Vulcain (entreprise)

marque de montres

Vulcain
Création 1858
Fondateurs Maurice Ditisheim
Siège social Le Locle
Drapeau de la Suisse Suisse
Activité horlogerie
Site web vulcain-watches.ch

Vulcain est une entreprise d'horlogerie de luxe fondée en 1858 implantée à La Chaux-de-Fonds (Suisse)[1].

HistoriqueModifier

Vulcain a été fondée en 1858 à La Chaux-de-Fonds, en Suisse, par les frères Ditisheim, Maurice, Gaspard et Aron. Les Ditisheim étaient l'une des nombreuses familles juives impliquées dans l'innovation et la modernisation de l'industrie horlogère[2]. En l'espace de 20 à 30 ans, l'entreprise est passée d'un petit atelier à une marque prospère et réputée. Comme les frères étaient également impliqués dans des branches étrangères de l'industrie, ils avaient l'avantage de disposer d'un réseau international de contacts. En 1886, Maurice rachète l'entreprise à ses frères[3],[4].

En 1889, à l’exposition universelle de Paris, le jury décerne un diplôme de médaille de bronze à M. Ditisheim, pour sa montre à complication « La vallée de l’Arve », une pièce en or avec décor émaillé qui abrite une grande et petite sonnerie astronomique, une répétition minutes et un calendrier perpétuel.

En 1894, des montres sont proposées pour la première fois sous la marque Vulcain, la société étant désormais dirigée par le fils de Maurice Ditisheim, Ernest-Albert Ditisheim[5]. En 1900, Ditisheim dépose le nom "Vulcain" comme marque pour ses montres de poche, du nom du dieu romain du feu[6].

En 1929, la marque obtient le grand prix d'horlogerie de l’exposition universelle de Barcelone.

En 1947, elle présente la première montre-bracelet possédant un réveil véritablement fonctionnel[7] qui sera baptisé Cricket en raison du son strident émis pendant environ vingt secondes et qui rappelle celui du criquet.

En 1961, elle met au point la montre Cricket Nautical, étanche à 300 m et dont le réveil est parfaitement audible sous l'eau[8].

En 1961, la Manufacture Vulcain s'associe à trois autres marques : Buser, Phenix et Revue au sein du nouveau groupe MSR (Manufacture d'horlogerie Suisse Réunie) pour faire face à la concurrence des autres fabricants suisses et étrangers .

En 1980, la famille Straumann (propriétaire de la société Revue) acquiert la majorité des actions du groupe MSR.

Dès 1986, MSR décidera de se concentrer sur une seule marque, abandonnant la marque Vulcain au cadran spécifique .

En 2002, toutefois, la marque est à nouveau recréée et est diffusée par les horlogers de tradition en Europe et ailleurs .

CalibresModifier

  • Calibre 120 cricket : créé en 1947, ce calibre mécanique est doté de deux barillets, le premier pour le mouvement et le second pour le réveil, remontés à l'aide d'une seule couronne.
  • Calibre 401 cricket : créé en 1958, ce calibre mécanique est doté d'un seul barillet pour le mouvement et le réveil. La durée du réveil est limitée à 15 secondes pour ne pas détendre entièrement le ressort de barillet. Il comporte une date à 3h et une petite seconde à 6h.
  • Calibre 406 cricket ou « Golden Voice » : créé en 1958, ce calibre a été conçu pour les montres-réveil pour dame. L'or a été choisi lors de la conception de ce calibre, ce qui lui a valu son surnom. Il comporte une seconde centrale.
  • Calibre V-10 cricket : calibre mécanique à double barillet
  • Calibre V-11 cricket : calibre V-10 avec disque de quantième simple
  • Calibre V-13 cricket : calibre V-10 avec une finition soignée Côtes de Genève
  • Calibre V-16 cricket : calibre V-10 avec une finition anthracite et disque de quantième simple
  • Calibre V-18 cricket : calibre V-10 avec une finition anthracite
  • Calibre V-21 cricket : calibre mécanique à double barillet à remontage automatique et disque de quantième simple
  • Calibre V-22 cricket : calibre V-21 avec une finition anthracite
  • Calibre V-28 cricket : calibre mécanique à double barillet à remontage automatique et finition anthracite
  • Calibre V-56 : calibre basé sur un calibre Soprod A10
  • Calibre V-57 : calibre basé sur un calibre Valjoux 7753 modifié mono-poussoir

Notes et référencesModifier

  1. « Montre Vulcain 50s Presidents’ Watch au poignet », (consulté le ).
  2. (de) Stefanie Mahrer, Handwerk der Moderne: Jüdische Uhrmacher und Uhrenunternehmer im Neuenburger Jura 1800–1914, Cologne, Böhlau, (ISBN 978-3-412-20935-3)
  3. (fr + de) Stefanie Mahrer, « Les horlogers juifs dans le Jura »
  4. (de) Stefanie Mahrer, Jacques Picard, « Uhrmacher, in: Diner, Dan (Hg.): Enzyklopädie jüdischer Geschichte und Kultur »
  5. (en) Reyne Haines, Vintage Wristwatches, Penguin, (ISBN 978-1-4402-1524-7)
  6. (en) Martin Green, « "Old School – Vulcain Cricket". Monochrome Watches. »
  7. « La Montre Reveil », sur invenitetfecit.com (consulté le )
  8. « Montre Vulcain The Nautical Heritage au poignet », (consulté le ).

Lien externeModifier