Tournoi d'Hastings 1895

Le tournoi de Hastings ou d'Hastings 1895 ((en)Hastings International Chess Congress) est une compétition d'échecs disputée du au . Le tournoi principal ((en)Masters Tournament) est l'un des tournois d'échecs les plus importants de l'histoire et fut remporté par l'Américain Harry Nelson Pillsbury. D'une part, il réunit les meilleurs joueurs d'échecs de l'époque[1], d'autre part il inaugure la longue tradition des tournois de Hastings qui commença en 1920 et ne fut interrompue que par la Seconde Guerre mondiale. Les champions du monde Emanuel Lasker et Wilhelm Steinitz ne finirent qu'à la troisième et à la cinquième place.

Participants au tournoi de maîtres de Hastings 1895.
Debout : Albin, Schlechter, Janowski, Marco, Blackburne, Maroczy, Schiffers, Gunsberg, Burn, Tinsley. Assis : Vergani, Steinitz, Tchigorine, Lasker, Pillsbury, Tarrasch, Mieses, Teichmann.

Tournoi féminin et championnat amateurModifier

En même temps que le tournoi de maîtres ((en)Masters Tournament), fut organisé un des premiers tournois féminins d'échecs ((en)Ladies Tournament), remporté par Edith Thomas[2], la mère du futur champion britannique George Alan Thomas (né en 1881)[3], ainsi qu'un tournoi amateur ((en)7th British Amateur Championship Tournament) avec 32 participants et remporté par Geza Maroczy devant le Britannique Henry Atkins, le Néerlandais Rudolf Loman et Wilhelm Cohn.

Participants au tournoi de maîtresModifier

Du au , 22 joueurs se sont affrontés dans la ville de Hastings dans le Sud de l'Angleterre :

Étaient absents

Contre toute attente, le tournoi est remporté par un jeune Américain quasi inconnu, Harry Nelson Pillsbury, dont c'était le premier tournoi disputé en Europe.

Le déroulement du tournoiModifier

Steinitz prend le meilleur départ (4 points ½ sur 5) devant von Bardeleben et Tchigorine (4 points) puis Pillsbury et Schiffers 3 points ½. Tarrasch perd toute chance de prétendre à la victoire finale en partageant l’avant-dernière place avec 1 point ½.
Mais l’ancien champion du monde subit ensuite quatre défaites consécutives. À mi-parcours, Tchigorine avec 9 points ½ sur 11 est en tête, en compagnie de Pillsbury qui vient de remporter huit victoires de suite. Ils précèdent le champion du monde d’un point et von Bardeleben de deux points.

Après la seizième ronde, Tchigorine et Lasker (13 points) devancent Pillsbury d’un-demi point et Steinitz de trois.

Les défaites de Lasker (face à Tarrasch qui termine le tournoi par sept victoires) et Tchigorine (face à Janowski) dans l’avant-dernière ronde permettent à Pillsbury de prendre, seul, la première place du tournoi avant la dernière partie.

Les trois champions ayant remporté leur dernière partie, c'est l'américain Harry Nelson Pillsbury qui s'impose avec 16½ points sur 21 et remporte les 150 £ du premier prix, devant le Russe Mikhaïl Tchigorine (16 points) et le champion du monde Emanuel Lasker (15½ points).

