Ouvrir le menu principal

Tibet, Tibet : une histoire personnelle d'un pays perdu

livre de Patrick French
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tibet (homonymie).

Tibet, Tibet : une histoire personnelle d'un pays perdu
Auteur Patrick French
Genre essai
Version originale
Langue Anglais
Titre Tibet, Tibet: A Personal History of a Lost Land
Lieu de parution Londres
Date de parution 2003
ISBN 812410638X
Version française
Traducteur William Olivier Desmond
Éditeur Albin Michel
Date de parution 2005
Nombre de pages 342
ISBN 2-226-15964-9

Tibet, Tibet : une histoire personnelle d'un pays perdu (titre original : Tibet, Tibet : A Personal History of a Lost Land) est une œuvre de l'historien et journaliste anglais bouddhiste Patrick French publiée en 2003.

À partir de ses voyages et de sa passion pour le Tibet et sa culture, Patrick French a rédigé ce récit qui présente ses notes de voyages, ses souvenirs personnels, ses rencontres, l'histoire et la politique du Tibet[1].

L'auteurModifier

Patrick French indique en détail au début du livre s'être intéressé au Tibet ou plus spécifiquement au dalaï-lama alors qu'il n'était encore qu'écolier en Angleterre. Il ajoute qu'il a renoncé à la foi catholique romaine de son enfance pour adopter le bouddhisme tibétain. Il a même rejoint l'association Free Tibet Campaign et a travaillé dur pour promouvoir la cause tibétaine en Grande-Bretagne. Après son voyage au Tibet, il a décidé de démissionner de son poste de président de Free Tibet Campaign, doutant qu'un Tibet libre ait un sens sans une Chine libre[2],[3].

RésuméModifier

À partir de ses voyages et de sa passion pour le Tibet et sa culture, Patrick French a rédigé ce récit qui présente ses notes de voyages, ses souvenirs personnels, ses rencontres, l'histoire et la politique du Tibet.

Accueil critiqueModifier

La journaliste Isabel Hilton (en), du Guardian, indique que cet ouvrage de Patrick French permet de revisiter les mythes du Tibet indiquant par exemple que les Tibétains sont bons et les Chinois mauvais, le Dalaï-lama est infaillible et les Tibétains sont un peuple de saints[4]. Dans sa critique Isabel Hilton rejette l'affirmation de French selon laquelle le dalaï-lama aurait été invité à Pékin en 1989 après la mort du panchen-lama, sans autre source que sa propre opinion. French répondit que sa source est clairement citée : un article de Tom Grunfeld dans la revue Foreign Policy in Focus en avril 2000[4].

Le journaliste britannique Justin Wintle (en) trouve le livre éclairant bien qu'inégal. Selon lui, son auteur s'efforce d'être aussi impersonnel que possible dans ses impressions du Tibet tout en donnant une importance exagérée à ses aventures personnelles. Pour Wintle, l'ouvrage est à la fois un livre de voyage et de l'histoire recyclée (recycled history). Si dans la première partie, Patrick French nous livre avec brio ses réflexions, dans la deuxième il se laisse aller à des diatribes anti-maoïstes[5].

« Un voyage à travers le Tibet par un journaliste connaisseur du pays » selon le site du Sénat du groupe interparlementaire d'amitié[6].

Controverse sur le « génocide tibétain »Modifier

Article détaillé : Sinisation du Tibet.

Enquêtant sur la question du controversé génocide tibétain, il constata que les données brutes, obtenues à partir du témoignage de réfugiés et traitées par le Gouvernement tibétain en exil, ne permettaient pas d'obtenir le chiffre total annoncé. En lieu et place de noms, il ne trouva que « des chiffres insérés de façon apparemment aléatoire dans chaque rubrique et dupliqués de façon systématique, incontrôlée » (par exemple, un même affrontement armé, relaté par cinq réfugiés différents, se retrouvait comptabilisé cinq fois). De plus, il s'aperçut que sur les 1,1 million de morts comptabilisés, il n'y avait que 23 364 femmes, ce qui impliquait la disparition de 1,07 million des 1,25 million de Tibétains du sexe masculin[7],[8].

