Urania (magazine)

Urania
Pays Royaume-Uni
Langue Anglais
Périodicité Trimestriel
Genre Genre, Sexualité, Droits des femmes, Homosexualité, Suffrage féminin
Fondateur Eva Gore-Booth, Esther Roper, Irène Clyde
Date du dernier numéro 1940
Éditeur Indépendant

Directeur de publication Eva Gore-Booth, Esther Roper, Irène Clyde

Urania est un magazine féministe britannique indépendant et radical diffusé entre 1916 et 1940.

HistoriqueModifier

Urania est un journal radical qui a contribué à ouvrir les débats autour du genre et de la sexualité à l’ère de la lutte pour le suffrage féminin au Royaume-Uni. Le magazine est devenu une source de référence pour documenter et soutenir les progrès du mouvement féministe de la première vague. Son objectif est notamment de promouvoir l'élimination de la glorification du mariage hétérosexuel et les distinctions fondées sur le sexe et le genre[1]. La philosophie radicale dite uranienne du magazine : « Sex is an Accident », est un terme inventé par Eva Gore-Booth. L’écrivaine est considérée comme la figure principale et la fondatrice de la revue, car la ligne éditoriale reste fortement liée aux convictions féministes qu’elle défend à travers sa poésie[2],[3].

Les militantes Eva Gore-Booth, Esther Roper et Irène Clyde réunissent une équipe d'auteurs et autrices pour éditer le titre de manière indépendante. En 1911, elles établissent des connexions avec un groupe féministe révolutionnaire connu sous le nom d'Aëthnic Union[4].

CompositionModifier

Urania est traditionnellement composé de huit à seize pages mêlant des textes originaux, des poèmes, des articles réimprimés provenant d'autres journaux et périodiques du monde entier (notamment le Japon), des biographies, des autobiographies, des extraits et rapports sur les changements de sexe, les méthodes scientifiques en cours ou encore des récits de femmes homosexuelles à travers l'histoire. Ces publications souhaitent remettre en cause les normes de genre de la société[4],[5].

Urania surveille les taux de natalité et de mariage dans le monde entier et choisit de célébrer la chute de ces taux. La revue favorise l’idée que l’amour entre personnes de même sexe est l’idéal, en particulier entre les femmes, et qu’il est de nature spirituelle plutôt que physique[6]. Tout au long de ces débats Eva Gore-Booth est citée comme une source d'inspiration. Ses textes ont servi de référence à des ouvrages traitant de ces questions[7],[2].

La titre de presse est parfois ponctué par les analyses et commentaires politiques d’Irène Clyde. La ligne éditoriale défend une nouvelle mouvance féministe révolutionnaire faisant la promotion de la paix, de l’égalité et de l’élimination des distinctions fondées sur le sexe. Urania se démarque d'un féminisme qui se concentre uniquement sur le vote des femmes et le soutien à la guerre[1],[8],[9].

DiffusionModifier

La revue est diffusée à titre privé dans le monde entier, mais elle est également envoyée gratuitement à quiconque la demande afin d’établir un réseau et un registre de partisans. Comme le souligne Irene Clyde, dans l'ours à la fin de chaque édition : « Urania n'est ni publié, ni offert au public, mais peut être pris par des amis. »[7].

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) A. Oram, « Feminism, Androgyny and Love between Women in Urania », 1916-1940 in Media History, vol. 7 no. 1, Northampton: University College Northampton,‎
  2. a et b (en) Sonja Tiernan, Eva Gore-Booth : An image of such politics, Manchester University Press, , 256 p. (ISBN 978-0-7190-8231-3 et 0-7190-8231-5)
  3. (en) Mary McAuliffe, Sonja Tiernan, Tribades, Tommies and Transgressives; Histories of Sexualities : Volume I, Newcastle upon Tyne (GB), Cambridge Scholars Publishing, , 343 p. (ISBN 978-1-84718-592-1 et 1-84718-592-4)
  4. a et b (en-US) « Urania: How to be a bad XXs feminist and a queer angel in the 20s – Glasgow Women's Library », sur womenslibrary.org.uk (consulté le )
  5. (en) Emily Hamer,, Britannia's Glory : History of Twentieth-century Lesbians (Women on women), Continuum International Publishing Group Ltd.; Reissue edition, , 224 p. (ISBN 0-304-32967-3)
  6. (en) Alison Oram et Annmarie Turnbull, The Lesbian History Sourcebook : Love and Sex Between Women in Britain from 1780–1970, Routledge, , 320 p. (ISBN 0-415-11485-3)
  7. a et b (en-US) Anne Harris, « Denigration of Gore-Booth sisters reveals Yeats’s flinty heart », The Irish Times,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. (en) S. O’Connor, C. Shepard, Women, Social Change in Twentieth Century Ireland : Dissenting Voices?, Newcastle, Cambridge Scholars Publishing, , 350 p. (ISBN 978-1-84718-408-5 et 1-84718-408-1)
  9. (en) Elizabeth Crawford, The Women's Suffrage Movement in Britain and Ireland : A Regional Survey, Routledge, , 320 p. (ISBN 0-415-47739-5)