Ouvrir le menu principal

Alias Frenchie — dans ma signature de messages — depuis le 28 septembre 2015.

Quelques infos
Femme
Je suis Charlie
TU ?
VOUS ?
Maman
Maman
Grand-mère
Grand-mère
Noces de porcelaine
Rabat
Rabat
Pyrénées-Atlantiques
Pyrénées-Atlantiques
Paris
World citizen badge.svg
Dahu (2011)
Dahu (2011)
Inkwell template.gif
Je suis faillible
Je suis faillible
Maroc
Maghreb
Cinéma
Sourçons ! Soyons neutres !
Je suis un Ayatollah du sourçage
Wikidata
Points d'interrogation
Agnostique
J'utilise un compte global
J'utilise un compte global

Bla-blaModifier

  J'aime vraiment la 'Pataphysique  .
  J'adore l'écriture « en feuilles », techniquement permise en raison de liens par l'écriture électronique, contrairement à l'écriture linéaire « papier », que j'adore aussi !  
  Je pense pouvoir me targuer de toujours faire un commentaire d'édition, sauf a priori quelques exceptions ; y compris dans mes modifications les plus modestes, comme recommandé sous n'importe quelle fenêtre d'édition wikipédienne : Afin que les participants à cette page puissent rapidement comprendre vos modifications, merci de les résumer ci-dessous (par exemple, ajout d'un paragraphe, mise en forme…) ; voire bien au-delà (au niveau de précisions).
  Je suis consternée et horrifiée, tout comme nombre de mes amis, musulmans ou non, par l'attentat contre Charlie Hebdo du 7 janvier 2015 et ses conséquences...   Adieu Cabu et Wolinski, qui ont entre autres « bercé » ma jeunesse, voire mon enfance. Adieu aussi Charb, Tignous et beaucoup trop d'autres.
  Mon rêve en cinquième (qui n'a pas duré, mais a laissé des traces), c'était de faire l'École des chartes. Finalement, j'ai étudié la démographie (humaine, en étant particulièrement intéressée par ses dynamiques au fil du temps), après être passée par un peut-être étrange cursus historique et sociologique (à l'époque, je m'arrangeais, quand c'était possible, pour prendre des UV — unités de valeur — liées au cinéma, parfois ethnographique) ; tout cela date sacrément (j'ai notamment oublié tout ce qui touche, en dehors de bases qu'on apprend avant la fin du secondaire, aux calculs de l'analyse démographique, mais globalement, il m'en est resté un souci de rigueur, entre autres concernant les sources) !  .
  Le « monde insulaire », entre autres, m'intéresse, voire me passionne, depuis longue date (pas gâtée, à ce niveau-là, au Maroc où je vis  ).
  Pascal Ory fait partie de mes mémorables professeurs (au sens de ceux que je ne peux pas oublier, même près de trente ans après). À la même époque, j'ai eu feu René Rémond et Hervé Le Bras, entre autres, parmi ceux que je ne peux également pas oublier. Un grand merci à tous, même à titre éventuellement posthume (je pense à René Rémond), vu notamment les tellement bons souvenirs que j'en garde et pour ce qu'ils m'ont aidée à comprendre et qui me revient parfois.
  Je pense avoir au moins une qualité : celle de ne pas être rancunière ; et si l'idée m'est venue de le dire dans mon bla-bla perso, c'est parce que je viens de le dire ici.
  La première fois que j'ai vu le film Harold et Maude, c'était un an après sa sortie, quand j'avais onze ans. Ma sœur aînée, de presque dix ans de plus que moi, m'avait emmenée le voir au « cinéma du Luxembourg », à Paris (j'habitais en banlieue limitrophe de Paris, mais pas mal éloignée du quartier du Luxembourg, car quasiment à l'opposé), juste à côté du jardin du Luxembourg (où j'ai aussi sacrément traîné mes savates, à cette époque ou encore bien après, notamment pour que mon premier enfant en bas âge, comme d'autres enfants, y ait le plaisir, dans un grand bassin, de faire s'élancer des voiliers miniatures avec un simple bâton et de s'extasier en les regardant « s'animer » sous son impulsion). À cet âge, ce fut un choc indélébile, au point que ce film est devenu pour moi, comme pour bien d'autres, un film culte. Le « cinéma du Luxembourg » l'ayant reprogrammé X années, je l'ai vu onze fois en ce lieu, y emmenant à chaque fois des proches, jusqu'à mes 17 ans. Ce qui me fait plaisir, vraiment, c'est que mes enfants, sans moi ou à peine, juste parce que je leur en ai parlé et ayant eu l'occasion de le voir par des moyens divers, l'ont vraiment plus qu'apprécié.
  Je suis tombée « amoureuse », comme mon conjoint, du Maroc, de nombre de Marocains et de leur culture, il y a près de 20 ans, ce qui ne m'empêche pas d'être critique.
  Ce jour, 5 février 2016, j'ai appris que Tayeb Saddiki n'est plus, quelques heures après avoir appris que ma nièce et filleule adorée risque fort de ne plus l'être d'ici peu : aux dernières nouvelles, question d'heures ou de jours (« endormie » médicalement, heureusement tant elle souffrait). Du coup, je me donne l'impression depuis un moment de traîner, essayant de contribuer, comme une « zombie » sur Wikipédia, pour m'aider à ravaler mes larmes, aussi parce qu'en cette fin de soirée, je me sens incapable de dormir. Bah, un bon film me fera peut-être plus de bien… Ainsi va la vie… (Au 8 février, ma nièce « dort » toujours, sans souffrir, a priori : au 12, idem, en attendant de voir comment sa nouvelle greffe du foie a enfin pris ; en attendant aussi que soit possible, enfin, une greffe d'un rein, sachant que depuis son enfance, alors qu'elle en a plus de trente, sa « santé » s'est dégradée à la suite de cancers : un cancer rare du foie à 8 ans, avec une première greffe à la clé, et un cancer des os à 12 ans, ayant impliqué le remplacement d'un os par un « os artificiel »…). Toutes mes pensées vont en priorité, en ces jours, à ma « puce » ou « crevette » adorée, dont j'admire le courage depuis longue date…   Modèle:Espoir. Malheureusement, le 13, sa mère, ma sœur cadette, m'a appris qu'elle ne se réveillera pas.   Le 15 au soir, son cœur, usé, a cessé de battre, mais pas celui de ses proches pour elle…    . Le 19, ses funérailles ont eu lieu ; j'y étais présente, « heureusement » pour moi, pour dire adieu à cette petite étoile qui a filé trop vite…    
    Le 20 février 2016, j'ai découvert mon premier petit-fils, cadet de ma première et unique petite-fille jusqu'à ce jour. Ainsi vont la mort, la vie…

