Utilisateur:Yazid6/Siège de Toma

Le siège de Toma était pendant la Première Guerre mondiale sur l'île de Nouvelle-Poméranie (maintenant la Nouvelle-Bretagne )dans l'archipel de Bismarck entre le 14 et le 17 septembre 1914 dans le cadre de l'occupation de la Nouvelle-Guinée allemande par les forces navales et militaires expéditionnaires australiennes (AN & MEF) . Des forces australiennes avaient été dépêchées pour saisir et détruire des stations sans fil allemandes dans le sud-ouest du Pacifique parce qu'elles étaient utilisées par l' escadron allemand de croisières est-asiatiques du vice-amiral Maximilian von Spee, ce qui menaçait la marine marchande dans la région. La Nouvelle-Zélande a fourni une force similaire pour l' occupation des Samoa allemandes . Finalement, le gouvernement colonial allemand a été contraint de se rendre après avoir été encerclé, mettant fin à la dernière résistance significative du territoire.

PreludeModifier

Le Corps expéditionnaire naval et militaire australien (AN & MEF) a atteint Rabaul le 11 septembre, trouvant le port libre des forces allemandes. De petits groupes de réservistes navals ont atterri à Kabakaul et Herbertshöhe à Neu-Pommern, au sud-est de Rabaul. Ces groupes ont été renforcés d'abord par des marins puis par l'infanterie et se sont rendus à l'intérieur des terres pour capturer la station de radio sans fil qui serait en service à Bita Paka, à 7 km environ au sud. Les Australiens ont résistés par une force mixte de réservistes allemands et de policiers natifs mélanésiens, qui les ont forcés à se frayer un chemin vers l'objectif. À la tombée de la nuit, la station de radio a été atteinte, et il a été constaté qu'elle avait été abandonnée, le mât a chuté mais ses instruments et ses machines étaient intacts. Au cours de la bataille de Bita Paka, sept Australiens ont été tués et cinq blessés, tandis que les défenseurs ont perdu un sous-officier allemand et environ 30 Mélanésiens tués, et un Allemand et dix Mélanésiens blessés.et le 12 septembre, le bataillon d'infanterie AN & MEF a été débarqué à Rabaul. L'après-midi suivant, une cérémonie a été organisée pour signaler l'occupation britannique de la Nouvelle-Bretagne malgré le fait que le gouverneur allemand n'ait pas rendu le territoire.

SiègeModifier

Pendant ce temps, après leur défaite à Bita Paka le 11 septembre, les forces allemandes restantes ont reculé 30 km environ de Toma, croyant qu'ils auraient le temps de la récupéré avant l'arrivée des Australiens.mais un groupe des soldats Australiens avait suivis depuis Bita Paka et avait encerclé la ville, procédant au bombardement avec une pièce de campagne de 12 livres. Le croiseur protégé HMAS Encounter également arrivée sur les lieux et a tiré plusieurs obus sur une crête à proximité. Le gouverneur allemand, Eduard Haber, savait que sa petite force finirait par se rendre, mais a continué de tenir le coup pendant plusieurs jours en espérant que l' escadron allemand d'Asie de l'Est arriverait pour les soulager. Néanmoins, la démonstration de la puissance de feu australienne était suffisante pour entamer des négociations, forçant Haber à réaliser que ses espoirs étaient vains. Les Allemands ont ensuite conclu des conditions favorables avec les Australiens, cédant la colonie et mettant fin au siège. Les conditions ont été signées le 17 septembre et toute résistance militaire a cessé, les 40 soldats allemands restants et 110 indigènes se rendant le 21 septembre. Haber a été autorisé à rentrer en Allemagne tandis que les civils allemands pouvaient rester aussi longtemps qu'ils prêtaient serment de neutralité. Ceux qui ont refusé ont été transportés en Australie d'où ils pouvaient retourner librement à leurs pays

ConséquencesModifier

après la capitulation des Allemands, la quasi-totalité de la Nouvelle-Guinée allemande est passée sous contrôle australien. La majorité des Allemands qui y vivaient ont été internés puis déportés. Seules quelques bandes isolées de forces allemandes ont continué de résister après la chute de Toma. En 1915, la seule résistance allemande restante dans la colonie en dehors du raid marchand occasionnel était Leutnant Hermann Detzner et sa bande de 20 policiers indigènes qui ont échappé à la capture à l'intérieur de la Nouvelle-Guinée pendant toute la guerre. Après la capture des possessions allemandes dans la région, l'AN & MEF a fourni des forces d'occupation pendant toute la guerre.