Patrick French conclut provisoirement qu'un demi-million de personnes sont mortes en conséquence directe de la politique chinoise, un chiffre dévastateur qui ne diminue en rien l'horreur de ce qui a été fait au Tibet[9].

Prostitution à LhassaModifier

Article détaillé : Prostitution au Tibet.

Selon Jamyang Norbu, l'ampleur des sentiments anti-chinois et indépendantistes rencontrés par Patrick French est considérable. Il a même une conversation avec une prostituée tibétaine à Lhassa qui lui dit qu'elle ne coucherait jamais avec un Chinois[3]. Citation du texte de Patrick French, à la page 255 :

« - Je ne ferais jamais l'amour avec un Chinois.
- Et pourquoi ?
- Dans mon village jamais une femme n'épouserait un Chinois ou un musulman. Quelques-unes peut-être, mais certainement pas moi. Pas question, même s'ils payaient beaucoup. »
Je crus tout d'abord que c'était une décision politique, un boycot des relations sexuelles avec l'oppresseur pour des raisons nationalistes, mais je compris bientôt que ce n'était pas ce qu'elle avait voulu dire. Son attitude était fondée sur des motifs sociaux et culturels, sur les anciens préjugés des Tibétains de l'Amdo vis-à-vis de leurs voisins chinois, plus particulièrement musulmans.
« C'est contre nos coutumes d'avoir des relations avec des gens comme ça, reprit Droma. Personne de mon village n'en aurait. Ces gens-là sont différents. Ils mangent une nourriture différente, ils ont des habitudes différentes ».

ÉditionsModifier

RéférencesModifier

  1. Site du musée du quai Branly : présentation de Tibet, Tibet Une histoire personnelle d'un pays perdu « Grand voyageur, très impliqué dans la cause tibétaine, le journaliste Patrick French, collaborateur des plus grands journaux anglo-saxons, a sillonné le « Pays des Neiges éternelles ». Des régions frontalières de la Chine à Lhassa, il a traversé plaines et vallées jusqu'au nord de l'Inde, où se sont réfugiés le gouvernement tibétain en exil et une grande partie de la diaspora. De ses voyages et de sa passion pour un pays et sa culture ancienne, Patrick French a tiré ce formidable récit qui mêle notes de voyages, souvenirs personnels, rencontres, histoire et politique. Courageux et passionné, c'est le livre que l'Occident attendait sur le Tibet : gardant la raison sans jamais perdre le cœur, Patrick French bouleverse mythes et idées reçues. »
  2. Tibet, Tibet : une histoire personnelle d'un pays perdu GIS asie
  3. a et b Jamyang Norbu The Incredible Weariness of Hope (Jamyang Norbu). Tibet, Tibet: A Personal History of a Lost Land., [1], Phayul.com, 2 octobre 2003.
  4. a et b Isabel Hilton Myth and reality The Guardian, 31 mai 2003 « Isabel Hilton is not entirely convinced by Patrick French's bid to get to grips with a nation's history in Tibet, Tibet »
  5. (en) Justin Wintle (en) Tibet, Tibet: a personal history of a lost land, by Patrick French The Independent, 12 avril 2003.
  6. Bibliographie Le Tibet en exil : à l'école de la démocratie Site du Sénat, rapport d'activité.
  7. Elisabeth Martens, Histoire du bouddhisme tibétain : la compassion des puissants, L'harmattan, 2007, (ISBN 2296040330), 9782296040335, p. 233
  8. Barry Sautman, June Teufel Dreyer, Contemporary Tibet: Politics, Development, And Society In A Disputed Region, p. 239.
  9. (en) Michael Rank, compte rendu de Tibet, Tibet, A Personal History of a Lost Land, HarperCollins, 2003, (ISBN 0-00-257109-9), China Review, issue 25, Summer 2003, p. 35

Voir aussiModifier