La grille BergerModifier

No. Nom Nationalité 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 Total Rang
01 Harry Pillsbury   États-Unis X 0 0 1 1 1 1 1 0 = = 1 1 1 1 1 1 = 1 1 1 1 16,5 1er
02 Mikhaïl Tchigorine   Empire russe 1 X 1 1 0 0 1 1 1 1 = 0 1 1 1 = = 1 1 = 1 1 16 2e
03 Emanuel Lasker   Empire allemand 1 0 X 0 1 1 0 1 1 0 1 1 = 1 1 1 = 1 1 = 1 1 15,5 3e
04 Siegbert Tarrasch 0 0 1 X 1 1 = 0 = 1 1 1 0 1 = 1 1 1 0 = 1 1 14 4e
05 Wilhelm Steinitz   États-Unis (né à Prague) 0 1 0 0 X 1 1 = = 1 1 0 1 = 1 0 1 1 0 = 1 1 13 5e
06 Emanuel Schiffers   Empire russe 0 1 0 0 0 X = = 0 1 1 1 = = 1 1 0 = 1 = 1 1 12 6e
07 Curt von Bardeleben   Empire allemand 0 0 1 = 0 = X = = 0 0 = 1 1 1 = = 1 1 1 0 1 11,5 7e-8e
08 Richard Teichmann 0 0 0 1 = = = X = 0 0 = 1 1 0 1 = 1 = 1 1 1
09 Carl Schlechter   Autriche-Hongrie 1 0 0 = = 1 = = X = = 0 1 1 = = = = = = 1 0 11 9e
10 Joseph Blackburne   Royaume-Uni = 0 1 0 0 0 1 1 = X 0 1 0 1 0 = 1 0 1 0 1 1 10,5 10e
11 Carl Walbrodt   Empire allemand = = 0 0 0 0 1 1 = 1 X 0 = 0 = = 0 = = 1 1 1 10 11e
12 David Janowski   France (né en Pologne) 0 1 0 0 1 0 = = 1 0 1 X = 0 0 = 0 1 = 1 0 1 9,5 12e-14e
13 James Mason   Royaume-Uni 0 0 = 1 0 = 0 0 0 1 = = X 1 0 1 = 0 1 1 0 1
14 Amos Burn 0 0 0 0 = = 0 0 0 0 1 1 0 X 0 = 1 1 1 1 1 1
15 Isidor Gunsberg 0 0 0 = 0 0 0 1 = 1 = 1 1 1 X 0 1 = 0 1 0 0 9 15e-16e
16 Henry Bird 0 = 0 0 1 0 = 0 = = = = 0 = 1 X 1 = 0 = =
17 Adolf Albin   Royaume de Roumanie 0 = = 0 0 1 = = = 0 1 1 = 0 0 0 X 0 0 1 1 = 8,5 17e-18e
18 Georg Marco   Autriche-Hongrie = 0 0 0 0 = 0 0 = 1 = 0 1 0 = = 1 X 1 1 0 =
19 W. Pollock   Royaume-Uni 0 0 0 1 1 0 0 = = 0 = = 0 0 1 1 1 0 X 0 0 1 8 19e
20 Jacques Mieses   Empire allemand 0 = = = = = 0 0 = 1 0 0 0 0 0 = 0 0 1 X 1 1 7,5 20e-21e
21 S. Tinsley   Royaume-Uni 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 1 0 1 = 0 1 1 0 X 1
22 B. Vergani   Royaume d'Italie 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 1 0 = = 0 0 0 X 3 22e

Prix de beautéModifier

Deux « prix de beauté » sont attribués pour les meilleures parties du tournoi. Steinitz remporte le premier pour sa partie contre von Bardeleben, Tarrasch le second pour sa partie contre Carl Walbrodt.

Wilhelm Steinitz - Curt von Bardeleben
Hastings, (ronde 10)
Partie italienne
1. e4 e5 2. Cf3 Cc6 3. Fc4 Fc5 4. c3 Cf6 5. d4 exd4 6. cxd4 Fb4+ 7. Cc3 d5 8. exd5 Cxd5 9. 0-0 Fe6 10. Fg5 Fe7 11. Fxd5 Fxd5 12. Cxd5 Dxd5 13. Fxe7 Cxe7 14. Te1 f6 15. De2 Dd7 16. Tac1 c6 17. d5 cxd5 18. Cd4 Rf7 19. Ce6 Thc8 20. Dg4 g6 21. Cg5+ Re8 22. Txe7+ Rf8 23. Tf7+ Rg8 24. Tg7+ Rh8 25. Th7+[5]

Notes et référencesModifier

  1. Sur le site « chessmetrics.com »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Jeff Sonas a estimé le classement Elo des joueurs du passé (c'est-à-dire avant sa mise en place en 1971). Selon cette estimation, en juillet 1895, Emanuel Lasker est n°1 mondial, Tarrasch n°2, Steinitz n°3, Tchigorine n°4, Teichmann n°6, von Bardeleben n°7, Blackburne n°8, Walbordt n°9, Marco n°13, Janowski n°14, Albin n° 15, Schiffers n°17 et Pillsbury n°19.
  2. Finale du tournoi féminin de 1895 sur edochess.
  3. Andrew Soltis, The Great Chess Tournaments and their Stories, p. 52.
  4. Ludĕk Pachman, Decisive Games in Chess History, Dover, 1987, p. 23.
  5. François Le Lionnais indique dans Les Prix de beauté aux échecs (Payot 2e édition 1951 p. 138) que « ...von Bardeleben s'absenta de la salle de jeu et laissa sa pendule dépasser la limite de temps. » Tarrasch qui commente la partie dans le livre du tournoi ne mentionne pas cet incident. Voir aussi les remarques de l'historien Edward Winter à propos de la fin de partie : (en) chesshistory.

BibliographieModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier