Torii Kiyonobu

Torii Kiyonobu
Torii Kiyonobu - Courtesan painting a screen.jpg
Torii Kiyonobu : courtisane peignant un paravent
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata
Tokyo (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
鳥居清信Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Lieu de travail

Torii Kiyonobu[1] (鳥居 清信, Torii Kiyonobu?, 1664-) est un artiste japonais de peintures et d'estampes ukiyo-e.

BiographieModifier

Il est renommé pour son œuvre sur les affiches de kabuki. Avec son père Torii Kiyomoto, lui-même, croit-on généralement, acteur de kabuki spécialisé dans les rôles féminins[2], il crée, dit-on, l'école Torii de peinture et d'estampe.

Kiyonobu se consacre presque exclusivement à la production d'affiches et autres documents promotionnels demandés par les théâtres kabuki d'Edo. La relation entre les théâtres de kabuki et l'école Torii était forte et étroite, et cela continue encore aujourd'hui.

StyleModifier

Du fait de l'importance d'attirer l'attention du public de kabuki, le style de Kiyonobu et de l'école Torii à ses débuts se caractérise par une certaine exubérance colorée. Dans la production de Kiyonobu, on trouve en particulier beaucoup de beni-e, estampes imprimées en noir et blanc, et colorées ensuite à la main avec la couleur beni : rose (tirée du safran).

 
Torii Kiyonobu. Shunga, 1703

ŒuvresModifier

  • Conversation dans la chambre (1716-1736), 1ère moitié de l'Ère Kyōhō, estampe, 21 × 31 cm, impression monochrome, couleurs posées au pinceau, Musée Guimet[3]

Notes et référencesModifier

  1. Torii Kiyonobu est un nom japonais traditionnel ; le nom de famille (ou le nom d'école), Torii, précède donc le prénom (ou le nom d'artiste) Kiyonobu.
  2. Images du Monde Flottant - Peintures et estampes japonaises XVIIe – XVIIIe siècles, septembre 2004, page 188 (ISBN 2-7118-4821-3)
  3. Hélène Prigent, « Images du Monde flottant », Le Petit Journal des grandes expositions, no 369,‎ , p. 10 (ISBN 2-7118-4852-3)

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Louis Aubert, Les Maîtres de l'Estampe japonaise : Image de ce monde éphémère, Paris, Librairie Armand Colin, .
  • Richard Lane, L'estampe japonaise, Paris, Éditions Aimery Somogy, .
  • Nelly Delay, L'estampe japonaise, Éditions Hazan, (ISBN 2-85025-807-5).
  • Hélène Bayou (trad. de l'anglais), Images du Monde Flottant : Peintures et estampes japonaises XVIIe : XVIIIe siècles, Paris, Réunion des musées nationaux, , 398 p. (ISBN 2-7118-4821-3).
  • Sous la direction de Gisèle Lambert et Jocelyn Bouquillard, Estampes japonaises, Images d'un monde éphémère, BnF, (ISBN 978-2-7177-2407-3).
  • Edwin O. Reischauer, Histoire du Japon et des Japonais (tome I), Éditions du Seuil, (ISBN 2-02-000675-8).
  • (en) James Albert Michener, The floating world, University of Hawaii Press, , 453 p. (ISBN 978-0-8248-0873-0, lire en ligne).
  • (en) Howard Hibbett, The floating world in Japanese fiction, Tuttle Publishing, , 232 p. (ISBN 978-0-8048-3464-3, lire en ligne).
  • (en) Tadashi Kobayashi et Mark A. Harbison, Ukiyo-e : An Introduction to Japanese Woodblock Prints, Kodansha International, , 96 p. (ISBN 978-4-7700-2182-3, lire en ligne).

Articles connexesModifier