Pays visitésModifier

Régulièrement, pas qu'une fois, car j'aime beaucoup retourner dans des endroits où je suis déjà allée ; par ailleurs, j'ai une sacré tendance à préférer me poser quelque part au moins une semaine, 15 jours ou plus, une fois quatre mois — tout dépend notamment du temps global dont ma « configuration familiale » du moment disposait ou dispose — pour « rayonner » autour (mais vraiment pas trop) que de vouloir tout « visiter ». Apparemment, ma famille « intra-muros » fonctionne aussi ainsi  .

  Allemagne (seulement Berlin ; en famille avec mon 2e enfant)   Angleterre (Londres et, non loin, Potters Bar ; célibataire ou en couple)   Belgique (Bruxelles ; en couple)   Birmanie (juste après une frontière fluviale avec la Thaïlande : incognito, à une époque où y pénétrer n'était vraiment pas « aisé », chez des Karens, avec l'aide de Karens vivant en Thaïlande ; en couple)   Cap-Vert (avant l'abolition du système à parti unique) : les îles de Sal, de São Nicolau, de São Vicente (où j'ai pu vivre le Festival de Baía das Gatas quasiment à ses débuts – 3e année), de Fogo et de Santiago ; en couple)   Dominique, très peu, juste arrivée par voilier, il y a plus de vingt ans (mais le petit tableau alors acheté à un rasta me suit depuis, quelles qu'ont pu être mes habitations successives ; en couple)   Espagne (surtout le Nord, mais aussi Madrid et Salamanque ; en couple ou en famille avec mes deux enfants ou un seul)   États-Unis (Californie et Névada ; en famille avec mes deux enfants)   France (du nord au sud ou d'est en ouest, vraiment beaucoup d'endroits — célibataire, en couple ou en famille avec un ou mes deux enfants — y compris, hors métropole, la Guadeloupe en voilier — dont, hors de l'île proprement dite, les Saintes et Marie-Galante ; en couple — et la Martinique, en voiture et à l'occasion en voilier, en famille avec mon 2e enfant)   Grèce (Athènes, îles d'Eubée et, dans les Sporades, de Skópelos, d'Alonissos et de Skyros ; célibataire ou en couple avec mon 1er enfant)   Inde (Maharashtra, Gujarat, Tamil Nadu, Kerala, Goa, Rajasthan, Uttar Pradesh, Karnataka et Andhra Pradesh — j'oublie peut-être des Êtats — lors d'un premier séjour d'un mois en couple puis, près de dix ans après, de six mois, en couple avec mon 1er enfant de 7 ans suivant le CNED, qui est aujourd'hui père de famille)   Indonésie (île de Bali, essentiellement, aussi celles de Lombok et, dans les îles Gili, de Gili Meno, plus longtemps qu'à Lombok, le tout sur deux mois avec mon 1er enfant de 4 ans)   Italie (seulement Venise et quasi une semaine ; en couple)   Mali (seulement Bamako et quasi une semaine ; en couple)   Maroc (pas mal d'endroits, y compris dans la partie du Sahara occidental administrée de facto par le Maroc, et en dernier lieu Ifrane ; célibataire, en couple ou en famille avec mes deux enfants ou un seul)   Mexique (plus de 5 000 km parcourus en voiture en six semaines ; en famille avec mes deux enfants)   Pays-Bas (surtout Amsterdam ; en couple)   Philippines (en sept semaines : Manille et plusieurs îles, dont celles de Boracay, de Cebu, de Siquijor, de Panglao et d'Apo ; les autres noms ne me reviennent pas ; en famille avec mes deux enfants)   Portugal (surtout Figueira da Foz, Coïmbra et Lisbonne ; en couple)   Thaïlande (Bangkok, Chiang Maï, les îles de Phuket, de Koh Samui, de Koh Phi Phi, de Koh Lanta avant l'émission — qui, dans l'émission, sauf erreur, n'était pas la véritable île de Koh Lanta — etc. ; en couple)

