Ouvrir le menu principal

Tidalium Pelo
Race Trotteur français
Père Jidalium
Mère Hase Williams
Père de mère Mousko Williams
Sexe Étalon
Naissance 30 avril 1963
Pays de naissance Drapeau de la France France
Mort 26 septembre 1993
Pays d'entraînement Drapeau de la France France
Éleveur Roger Lemarié
Propriétaire Roger Lemarié
Entraîneur Roger Lemarié
Driver Jean Mary
Record 1'14"7
Nombre de victoires 35
Gains en courses 4 111 557 F (3 883 324,47 €2012)
Principales victoires Prix d'Amérique
Elitloppet
Prix de Cornulier
Prix de France
Prix des Meilleurs
Prix René Ballière
Grand Prix de la Côte d'Azur
Grand Prix d'Allemagne
Prix des Élites
Prix des Centaures

Tidalium Pelo est un cheval de race trotteur français qui participait aux courses de trot françaises et internationales, né le et mort le .

Le « Diable noir », surnom dû à sa robe et à sa manière de surgir du peloton, est un peu oublié aujourd'hui. Mais ce grand cheval, aussi bien par la taille (1,73 m) que par le talent, fut un compétiteur de très haut niveau au début des années 1970, qui battait régulièrement Une de Mai à Vincennes.

Naissance et élevageModifier

Tidalium Pelo nait à Lalacelle, dans le département de l'Orne[1], le [2], de l'union de l'étalon Jidalium et de la poulinière Hase Williams, chez son naisseur Roger Lemarié[1]. Le cheval se qualifie aisément à l'âge de 2 ans et Roger Lemarié le confie alors à l'entrainement chez Jean Mary à Grez-en-Bouère[1], dans le Sud-Mayenne.

Carrière de courseModifier

Doué dès son plus jeune âge pour le trot monté, il remporte plusieurs classiques (aujourd'hui « groupes I ») avec l'aide de Jean Mary auquel il sera associé toute sa carrière. Il se révèle à l'attelé en 1969, en remportant notamment le Prix de France et le prix des Meilleurs à Munich. Il finit également, en avril de cette même année, deuxième du Grand Prix de la Loterie derrière sa grande rivale Une de Mai. Mais au cours du voyage retour qui se passe en train, le convoi est immobilisé, par une nuit glaciale, en raison d'une grève des conducteurs italiens. Quand son lad, Alain Blu, ouvre le wagon, Tidalium Pelo est en état d'hypothermie et son compagnon d'infortune Roc Wilkes ne survivra pas. Après beaucoup de soins, il put reprendre la compétition et remporter les plus grandes épreuves françaises et européennes.

Carrière au harasModifier

Le « Diable noir » ne laisse pas derrière lui une descendance extraordinaire. Étalon au carnet bien rempli à la fin des années 1970, son plus riche produit est Quid Ergo, né en 1982, qui n'atteint que la modeste somme équivalent à 140 512 [3].

C’est en 1993 et le jour de son 30e anniversaire, lors d’une absence obligée de son compagnon humain, Albert Roumy-Goujon, auquel il était très attaché, que Tidalium Pelo meurt.

PalmarèsModifier

OriginesModifier

Origines de Tidalium Pelo, mâle[4].
Père
Jidalium
Loudéac Boléro Koenigsberg
Odette
Bonne Fortune Jongleur
Querelleuse
Lyette Enfant de Troupe Quo Vadis
Olga
Dona Sol Koenigsberg
Odessa
Mère
Hase Williams
Mousko Williams Sam Williams Peter Scott (US)
Blitzie (US)
Carlotta Énoch
Junon
Tanagra Sam Williams Peter Scott (US)
Blitzie (US)
Ernee Ouistiti
Glory (US)

Sources, notes et référencesModifier

SourcesModifier

RéférencesModifier

  1. a b et c Pierre Joly, Trotteurs de légende, Rennes, Éditions Ouest-France, (ISBN 2-7373-2270-7), p. 75-77
  2. « Fiche de la base SIRE de Tidalium Pelo », sur Site des Haras nationaux (consulté le 3 octobre 2014)
  3. « Trot-pedigree.fr - Production Tidalium Pelo » (consulté le 30 juillet 2015)
  4. « Trot-pedigree.fr - Tidalium Pelo » (consulté le 21 septembre 2013)