Togoland de l'Ouest

Le Togoland de l'Ouest est une zone séparatiste de la République du Ghana ( de jure ). La région du Togoland occidental est divisée en cinq régions : Volta, Oti, région du nord, région du nord-est et région du haut-est. En , les séparatistes du Togoland occidental ont déclaré leur indépendance de la République du Ghana, indépendance par ailleurs non reconnue[1],[2].

Togoland de l'Ouest

Description de l'image Western_Togoland.svg.
Administration
Anglais et français
Langues régionales officielles Français, l'éwé et le adangme
Géographie
Démographie
Éwé
Économie
Divers

Le Togoland occidental est membre de l'Organisation des Nations et des peuples non représentés (UNPO) depuis 2017[3].

HistoireModifier

L'Empire allemand a établi le protectorat du Togoland en 1884. Sous l'administration allemande, le protectorat était considéré comme une colonie modèle ou Musterkolonie et a connu un âge d'or.[4] Pendant la Première Guerre mondiale en 1914, la Grande-Bretagne et la France ont envahi le protectorat. Après la défaite allemande et la signature du traité de Versailles, la partie occidentale du Togoland est devenue un mandat britannique, le Togoland britannique .

Après la Seconde Guerre mondiale, le Togoland britannique est devenu un territoire sous tutelle des Nations Unies, sous administration britannique.

En 1957, le territoire a voté lors d'un plébiscite pour faire partie de ce qui est aujourd'hui le Ghana[5],[6].

Le , la Fondation du Groupe d'étude de la Patrie a tenté en vain de déclarer l'indépendance du Togoland occidental.

Le , l'exécutif national du groupe séparatiste Volta, Fondation du Groupe d'étude de la Patrie (FGEP), Emmanuel Agbavor, a rejeté les affirmations selon lesquelles le groupe disposait d'une milice[7].

Le , des sécessionnistes ont exigé que les forces de sécurité ghanéennes quittent la région de la Volta après avoir attaqué plusieurs postes de police dans la région du Tongu nord de la Volta. Dans un communiqué de presse déclarant leur sécession du Ghana, la Fondation du Groupe d'étude de la Patrie, sous la direction de Charles Kormi Kudzordz, a déclaré sa souveraineté sur la région.[8] Le gouvernement du Ghana n'a pas pris la déclaration au sérieux, la considérant comme une "blague", bien que l'expert en sécurité Adib Sani ait exhorté le gouvernement à traiter la question comme un risque pour la sécurité nationale[9].

Il y a eu des blessés et des morts dans les affrontements qui ont suivi la déclaration d'indépendance[10] bien que la République du Ghana prétende avoir obtenu des informations sur ces affrontements avant qu'ils ne se produisent[11].

Des sources ghanéennes affirment que le groupe sécessionniste à la tête du mouvement indépendantiste, le Fondation du Groupe d'étude de la Patrie, est sous contrôle.[12] Cependant, les sécessionnistes ont pris les armes et mis en place des barrages routiers.[13] Le président de la République du Ghana a nié avoir négocié avec les sécessionnistes.[14]

DémographieModifier

Environ 4 millions de personnes vivent dans le Togoland de l'Ouest. Les langues du Togoland occidental comprennent le français, l'éwé, le adangme et l'anglais.

Les principales religions sont le christianisme, l'islam, l'Ifá et le vaudou et la majorité des habitants de cette région sont de l'ethnie Éwé.

Articles connexesModifier

RéférencesModifier

  1. (en-GB) Welle (www.dw.com), « Ghana's Western Togoland region declares sovereignty | DW | 25.09.2020 », DW.COM (consulté le )
  2. « Western Togoland suspected separatists fresh attack for Ghana », BBC News Pidgin (consulté le )
  3. « UNPO - Members », unpo.org (consulté le )
  4. (en) Andrew Zimmerman, Alabama in Africa: Booker T. Washington, the German Empire, and the Globalization of the New South, Princeton University Press, (ISBN 978-0-691-15586-9, lire en ligne)
  5. « UNPO: Western Togoland », unpo.org
  6. « Ghana - THE COLONIAL ERA: BRITISH RULE OF THE GOLD COAST », countrystudies.us (consulté le )
  7. (en-US) « We have no militia - Western Togoland independence 'fighters' », Citi Newsroom, (consulté le )
  8. (en-US) « Western Togoland: Secessionists order Ghana Security forces out of Volta Region », My Joy Online, (consulté le )
  9. « 98.9FMWhy Ghana must not laugh off Western Togoland secessionist movement - Security Expert reveals », Ghana Web, (consulté le )
  10. « One dead, two injured after ‘Western Togolanders’ capture of Juapong », www.ghanaweb.com, (consulté le )
  11. « Government’s intelligence claim on Volta separatist attack false – Security Analyst », www.ghanaweb.com, (consulté le )
  12. (en-US) emmakd, « One dead, three injured in Volta Region secessionist disturbance », Ghana Business News, (consulté le )
  13. (en-GB) Welle (www.dw.com), « Ghana's Western Togoland region declares sovereignty | DW | 25.09.2020 », DW.COM (consulté le )
  14. (en-US) « Secessionists Attacks: Government will not negotiate with criminals - Bawumia », MyJoyOnline.com, (consulté le )

Liens externesModifier