shaving on admission in labour », Reviews, no 11,‎ , CD001236 (PMID 25398160, DOI 10.1002/14651858.CD001236.pub2).
  108. (en) A. Lefebvre, P. Saliou, J.C. Lucet, O. Mimoz, O. Keita-Perse, B. Grandbastien, F. Bruyère, P. Boisrenoult, D. Lepelletier et L.S. Aho-Glélé, « Preoperative hair removal and surgical site infections: network meta-analysis of randomized controlled trials », Journal of Hospital Infection, vol. 91, no 2,‎ , p. 100–108 (ISSN 0195-6701, PMID 26320612, DOI 10.1016/j.jhin.2015.06.020).
  109. (en) « genitoplasty », TheFreeDictionary (consulté le 18 mars 2018).
  110. (en) CS Wong et SS Bhimji, « Labiaplasty, Labia Minora Reduction », StatPearls,‎ (PMID 28846226, lire en ligne).
  111. (en) Donald Munro, « Trans Media Watch », Trans Media Watch (consulté le 18 mars 2018).
  112. (en) Lynne Carroll et Lauren Mizock, Clinical Issues and Affirmative Treatment with Transgender Clients, An Issue of Psychiatric Clinics of North America, E-Book, Elsevier Health Sciences, (ISBN 9780323510042, lire en ligne).
  113. (en) Emily Bourke, « Designer vagina craze worries doctors », Australian Broadcasting Corporation,‎ (lire en ligne, consulté le 5 mars 2016).
  114. (en) Lih Mei Liao et Sarah M Creighton, « Requests for cosmetic genitoplasty: how should healthcare providers respond? », BMJ, vol. 334, no 7603,‎ , p. 1090–1092 (PMID 17525451, PMCID 1877941, DOI 10.1136/bmj.39206.422269.BE, lire en ligne, consulté le 3 mars 2016).
  115. a et b (en) American College of Obstetricians and Gynecologists, « Vaginal "Rejuvenation" and Cosmetic Vaginal Procedures », ACOG Committee Opinion, no 378,‎ , p. 2 (lire en ligne [PDF]).
  116. (en) Jean Tignol, Corinne Martin-Guehl et Bruno Aouizerzate, « Body dysmorphic disorder (BDD) », La Presse Médicale, vol. 41, no 1,‎ , e22–e35 (ISSN 0755-4982, PMID 21831574, DOI 10.1016/j.lpm.2011.05.021).
  117. Dr Tourmente, « "Lâchez-nous la chatte" : non, la vulve n'est pas sale ! », Allô Docteur,
  118. Lucie Piqueur, « Ça sent quoi une vulve ? », Urbania,
  119. Anouk Perry, « 15 surprises qu’on peut avoir en touchant une vulve pour la première fois », Mademoizelle,
  120. a et b Lady Dylan, « L’épilation, est-ce vraiment plus « hygiénique » ? », Mademoizelle,
  121. a et b (en) « Rwandan Women View The Elongation Of Their Labia As Positive », Medical News Today (consulté le 27 mars 2018).
  122. (nl) « Jan Nederveen Pieterse, Wit over zwart · dbnl », sur DBNL (consulté le 28 mars 2018).
  123. (en) G Martínez Pérez, M Mubanga, C Tomás Aznar et B Bagnol, « Zambian Women in South Africa: Insights Into Health Experiences of Labia Elongation », Journal of Sex Research, vol. 52, no 8,‎ , p. 857–67 (PMID 26147362, DOI 10.1080/00224499.2014.1003027).
  124. (en) CM Audet, M Blevins, CB Cherry, L González-Calvo, AF Green et TD Moon, « Understanding intra-vaginal and labia minora elongation practices among women heads-of-households in Zambézia Province, Mozambique », Culture, Health & Sexuality, vol. 19, no 5,‎ , p. 616–629 (PMID 27921861, PMCID 5460297, DOI 10.1080/13691058.2016.1257739).
  125. (en) « Health and beauty: vaginal practices: Indonesia (Yogyakarta), Mozambique (Tete), South Africa (KwaZulu-Natal), and Thailand (Chonburi) », World Health Organization (consulté le 27 mars 2018).
  126. « Un médecin américain met en garde contre l'épilation pubienne », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 6 juillet 2018).
  127. (en) Heinz Tschachler, Maureen Devine et Michael Draxlbauer, The EmBodyment of American Culture, Berlin-Hamburg-Münster, LIT Verlag, , 61–62 p. (ISBN 978-3-8258-6762-1).
  128. Rowen TS, Gaither TW, Awad MA, Osterberg E, Shindel AW et Breyer BN, « Pubic Hair Grooming Prevalence and Motivation Among Women in the United States », JAMA Dermatology, vol. 152, no 10,‎ , p. 1106–1113 (ISSN 2168-6068, PMID 27367465, DOI 10.1001/jamadermatol.2016.2154, lire en ligne).
  129. (en) Miranda A. Farage et Howard I. Maibach, The Vulva: Anatomy, Physiology, and Pathology, CRC Press, (ISBN 9781420005318, lire en ligne).
  130. a et b (en) Helen Bickmore, Milady's Hair Removal Techniques: A Comprehensive Manual, Thomson Delmar Learning, .
  131. (en) Buyukcelebi Ismail, Living in the Shade of Islam: A Comprehensive Reference of Theory and Practice, Tughra Books, (ISBN 978-1-932-09921-8, lire en ligne), p. 169.
  132. (en) Victoria Pitts-Taylor (dir.), Cultural Encyclopedia of the Body, vol. Vol. 2: M-Z, Greenwood, (ISBN 0313341451), p. 233.
