Vol Air France 125

incident aérien


L'incendie du vol Air France 125 est un accident d'aviation survenu le . Aéroport international El Rahaba vers Aéroport international du Caire Le vol Air France 125 (Airbus A300B4-203) a subi une panne moteur au décollage. Le pilote a immédiatement interrompu le décollage, mais un incendie s'est déclaré. 124 passagers et membres d'équipage étaient à bord, seuls deux passagers ont été blessés[1]. Cet accident était le premier accident à perte totale causé par l'Airbus A300[2].

Vol Air France 125
Un Airbus A300 d'Air France, similaire à celui impliqué dans l'accident.
Un Airbus A300 d'Air France, similaire à celui impliqué dans l'accident.
Caractéristiques de l'accident
Date
CausesIncendie dû à une panne moteur
SiteAéroport international El Rahaba, au Yemen
Coordonnées 15° 28′ 38″ nord, 44° 13′ 11″ est
Caractéristiques de l'appareil
Type d'appareilAirbus A300B4-203
CompagnieAir France
No  d'identificationF-BVGK
Lieu d'origineAéroport international El Rahaba, au Yemen
Lieu de destinationAéroport international du Caire, en Égypte
PhaseDécollage
Passagers111
Équipage5
Morts0
Blessés2
Survivants124 (tous)

Géolocalisation sur la carte : Yémen
(Voir situation sur carte : Yémen)
Vol Air France 125

À propos du vol 125 modifier

L'avion qui a causé l'accident modifier

L'airbus A300B4-203 (F-BVGK), qui a eu un incendie, a effectué son premier vol le et a été livré à Air France le . L'avion a totalisé 9 053 heures de vol et 3 376 décollages et atterrissages[3]. Cet avion a subi des dommages irréparables en raison de cet accident et a été radié le de la même année[3],[1],[4].

Équipage modifier

Le capitaine était un Français de 50 ans avec un temps de vol total de 14 728 heures. Il a reçu la qualification de vol A300 le et avait 1 594 heures d'expérience de vol avec le même avion. En plus de ses qualifications A300, il possédait également les qualifications Sud-Aviation SE 210 Caravelle, Boeing 727, Douglas DC-3, Douglas DC-4 et Breguet Deux-Ponts[4]. Il était commandant de bord du Sud-Aviation SE 210 Caravelle et Boeing 727[4].

Le copilote était un Français de 33 ans avec un temps de vol total de 3 721 heures. Il était qualifié pour l'A300 le et avait 68 heures d'expérience de vol avec le même avion. Il possédait également les qualifications Sud-Aviation SE 210 Caravelle, Boeing 727[4].

Le mécanicien de bord était un Français de 36 ans avec un temps de vol total de 4 304 heures. Il était qualifié pour l'A300 le et comptait 1 032 heures d'expérience de vol avec le même avion. Il a également été qualifié pour le vol Sud-Aviation SE 210 Caravelle[4].

En plus des trois membres d'équipage du poste de pilotage, dix agents de bord étaient à bord du vol 125. Quatre d'entre eux étaient en formation à l'A300[4].

Histoire de l'accident modifier

Le vol 125 était un vol régulier international de l'aéroport international El Rahaba à Paris via l'aéroport international du Caire. Le temps était clément le jour de l'accident. À 08:19, heure locale, le vol 125 a été autorisé à décoller de la piste 36 et a commencé sa course au décollage. Cependant, lorsque l'avion a accéléré à environ 95 nœuds (176 km/h), une explosion soudaine s'est produite. Le commandant de bord a cru que le pneu de l'avion s'était rompu et a décidé d'annuler le décollage. Cependant, ce bruit d'explosion était dû à l'explosion du moteur droit, et l'alarme incendie a été activée dans le cockpit. L'explosion a provoqué une fuite de carburant des ailes et un incendie s'est déclaré à l'arrière du fuselage à droite. L'avion s'est arrêté à environ 1 900 m du début du vol à voile. Même après l'arrêt de l'avion, le carburant fuyait toujours, ce qui a rapidement aggravé l'incendie. L'évacuation se faisait principalement par la glissière d'évacuation arrière gauche. Bien que l'avion ait été gravement endommagé par l'incendie, 124 membres d'équipage et passagers n'ont pas été tués[4],[5],[2].

Investigation d'accident modifier

Le rapport final conclut que l'explosion du moteur droit dans cet accident était due à une panne de disque de turbine. Le disque de la turbine présentait des fissures de fatigue qui n'ont pas été trouvées lors de l'inspection du moteur. Dans le rapport, il était indiqué que des améliorations fondamentales de la conception étaient nécessaires plutôt qu'un examen des intervalles d'inspection des disques[2].

Avis de sécurité modifier

Le , l'Administration de l'aviation civile du Yémen a publié quatre avis de sécurité. Cette recommandation modifie les règlements de navigabilité du moteur pour exiger des essais d'endurance, inclure la salle de confinement du train d'atterrissage dans une zone touchée par le feu et équiper toutes les portes d'accès de deux poignées, on a demandé de revoir la conception de la goulotte d'évacuation[2],[4].

Articles connexes modifier

Références modifier

  1. a et b Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Airbus A300B4-203 F-BVGK Sana'a International Airport (SAH) », sur aviation-safety.net (consulté le ).
  2. a b c et d Harro Ranter, « Aviation Safety Network > ASN Aviation Safety Database > Type index > ASN Aviation Safety Database results », sur aviation-safety.net (consulté le )
  3. a et b « Crash of an Airbus A300 in Sanaa | Bureau of Aircraft Accidents Archives », sur web.archive.org, (consulté le )
  4. a b c d e f g et h AIRCRAFT ACCIDENT FINAL REPORT. AIR FRANCE. AIRBUS A 300 B4, F- BVGK. SANA'A AIRPORT (YEMEN ARAB REPUBLIC). MARCH 17, 1982 - Bureau d'enquêtes et d'analyses pour la sécurité de l'aviation civile
  5. (en-US) Editor, « AIR FRANCE – AIRBUS A300 (F-BVGK) flight AF125 », sur Aviation Accident Database, (consulté le )