Vidange brutale d'un lac glaciaire

La vidange brutale d'un lac glaciaire est un phénomène dû à la rupture d'un barrage naturel de glace qui provoque une inondation soudaine par vidange d'un lac situé au-delà (lac subglaciaire, intraglaciaire, supraglaciaire, périglaciaire ou proglaciaire)[1],[2]. Lorsque ce phénomène est en lien avec une éruption volcanique, particulièrement en Islande, on utilise le terme de jökulhlaup.

La vidange brutale du fjord Russell (en) dans la baie Disenchantment (en) le en raison de la rupture du front glaciaire du glacier Hubbard (en) en Alaska.

Ce phénomène présente un risque potentiel pour les populations et les infrastructures situées en aval[3]. Dans certains cas, il peut être récurrent, comme pour le lac Argentino, qui subit régulièrement des vidanges partielles. Ce type d'événement a atteint des proportions régionales lors des déglaciations, comme les inondations de Missoula en Amérique du Nord ou celles de l'Altaï dans le Sud de la Sibérie.

En France, la vidange brutale du lac situé sous le glacier de Tête Rousse a été responsable de la catastrophe de Bionnay le [4].

Notes et référencesModifier

  1. UNESCO, ICOMOS, UICN et ICCROM, Gérer les risques de catastrophes pour le patrimoine mondial, , 72 p. (présentation en ligne, lire en ligne), p. 40-41.
  2. Alain Marnezy, « Vidange brutale d'un lac proglaciaire en Vanoise », Revue de géographie alpine, t. 69, no 3,‎ , p. 489-494 (DOI 10.3406/rga.1981.2473, lire en ligne, consulté le 8 février 2021).
  3. Académie de Versailles, « Le risque glaciaire », sur reseau-canope.fr, Réseau Canopé (consulté le 8 février 2021).
  4. « LA CATASTROPHE DE SAINT GERVAIS LES BAINS », sur collin.francois.free.fr (consulté le 11 février 2021).

Articles connexesModifier