  133. (en) « Can selfish lovers ever give as good as they get? Plus, the perks of piercings and how to get her to hurry up already », MSNBC, (consulté le 13 novembre 2011).
  134. (en) Vaughn S. Millner, Bernard H. Eichold, Thomasina H. Sharpe et Sherwood C. Lynn, « First glimpse of the functional benefits of clitoral hood piercings », American Journal of Obstetrics and Gynecology, vol. 193, no 3,‎ , p. 675–676 (PMID 16150259, DOI 10.1016/j.ajog.2005.02.130, lire en ligne, consulté le 13 novembre 2011).
  135. (en) Elayne Angel, « VCH Piercings », The Point,‎ , p. 16-17 (lire en ligne [PDF], consulté le 13 novembre 2011).
  136. (en) Pedro Vieira-Baptista, Gutemberg Almeida, Fabrizio Bogliatto, Tanja Gizela Bohl, Matthé Burger, Bina Cohen-Sacher, Karen Gibbon, Andrew Goldstein et Debra Heller, « International Society for the Study of Vulvovaginal Disease Recommendations Regarding Female Cosmetic Genital Surgery », Journal of Lower Genital Tract Disease, vol. 22, no 4,‎ , p. 415–434 (ISSN 1526-0976, PMID 29994815, DOI 10.1097/lgt.0000000000000412).
  137. (en) Tracy Clark-Flory, « The "labia pride" movement: Rebelling against the porn aesthetic, women are taking to the Internet to sing the praises of "endowed" women. », Salon.com,‎ (lire en ligne)
  138. Lucile Sourdès, « Révolution vulvienne: Contre l'image de la vulve parfaite, elles se rebellent sur Internet », Rue89,‎ (lire en ligne).
  139. a b et c (en) « Female genital mutilation », World Health Organization, (consulté le 21 février 2018).
  140. (en) Sarah Dening, The Mythology of Sex, London, England, Macmillan, [détail de l’édition] (ISBN 978-0-02-861207-2, lire en ligne), « Chapter 3: Sex in Ancient Civilizations ».
  141. a b c et d (en) Gwendolyn Leick, Sex and Eroticism in Mesopotamian Literature, New York, Routledge, (1re éd. 1994) [détail de l’édition] (ISBN 978-1-134-92074-7, lire en ligne), p. 96.
  142. (en) Manuel Ceccarelli, Enki und Ninmah: Eine mythische Erzählung in sumerischer Sprache, vol. 16, Tübingen, Germany, Mohr Siebeck, coll. « Orientalische Relionen in der Antik », [détail de l’édition] (ISBN 978-3-16-154278-7, lire en ligne), p. 21.
  143. (en) Dale Launderville, Celibacy in the Ancient World: Its Ideal and Practice in Pre-Hellenistic Israel, Mesopotamia, and Greece, Collegeville, Maryland, Liturgical Press, coll. « A Michael Glazier Book », [détail de l’édition] (ISBN 978-0-8146-5734-8, lire en ligne), p. 184.
  144. (en) Jeremy Black et Anthony Green, Gods, Demons and Symbols of Ancient Mesopotamia: An Illustrated Dictionary, The British Museum Press, , 150–152 p. [détail de l’édition] (ISBN 978-0-7141-1705-8, lire en ligne).
  145. (en) « Yoni », Merriam-Webster (consulté le 30 mars 2016).
  146. a et b (en) Yoni - Oxford Reference, Oxford University Press, (ISBN 9780198610250, DOI 10.1093/acref/9780198610250.001.0001), « Yoni ».
  147. (en) Gavin D. Flood, An Introduction to Hinduism, Cambridge University Press, (ISBN 9780521438780, lire en ligne).
  148. (en) « Mudra Photo Gallery » (consulté le 18 mars 2018).
  149. (en) University of Southern California, « The Prophet of Islam – His Biography » [archive du ] (consulté le 12 août 2006).
  150. (en) Karen Tate, Sacred Places of Goddess: 108 Destinations, San Francisco, Consortium of Collective Consciousness Publishing, (ISBN 9781888729115, lire en ligne), p. 166.
  151. (en) Rufus Camphausen, The Yoni, Sacred Symbol of Female Creative Power, Vermont, Inner Traditions. Bear & Company, (ISBN 9780892815623), p. 134.
  152. a et b (en) Jorgen Andersen, The Witch on the Wall, Rosenkilde & Bagger, (ISBN 978-87-423-0182-1).
  153. (en) Anthony Weir et James Jerman, Images of Lust: Sexual Carvings on Medieval Churches, Londres, B. T. Batsford Ltd, (lire en ligne).
  154. (en) Barbara Freitag, Sheela-na-gigs: Unravelling an Enigma, Psychology Press, (ISBN 9780415345521, lire en ligne).
  155. Guilhem Scherf, Houdon, Diane chasseresse, Paris, Service culturel du musée du Louvre, .
  156. (en) « Musée d'Orsay: Gustave Courbet The Origin of the World », Musée d'Orsay (consulté le 27 mars 2018).
  157. (en) Justin McCurry, « Vagina selfie for 3D printers lands Japanese artist in trouble », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le 4 mars 2018).
  158. (en) Judy Chicago et Donald Woodman (photographie), The dinner party : from creation to preservation, Londres, Merrell Publishers, (ISBN 978-1-85894-370-1), p. 289.
  159. (en) Jamie McCartney, The great wall of vagina, Brighton, Jamie McCartney, (ISBN 978-0956878502).
  160. (en) « 'The Great Wall Of Vagina' Is, Well, A Great Wall Of Vaginas (NSFW) », HuffPost,‎ (lire en ligne, consulté le 18 mars 2018).

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier