Ouvrir le menu principal

La tracéologie ou analyse fonctionnelle est une méthode scientifique liée à l'archéologie - et en particulier à l'archéologie préhistorique - qui a pour but de déterminer la fonction des outils par l'étude des traces produites lors de leur utilisation.

Elle a été développée dans un premier temps pour les outils de pierre taillée par Sergueï A. Semenov (1898-1978) dont la publication de 1964 a posé les fondements de la tracéologie en archéologie.

Elle se base sur l'examen des polis et des stigmates d'usure, notamment à l'échelle microscopique. Chaque matière d'œuvre (bois, viande, peau, végétaux, minéraux...) laisse une signature plus ou moins spécifique, qu'il est possible d'identifier grâce à des corpus de comparaison établis lors d'expérimentations. Les actions (découpe, rainurage, grattage, perforation....) ainsi que la durée de l'activité sont également identifiables. À ce jour, elle a essentiellement été appliquée aux outils en silex ou en obsidienne mais de rares essais concluants ont également concerné des matériaux tels que les quartz, les quartzites ou les basaltes.

Plus récemment, tirant parti des progrès de la tribologie, la tracéologie a également été appliquée à d'autres matériaux tels que les matières dures animales (os, ivoire, bois de Cervidés), les métaux et le bois.

Les données obtenues permettent de caractériser les modalités de gestion de l’outillage et d’établir des spectres fonctionnels quantifiés qui peuvent être interprétés dans une perspective socio-économique, comme l’a fait Bernard Gassin sur des séries du Chasséen provençal[1].

RéférencesModifier

  • Anderson-Gerfaud, P., Moss, E. et Plisson, H. (1987) « À quoi ont-ils servi ? L'apport de l'analyse fonctionnelle », Bulletin de la Société Préhistorique Française, t. 84, no 8, p. 226-237.
  • Greck, S., Guibal, F. « Le bois, matériau de construction : étude xylologique, tracéologique et dendromorphologique du chaland Arles-Rhône 3 ». Archaeonautica [En ligne]. 2014. no 18/1, p. 171-202. Disponible sur : https://doi.org/10.3406/nauti.2014.1335 (consulté le 21 juillet 2019)
  • Semenov, S. A. (1964). Prehistoric Technology: an Experimental Study of the oldest Tools and Artefacts from traces of Manufacture and Wear. Translated, and with a preface by M. W. Thompson, London: Londres, Cory, Adams and Mackay.
  • Vaughan, P. (1983) « La fonction des outils préhistoriques », La Recherche, no 148, vol. 14, p. 1226-1234.

NotesModifier

  1. Gassin, B. (1996) Évolution socio-économique dans le Chasséen de la grotte de l'Église supérieur (Var). Apport de l'analyse fonctionnelle des industries lithiques, Monographie du CRA n°17, Paris, Éditions du CNRS, 326 p.

Liens externesModifier