Typologie épistémologique

Le monisme épistémologiqueModifier

Il y aurait une seule manière pour une science, une discipline d'être considérée comme scientifique. Cette manière serait la méthode expérimentale, avec ce qu'elle implique de prédictibilité, de reproductibilité et de falsifiabilité.

Le monisme matérialiste chez Karl MarxModifier

Pour Karl Marx, il existe deux grands domaines scientifiques modernes, d'un côté les sciences de la nature et de l'autre les sciences de la société. Il pense qu'à terme, ces deux domaines n'en formeront plus qu'un seul. Selon lui, lorsque les travailleurs seront libérés, c'est à travers les lois de la nature que les lois de la production s'exprimeront.

Il ne serait possible de déchiffrer qu'au travers de l'activité de l'homme les lois de la nature. C'est donc par le travail, une activité matérielle, que l'homme est capable de comprendre la nature. Mais le travail se comprenant lui-même par les sciences de la société (économie politique, histoire), les deux sciences sont alors reliées pour n'en former qu'une.

Le monisme méthodologique chez Karl PopperModifier

Pour Popper, s'il y a bien plusieurs sciences, il n'y a qu'une seule manière de prétendre à la validité scientifique et une seule façon de réfuter une théorie.

  • Le principe faillibiliste, en science, il faut partir de l'hypothèse que tout énoncé est faillible et qu'aucune connaissance n'est définitive;
  • le principe criticiste ou de la critique permanente, les sciences progressant par élimination des erreurs, il faut que les théories soient soumises à la critique;
  • le principe falsificationniste, pour qu'une théorie puisse être jugée scientifique, elle doit pouvoir être réfutée et fournir les éléments pour cette réfutation. Il ne faut pas nécessairement qu'une théorie soit vraie pour pouvoir être qualifiée de scientifique.

Le dualisme épistémologiqueModifier

Il y aurait une différence entre d'une part les sciences naturelles et d'autre part les sciences humaines et sociales. Ces deux grandes zones des sciences ne pourraient pas se baser sur les mêmes méthodologies. Kant est considéré comme l'inspirateur du dualisme épistémologique, même si sa théorie est considérée comme moniste.

Wilhelm Dilthey considère que les sciences naturelles et les sciences humaines procèdent de registres épistémologiques différents. Notamment, puisque l'expérimentation ne serait pas possible en sciences humaines. Cela serait dû au fait que l'on ne peut distinguer les jugements de fait des jugements de valeur en sciences sociales.

Une autre distinction usuelle est celle entre les sciences exactes (mathématiques) et les sciences expérimentales (dont l'archétype est la physique). L'anglais distingue les sciences dures des sciences molles, ce qui est plus proche de la dichotomie entre sciences naturelles et humaines. Herbert Simon mentionne les sciences de l'artificiel par opposition aux sciences naturelles.