Tour Malakoff (Cologne)

Tour de fortification prussienne au bord du Rhin à Cologne
Tour Malakoff
Köln-Malakoffturm, von Süd-Osten.JPG
Présentation
Type
Fondation
Propriétaire
Hans Imhoff (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Patrimonialité
Bâtiment monument historique en Rhénanie du Nord-Westphalie (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Adresse
Altstadt-Süd (d)
Flag of Germany.svg Allemagne
Coordonnées

La Tour Malakoff, en allemand Malakoffturm, est un édifice défensif qui faisait partie des fortifications prussiennes sur les rives du Rhin, construites de 1848 à 1858 à Cologne, en Allemagne.

HistoireModifier

Après la consolidation d'une série de forteresses en amont de la ville de Cologne sur la rive gauche du Rhin dans les années 1840, l'expansion des fortifications de Cologne côté Rhin commence en 1848. On construit un nouveau port en face de la vieille ville au sud, on installe un nouveau mur, et une tour avec porte à l'extrémité nord du bassin du port, munie d'un pont tournant en fer. Les travaux de la tour et du pont tournant durent de 1852 à 1855.

Avec la perte de son rôle militaire, la zone du Rheinauhafen est l'objet d'importants travaux. De 1892 à 1898, un nouveau chantier naval et des installations portuaires sont construits[1].

Après la Seconde Guerre mondiale, la manutention portuaire de Cologne est déplacée vers une autre zone, et le secteur du Rheinauhafen perd de son importance. Aujourd'hui, le pont tournant est ouvert aux piétons et aux cyclistes qui l'utilisent pour se rendre au musée du chocolat situé en face de la tour Malakoff depuis 1993, et construit à l'aide d'anciennes structures de l'extrémité nord du port.

NomModifier

En 1855, la tour construite pour sécuriser le Rheinauhafen est baptisée « Malakoffturm » en souvenir de la prise du fort Malakoff à Sébastopol par les troupes françaises le 8 septembre 1855, après que les Russes ont, lors de la guerre de Crimée, résisté pendant onze mois au siège des Français, des Anglais, des Turcs et des Sardes[2].

Notes et référencesModifier

  1. Hermann Wieger (Hrsg.): Handbuch von Köln. Verlagsanstalt Hermann Wieger, Köln 1925, p. 251.
  2. Ernst Zander: Befestigungs- und Militärgeschichte Kölns (einschließlich der früher selbständigen Städte Deutz und Mülheim) vom Beginn der Franzosenzeit (1794) bis zum Ende der britischen Besatzungszeit (1926) in zwei Bänden. Band I, Verlag des Kölnischen Geschichtsvereins e.V., Köln 1944 (Kriegsbedingt nicht erschienen; Fahnenabzug im Historischen Archiv der Stadt Köln), p. 378.