Union nationale des Églises protestantes réformées évangéliques de France

Union nationale des Églises protestantes réformées évangéliques de France
Généralités
Courant Calvinisme
Gouvernance Système presbytérien synodal
Structure 1 conseil national, 1 synode national
Territoire France
Président Jean-Raymond Stauffacher
Affiliation Communion mondiale d'Églises réformées
Fondation
Date 1938
Origine et évolution
Issue de Église réformée évangélique
Chiffres
Congrégations 48
Universités lié à Faculté Jean Calvin
Divers
Site Web www.unepref.com

L’Union nationale des Églises protestantes réformées évangéliques de France (abrégé UNEPREF) est une Église protestante en France. Elle est membre de la Communion mondiale d'Églises réformées.

HistoireModifier

À la suite du XXXe synode général de l'Église réformée de France réuni en 1872 et 1873, et de l'adoption par celui-ci d'une confession de foi, seule la majorité synodale s'attacha à celle-ci. Elle réunit des « synodes généraux officieux » jusqu'à la séparation des Églises et de l'État en 1905, puis se constitua en Union des Églises réformées évangéliques, première en nombre des Églises issues des divisions de l'ancienne Église nationale concordataire.

Les négociations en vue d'une restauration de l'unité réformée ne donnèrent pas satisfaction à une partie de l'Église réformée évangélique. Notamment, le texte de la nouvelle Déclaration de foi de l'Église Réformée de France, et surtout de son « préambule liturgique », nourrissaient ses craintes quant à la possibilité d'une prédication libérale dans la nouvelle Union, scellée en [1938.

Les minoritaires de l'Église réformée évangélique, notamment les « brigades de Gardonnenque », restant fidèles à la Déclaration de foi de 1872, constituèrent alors une nouvelle Union nationale des Églises réformées évangéliques de France. Pour pouvoir demeurer au sein de la Fédération Protestante de France, le président de l’époque (président de la FPF et de l’ERF), Marc Boegner, imposa que la nouvelle Union ajoute le qualificatif indépendantes (bien que l'Église réformée de France ait abandonné cette ancienne dénomination). En abrégé on appelle l’Union EREI ou UNEREI, alors même que les églises locales sont souvent appelées ERE (sans i pour indépendante).

Le , lors du synode national de Bagard (30), l’UNEREI est devenue « Union Nationale des Églises Protestantes Réformées Évangéliques de France » (UNEPREF)[1].

Selon un recensement de la dénomination publié en 2020, elle disait avoir 48 églises [2].

CroyancesModifier

Les Églises reformées évangéliques adhérent aux grandes confessions chrétiennes (Symbole des apôtres, Credo de Nicée). Elles adhèrent à la Confession de foi de la Rochelle, la première confession de foi des Églises réformées en France, et la Déclaration de foi de 1872 (la déclaration de foi de toutes les Églises Réformées Évangéliques de France avant la réunification libérale de 1938).

L'UNEPREF est membre de la Fédération protestante de France[3]. Elle collabore avec la Communion protestante luthéro-réformée (CPLR) sans en être membre. Elle est une des cinq Églises constituant le Service protestant de Mission (Défap)[4]. Elle est membre associé du Conseil national des évangéliques de France (CNEF)[5].

Au niveau international, elle est membre de la Communion mondiale d'Églises réformées (CMER)[6] et aussi de la Communauté d'Églises en mission (Cevaa)[7].

GouvernanceModifier

L’organisation des Églises est de type presbytérien synodal. Les Églises sont organisés en trois synodes régionaux : région sud-ouest, région Languedoc-Cévennes, et région Gardonnenque-Provence[8]. Une fois par année, le second week-end de mars, le synode national se réunit ; il regroupe des délégués des régions. Tous les trois ans, le synode national et général se réunit. Une commission permanente, élu par le synode général assure la mise en œuvre des décisions et le suivi de l’Union. Le pasteur Jean-Raymond Stauffacher en est l'actuel président[9].

Historiquement, l’UNEPREF a des liens forts avec la faculté Jean Calvin (ancienne Faculté libre de théologie d’Aix-en-Provence). Un grand nombre de pasteurs des Églises reformées évangéliques ont été formés sur ce site.

En savoir plusModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

RéférencesModifier