RécompensesModifier

  Pour l'ensemble de ton travail sur l'encyclopédie. Bonne continuation  . Pnoui, 3 Mars 2016 à 11:22(CET)
Merci Pnoui, mais euh… Section donc créée sur ma PU pas par moi, car ce n'est pas le type de choses, à mettre en avant, auxquelles je pense. NB : Il me revient que j'en ai eu d'autres et pense, que si j'en ai encore, je continuerai de ne pas les signaler sur ma page perso tout en appréciant de les recevoir (jusqu'à maintenant sur ma page de discussion).   --6 mars 2016 à 21:12 (CET)

Repères persoModifier

CommunautéModifier

MémosModifier



RessourcesModifier

Conventions autres que les règles et recommandations :

Liens externesModifier

À lire ou relireModifier

  • Lucette Valensi, « Le roi chronophage. La construction d'une conscience historique dans le Maroc postcolonial », Cahiers d'études africaines, vol. 30, no 119 « Maghreb : récits, traces, oublis »,‎ , p. 279-298 (lire en ligne)

AutresModifier

Notes qui datent…Modifier

Trames utilesModifier

  • <ref>{{article|titre=Décret {{numéro|2-15-40}} du 20 février 2015 fixant le nombre des régions, leurs dénominations, leurs chefs-lieux ainsi que les préfectures et provinces qui les composent|périodique=[[Bulletin officiel du Royaume du Maroc]]|numéro=6340|date=5 mars 2015|passage=1008-1010|format=pdf|lire en ligne=http://www.pncl.gov.ma/fr/EspaceJuridique/DocLib/d%C3%A9cret%20fixant%20le%20nombre%20des%20r%C3%A9gions.pdf|consulté le=}}</ref>, qui donne :

« Décret no 2-15-40 du 20 février 2015 fixant le nombre des régions, leurs dénominations, leurs chefs-lieux ainsi que les préfectures et provinces qui les composent », Bulletin officiel du Royaume du Maroc, no 6340,‎ , p. 1008-1010 (lire en ligne [PDF])

  • <ref>{{lien archive|url=http://www.maroc.ma/PortailInst/Fr/MenuGauche/Institutions/Gouvernement/Historique+des+gouvernements/|titre=Historique des gouvernements|horodatage archive=20120404075445}}, sur ''Portail national du Maroc'', </ref>, qui donne :

« Historique des gouvernements » (version du 4 avril 2012 sur l'Internet Archive), sur Portail national du Maroc

  • <ref>*{{ouvrage|auteur1=Emmanuel Mboua|titre=Le déterminisme génétique et la liberté humaine - Bioéthique|isbn=9782343062570|url=http://www.harmatheque.com/ebook/le-determinisme-genetique-et-la-liberte-humaine-bioethique-47110|année=2015|pages=32–34}} {{inscription nécessaire|via=[[Éditions L'Harmattan|L'Harmattan]]}}., qui donne :

Emmanuel Mboua, Le déterminisme génétique et la liberté humaine - Bioéthique, , 32–34 p. (ISBN 9782343062570, lire en ligne) (inscription nécessaire) – via L'Harmattan.​