Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Tullie Moneuse

écrivaine française
Tullie Moneuse
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom de naissance
Marie Adelaïde CaignetVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Tullie Moneuse, née le 16 germinal an XII () à Gray (Haute-Saône) et décédée le à Paris (6e arrondissement) est une femme de lettres française.

Sommaire

BiographieModifier

Née Marie Adelaïde dite Tullie Caignet, elle écrivait sous le nom de plume Tullie Moneuse puis Tullie Blum. Elle épouse en premières noces Bernard Gilles Moneuse le 30 juin 1825 et devient ainsi la belle-sœur de Catherine Mélanie Moneuse, qui donnera naissance à Gustave Eiffel ; le couple aura en 1826 une fille appelée Marie Catherine Adelaïde dite Alice mais Tullie Caignet demandera le divorce en 1833, après que son mari pharmacien ait essayé de l'assassiner à plusieurs reprises. [1],[2] Elle se remarie ensuite avec Auguste Blum.

Sa fille Alice Moneuse (1826-1880), épouse de Joseph Émile Zéphirin Amiel (1824-1897), professeur de l'Université et conseiller général de la Côte d'Or fut l'amie intime du poète Sully Prudhomme avec qui elle entretiendra une correspondance de 15 ans de 1865 à sa mort. Elle était « une femme d'une rare distinction d'esprit dont l'auteur des Solitudes goûtait tout particulièrement les conseils ».

Tullie Caignet est l'arrière grand-mère d'Alice Julie Catherine Mayeur (1873-1930) qui fut l'épouse du ministre bibliophile Louis Barthou.

Elle a été inhumée au cimetière du Père-Lachaise dans la 90e division. Sur sa tombe se trouvait un médaillon en bronze la représentant, réalisé par Auguste Préault en 1875. Celui aurait été volé avant 1981. Un exemplaire de ce médaillon se trouve au Musée Carnavalet[3]. Avec elle reposent sa petite-fille Adelaïde Catherine Marguerite Amiel (1848-1940) et l'époux de celle-ci, le peintre paysagiste Maximilien Victor dit Max Mayeur (1840-1889).

ŒuvresModifier

  • Adrienne, nouvelle parue dans la Gazette des Salons, Journal de Musique, de Littérature et de Modes, 01 janvier 1836, lire en ligne, Gallica.
  • Trois ans après (plaidoyer en faveur de la loi du divorce), Paris, L. Desessart & Cie, 1836.
  • Régina, 2 volumes, Paris, L. Desessart & Cie, 1838, lire en ligne, Gallica.
  • Marguerite Robert, Tours, A. Mame et Fils, 1851 (ouvrage pour la jeunesse).
  • La Providence des pauvres gens, texte publié sous le nom de Tullie Blum, dans le recueil Les Topazes. Légendes, Contes et Poésies, regroupées par Paul Lacroix dit le Bibliophile Jacob, 1868, voir les gravures en ligne.

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :