Volkmar Schöneburg

politicienne allemande

Volkmar Schöneburg
Illustration.
Fonctions
Ministre de la Justice du Brandebourg
Ministre-président Matthias Platzeck
Dietmar Woidke
Gouvernement Platzeck III
Woidke I
Prédécesseur Beate Blechinger
Successeur Christian Görke
Biographie
Date de naissance (63 ans)
Lieu de naissance Potsdam (RDA)
Parti politique Die Linke (2007)
PDS (1990-2007)
SED (jusqu'en 1990)
Diplômé de Université Humboldt
de Berlin
Profession Chercheur
Avocat

Volkmar Schöneburg, né le à Potsdam est un homme politique allemand membre de Die Linke. Il est ministre de la Justice du Land de Brandebourg entre 2009 et 2013.

BiographieModifier

Formation de juristeModifier

En 1977, il obtient son Abitur et entre à l'université Humboldt de Berlin afin d'y étudier le droit. Il en ressort sept ans plus tard avec un diplôme de juriste et obtient un doctorat de droit pénal et criminologie en 1987.

Il devient alors assistant de recherche au sein de l'Institut central de philosophie de l'Académie des sciences de la République démocratique allemande (RDA) jusqu'en 1991. Cette année, il est engagé pour le même emploi à la faculté de droit de son ancienne université.

En 1990, il rejoint le Parti du socialisme démocratique (PDS), après avoir appartenu au Parti socialiste unifié d'Allemagne (SED).

Avocat et juge constitutionnelModifier

Il réussit l'examen du barreau en 1996 mais il ne commence à travailler comme avocat, spécialisé en droit pénal et procédure pénale, à Potsdam qu'en 2002. Quatre ans plus tard, il est élu juge au tribunal constitutionnel régional du Brandebourg sur proposition du PDS.

Ministre de la Justice du BrandebourgModifier

Membre de Die Linke à partir de 2007, Volkmar Schöneburg est nommé ministre de la Justice le , dans le gouvernement de coalition rouge-rouge du ministre-président social-démocrate Matthias Platzeck. Ce choix a fait l'objet de nombreuses critiques, de la part de l'opposition et même du Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD)[1], à cause de certains de ses écrits ayant minimisé la « dictature est-allemande »[2].

Il démissionne le . Il est remplacé le suivant par Christian Görke, nouveau président régional de Die Linke.

Vie privéeModifier

Divorcé, il est père d'un enfant.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier