Transpac

ancienne entreprise française de télécommunication, filiale de France Télécom

Transpac était une société d'économie mixte, filiale de l'administration française des télécommunications, puis de France Télécom, créée le pour exploiter le réseau Transpac[1],[2], et spécialisée dans la fourniture d'accès réseaux pour les entreprises et les particuliers (circuits virtuels X.25, soit commutés, soit permanents pour remplacer des lignes spécialisées [1] ; accès en mode caractères via le réseau téléphonique commuté pour des applications client-serveur ; puis relais de trames ; puis services IP). Elle a détenu un monopole commercial de fait pour la fourniture d'accès X.25 de 1979 jusqu'à 2006 mais sans être protégée pour cela par un statut. Avec l'arrivée d'Internet, son activité a évolué à la fin des années 1990 vers la fourniture complémentaire de services IP (réseaux VPN, téléphonie sur IP (ToIP)), mais également vers les offres d'hébergement et de fourniture de services.

Cette filiale a fusionné avec France Télécom le . Après le , les offres commerciales de Transpac ont été exploitées par Orange Business Services.

La société (siren 312-665-466) avait été créée le . Elle a été dissoute le et radiée le du RCS[3].

RéseauModifier

Le , France Télécom crée la société Transpac, filiale avec participation privée au capital, chargée d'exploiter le réseau Transpac, premier réseau commercial de transmission de données par paquets en France[1],[2].

Basé sur le protocole X.25, ce réseau de commutation par paquets a subi dans les années 1990 la concurrence de protocoles permettant des vitesses de transferts supérieures, tels que l'ATM (Asynchronous Transfer Mode) mais surtout celle d'Internet et de l'IP (Internet Protocol) moins coûteux à mettre en œuvre, échappant à la notion de monopole et donc proposés par d'autres entreprises du secteur privé telles que Bouygues Telecom ou Cegetel. Orange Business Services a cessé l'exploitation du réseau X.25 en [4].

  • Le réseau Télétel utilisé par les Minitels distribués par France Télécom reposait sur le réseau X.25 de Transpac.
  • Le réseau monétique ETEBAC (Echanges TElématiques BAnques Clients) utilisait lui aussi le réseau x.25. En 2011, 90 000 entreprises s'en servent encore pour leurs transactions bancaires.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

sur les comptes et la gestion de la Société TRANSPAC (exercices 1990 à 1995)[1].