Victor-Amédée Ier de Savoie-Carignan

Victor-Amédée Ier de Savoie, né le à Turin et mort à Paris le , fut prince de Carignan de 1709 à 1741.

Victor-Amédée Ier de Savoie-Carignan
Vittorio Amedeo I di Savoia Carignano (1690–1741).jpg
Titre de noblesse
Prince de Carignan (d)
-
Prédécesseur
Successeur
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 51 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Activité
Famille
Père
Mère
Conjoint
Enfants
Autres informations
Religion
Armoiries Savoie-Carignan 1656.svg
blason

BiographieModifier

Victor-Amédée est le fils d'Emmanuel-Philibert de Savoie, prince de Carignan, et d'Angélique-Catherine d'Este[1].

Intronisé chevalier de l'Annonciade en 1696, il épouse à Moncalieri le Marie-Victoire de Savoie (1690-1766), fille légitimée en 1701 de Victor-Amédée II de Savoie, roi de Sardaigne et de Jeanne-Baptiste d'Albert de Luynes, comtesse de Verrue. De cette union naquirent :

Son beau-père lui témoigna son affection mais finit par le priver en 1717 de ses 400 000 livres de rentes en raison de dépenses excessives. C'est alors qu'il s'enfuit en France vers la fin de l'année 1718 afin de prendre possession de ses autres héritages.

S'il cède à Jean-François Leriget de La Faye le château de Condé (confisqué à sa famille par Louis XIV) dès le , il s'établit entre-temps à l'hôtel de Soissons que fréquenta semble-t-il John Law[1].

Il était féru d'Opéra et intendant des Menus-Plaisirs de Louis XV[2]. Il fut l'amant de la fameuse comédienne La Barberina[3].

Il meurt en 1741, ruiné, et son hôtel est rasé pour construire à la place la halle aux blés.

Notes et référencesModifier

  1. a et b (it) Francesco Lemmi, « SAVOIA, Vittorio Amedeo di, principe di Carignano in "Enciclopedia Italiana" », sur treccani.it, (consulté le 27 décembre 2019).
  2. « Les Savoie-Carignan du XVII° au XVIII°s (121 au 134) », sur princesse-savoie.fr (consulté le 27 décembre 2019).
  3. (it) Alessandra Ascarelli, « CAMPANINI, Barbara, detta la Barberina in "Dizionario Biografico" », sur treccani.it (consulté le 27 décembre 2019).