Ouvrir le menu principal

Travaux du Sud-Ouest
Création 1927
Fondateurs Auguste Perron
Forme juridique SAS
Slogan La voie de l'excellence
Siège social Chelles
Drapeau de France France
Actionnaires Groupe NGEVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Construction de voie ferrée
Société mère groupe NGE
Filiales TSO CATENAIRES, Olichon, Frasca, SIFEL, FVF, MIRE
Site web www.tso.fr
Une locomotive de type DB série 218.

L'entreprise TSO est une entreprise spécialisée dans les travaux sur les infrastructures ferroviaires et principalement les voies de chemins de fer pour la SNCF dont elle est un prestataire de service. Elle a été créée en 1927 par Auguste Perron sous le nom de Travaux du Sud-Ouest. Depuis 2011, TSO fait partie du groupe NGE.

HistoriqueModifier

L'entreprise TSO a été créée en 1927 par Auguste Perron.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l'activité de l'entreprise est volontairement suspendue. TSO reprend ses activités en 1945 et participe à la reconstruction du réseau ferroviaire français pour la SNCF.

En 1964, Loïc Perron prend la direction de l’entreprise. Dans les années 1970, l'activité de l'entreprise s'étend à l'étranger. Dans les années 80 et 90, TSO pose notamment les voies du record de vitesse sur rail de 1990, 515,3 km/h sur la LGV Atlantique, et du tunnel sous la Manche.

Emmanuèle Perron préside le groupe à partir de 1996. Au début des années 2000, TSO pose les voies du record du monde de vitesse sur rail de 2007, 574,8 km/h sur la LGV Est européenne.

Le 4 mars 2009, l'entreprise reçoit son certificat de sécurité, des mains de l'EPSF[1].

En 2011, TSO rejoint le groupe NGE[2].

Présente sur les cinq continents, TSO a ses principaux ateliers (6 hectares sur le site du chemin du Corps-de-Garde, au sud de l’important triage de Vaires-sur-Marne) mais aussi son siège social attenant à Chelles (Seine-et-Marne)[3].

ActivitéModifier

La société TSO travaille sur différents types de voies ferrées :

TSO s'occupe principalement de la construction des voies et de leur entretien mais s'occupe également des engins de maintenance et de construction ferroviaire, ainsi que des caténaires.

Notes et référencesModifier

  1. « Délivrance d'un certificat de sécurité à l'entreprise TSO | EPSF », sur www.securite-ferroviaire.fr (consulté le 10 décembre 2015)
  2. http://www.groupe-nge.fr/images/actu/CP20110928_NGE_TSO.pdf
  3. Philippe-Enrico Attal, « TSO à Chelles, un site embranché en pleine expansion », railpassion.fr, (consulté le 14 juillet 2018)

Lien externeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :