Ouvrir le menu principal

La Tsakonie est une région de Grèce, centrée autour de villages sur la côte est de la Laconie : Leonídio, Agios Andréas et Prastos, leur capitale, brûlée par Ibrahim Pacha[1] en 1826 au cours de la Guerre d'indépendance grecque et quasiment abandonnée. On y parlait jadis le tsakonien, langue redécouverte par Jean-Baptiste-Gaspard d'Ansse de Villoison.

Sous l'Empire ottoman, les habitants jouissaient d'une certaine aisance[2] et avaient une haute réputation de droiture[3]. D'après François Pouqueville dans son Voyage dans la Grèce  : « Les Tchacons, ou Lacons, du canton de Saint-Pierre, Grecs d'origine comme les Maniotes, jouissent à Constantinople de l’appalto, ou affermage du beurre, qu'ils tirent en grande partie de la Crimée. Ils ont leurs statuts et leur police particulière, et on en trouvera six mille cent cinquante-cinq, qui représentent trente mille sept cent soixante-quinze individus ».

ÉtymologieModifier

Le nom commun tzakone, mais sans rapport alors avec la région ou ses habitants, apparaît pour la première fois au Xe siècle chez Constantin VII Porphyrogénète pour désigner des soldats trop pauvres pour assurer les frais de leur service[4].

RéférencesModifier