Thukdam ou tukdam tibétain : ཐུགས་དམ, Wylie : thugs dam est un mot honorifique tibétain signifiant méditation[1], qui se dit des personnes qui ont une pratique de la méditation sur la nature de l'esprit ou sur la vacuité et sont capables de rester dans un équilibre méditatif après la mort[2].

Constations médicalesModifier

Après sa mort, Rangjung Rigpe Dorje, le 16e karmapa, demeura 3 jours en état de tukdam sur son lit d’hôpital[3]. Le docteur Ranulfo Sanchez, chirurgien de l'hôpital américain de Zion, mentionne que 36 heures après le décès, la région du cœur du karmapa était encore chaude[4], ce qui mentionné encore 72 heures après sa mort, sans qu'un médecin puisse l'expliquer[5].

Études scientifiquesModifier

Étude de Richard DavidsonModifier

Le neuroscientifique Richard Davidson étudie des moines bouddhistes en état de thukdam en Inde, dans le but de détecter une activité cérébrale chez ces moines[6].

Lors de la mort de Lobsang Nyima Pal Sangpo à Belgaum en Inde le , il resta 18 jours en état méditatif de thukdam, qui fut étudié par le docteur Tenzin Namdul du Men Tsee Khang et le docteur Yangzom Dolkar de l'hôpital Delek, dans le cadre d'une étude en collaboration avec le laboratoire du docteur Richard Davidson à l'Université du Wisconsin à Madison, sur les conseils du dalaï-lama. Les médecins évaluèrent les effets du thukdam en mesurant l'EEG, l'ECG et la température corporelle lors de cet état[7].

Aucune activité électroencéphalographique n'est détectable après la déclaration clinique de décès parmi les méditants bouddhistes tibétains en état de tukdam[8].

Étude de Svyatoslav MedvedevModifier

Le fondateur et ancien directeur de l'Institut Bekhtereva du cerveau humain de l'Académie russe des sciences (ru) Svyatoslav Medvedev (ru) étudie également l'état de thukdam, en Inde et à Saint Petersbourg[9].

Étude à TaïwanModifier

Geshe Jampa Gyatso, un érudit bouddhiste tibétain et ancien prisonnier politique[10], mort le 14 juillet 2020, sembla être en phase méditative de thukdam pendant plusieurs jours. Ting-kuo Lee a dirigé une équipe de recherche de l'Academia Sinica pour entreprendre le premier examen scientifique de Guéshé Gyatso le 24 juillet. Une équipe de l'université de Taïwan a enregistré une activité significative neuronale cérébrale[11].

RéférencesModifier