Une mort sans importance (téléfilm)

téléfilm dramatique français réalisé par Christian Bonnet, 2019
Page d’aide sur l’homonymie Pour le film d'Yvan Noé (1948), voir Une mort sans importance.
Une mort sans importance
Réalisation Christian Bonnet
Scénario Nicolas Kieffer
Acteurs principaux
Sociétés de production !dFICTIONS
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre drame
Durée 92 min.
Première diffusion sur France 2

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Une mort sans importance est un téléfilm dramatique français réalisé par Christian Bonnet sur un scénario de Nicolas Kieffer, diffusé pour la première fois, le sur France 2.

SynopsisModifier

Didier Novelli, un marginal, est retrouvé mort sur un terrain municipal. L'enquête est confiée à Claire Lepecq-Quémeneur. Son fils, Basile, âgé de 17 ans, vit avec son père Alain. Très vite, Alain soupçonne leur fils de savoir des choses à propos de la mort du marginal. Il ne tarde pas à comprendre que l'adolescent et deux de ses amis avec qui il faisait du tir à l'arc, sont responsables de la mort de Novelli. Alain est alors prêt à tout pour protéger son fils.

Fiche technique[1]Modifier

DistributionModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

ProductionModifier

NarrationModifier

Le téléfilm utilise la méthode du flashforward pour installer le spectateur directement dans le futur. Comme l'indique Le Monde, cette méthode « tue le suspense [mais] indique que l'intérêt est ailleurs, dans le cheminement : comment ce père et son fils sont-ils arrivés là, dans un tribunal »[2].

Accueil critiqueModifier

Moustique salue le casting, en particulier Bruno Salomone, qui « sait s'épanouir dans le drame » et qui « porte le film ». Le magazine belge cite aussi « Anne-Élisabeth Blateau et la formidable Caroline Proust, abonnée aux rôles de flic depuis Engrenages, et par ailleurs trop rare à l'écran »[3]. Le Monde se focalise également sur les acteurs. La journaliste estime que Bruno Salomone « se métamorphose en papa poule excessif, incarnation de la faiblesse humaine », alors que Caroline Proust « interprète, elle, Claire, la mère de Basile, tout en simplicité ». Les acteurs secondaires jouant les parents des autres adolescents ne sont pas épargnés : « couples sans relief sur fond de Méditerranée, [frôlant] parfois la caricature : les mères pleurent, les pères agissent sans réfléchir ». Théo Augier, interprète du jeune Basile, « en revanche sort du lot » pour Catherine Pacary[2].

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Une mort sans importance », sur FranceTV Pro (consulté le 28 juillet 2019).
  2. a et b Catherine Pacary, « « Une mort sans importance » : un père prêt à tout pour protéger son fils », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 28 juillet 2019).
  3. C.V., « Au nom du fils », Moustique, no 4860,‎ , p. 132.

Revue de presseModifier

  • Emmanuelle Litaud, « Bruno Salomone en père protecteur. France 2 diffuse un polar dans lequel deux parents s'affrontent dans un jeu de dupes », TV Magazine no 1677, Le Figaro, Paris, , p. 6