Voiles est une composition musicale pour piano du compositeur français Claude Debussy. Il s'agit de la deuxième pièce du Premier Livre des Préludes publiée en 1910. Le musicien prend soin de n'indiquer les titres de ses Préludes qu'en fin de morceau, entre parenthèses et après points de suspension, de façon à permettre à l'interprète de découvrir ses impressions propres sans être influencé par celles du compositeur. Les titres étaient choisis pour créer chez l'auditeur des associations d'images ou de sensations. Certains restent d'ailleurs équivoques : Voiles, par exemple, peut s'interpréter indifféremment au masculin ou au féminin.


Analyse musicaleModifier

À l'exception d'un chromatisme doux et localisé et d'un court passage pentatonique, la pièce entière utilise toute l'échelle de tons[1].

 

La composition étudie l'intégralité de l'échelle des tons, à l'exception d'une brève section de six mesures dans l'échelle pentatonique .

La structure de la pièce suit une forme ternaire (A – B – A '). A commence en m. 1 ; B commence en m. 42 ; et A ' commence en m. 48. Cette forme en trois parties est articulée par la structure dynamique : A et A ' n'ont qu'une dynamique douce (piano ou plus douce), tandis que B a une dynamique plus large du piano au fort. La section B se distingue également par un tempo plus rapide et une densité accrue des notes. Enfin, les sections A et A ' sont caractérisées par une gamme de tons entiers, tandis que la section B est caractérisée par une gamme pentatonique mineur en mi bémol. L'échelle des tons et la dynamique douce donnent aux sections A et A ' une ambiance mystérieuse et étrange. Dans la section B, la dynamique plus forte, le passage plus rapide et l'échelle pentatonique plus consonante et familière donnent à l'auditeur une pause dans le ton étrange, permettant un bref moment de clarté.

 
Échelle pentatonique dans Voiles de Debussy, Préludes, Livre I, no. 2, mm.43-45[2]. Play

En interprétant le mouvement à la lumière des «voiles», l'atmosphère mystérieuse de la section A semble voilée. Le son plus clair et plus ouvert de la section B donne l'impression que le voile est enlevé, mais revient pour la section A '. Si l'on prend "voiles" comme une compréhension possible du titre, cela conduit à une image possible d'un navire entêté dans les sections A et A ', avec la section B plus claire, plus forte et plus lumineuse dénotant une mer plus ouverte et des voiles pleines de vent. Généralement cependant, il n'y a pas de structure claire dans laquelle la pièce s'intègre facilement ; ni la forme ternaire ni la forme binaire ne correspondent au style de la pièce. Certains musicologues disent que la section pentatonique forme la partie B mais, en vérité, ce n'est pas assez clair pour affirmer qu'elle est définitivement ABA. D'autres soutiennent qu'elle suit une forme binaire arrondie plus que la forme ternaire en raison du fait qu'il y a une partie A, une partie B et puis un autre bit à la fin, concluant toutes ses idées.

GalerieModifier

RéférencesModifier

  1. p. 133–136, The Piano Works of Claude Debussy, Elie Robert Schmitz, préface de Virgil Thomson, Courier Dover Publications, 1966. (ISBN 0-486-21567-9).
  2. Benward & Saker (2009), p. 245.

BibliographieModifier

Liens externesModifier