Thomas Lee (homme politique)

personnalité politique canadien
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Thomas Lee.

Thomas Lee
Fonctions
Député de Basse-ville de Québec n° 1 à la Chambre d'assemblée du Bas-Canada
Prédécesseur Jean Bélanger
Successeur George Vanfelson
Prédécesseur François Languedoc
Successeur Jean Bélanger
Député de Northumberland n° 2 à la Chambre d'assemblée du Bas-Canada
Prédécesseur Jean-Marie Poulin
Successeur Philippe Panet
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Québec
Date de décès (à 49 ans)
Lieu de décès Québec
Parti politique Parti canadien puis patriote
Profession Notaire

Thomas Lee, né le et mort le à Québec, est un notaire, entrepreneur, fonctionnaire et homme politique canadien.

BiographieModifier

Famille et étudesModifier

Il est le fils de Jean-Thomas Lée, marchand d'ascendance irlandaise et bordelaise, et de Marie-Angélique Gautron. Il étudie au Petit Séminaire de Québec avant d'entreprendre des études pour accéder à la profession de notaire. Il obtient l'autorisation de pratiquer le .

Le , il épouse Marie Just (fille de John Conrad Just, docteur, et de Josephte Fisbach). La sœur de cette dernière, Dorothée-Magdleine, est mariée avec George Vanfelson. Le , il se remarie avec Mary Neilson (fille de James Neilson, imprimeur) en la cathédrale de la Sainte-Trinité de Québec.

CarrièreModifier

Il est notaire à Québec durant toute sa vie.

Il est propriétaire d'une scierie et d'une fabrique d'huile de graine de lin à Saint-Roch. Il est copropriétaire de l'Imprimerie canadienne. Il est également actif dans les institutions officielles. En 1826, il est secrétaire de l'école britannique de Québec. Il est capitaine dans le 1er bataillon de milice de Québec jusqu'à sa destitution en 1827. En 1830, il est commissaire des chemins vicinaux de Québec.

PolitiqueModifier

Lee se lance en politique en 1809. Il est alors élu député de Northumberland sous la bannière du Parti canadien. Il est réélu lors des élections de 1810 et 1814 avant d'être battu à celle de 1816. Il tente de se faire élire sans succès lors de l'élection partielle de 28 mars 1818 dans le comté de Québec. En 1820, il est élu député de la basse-ville de Québec lors des élections d'avril. Quelques mois plus tard, en juillet, de nouvelles élections sont déclenchées et il n'y participe pas. Ce mandat fut donc de courte durée. Il revient en politique, dans le même district électoral, lorsqu'il est élu à l'élection partielle du 11 décembre 1828. Il est réélu en 1830. Il appui alors le Parti patriote.

Décédé en 1832, ses obsèques sont célébrées en la basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec. Il est inhumé au cimetière des Picotés.

Voir aussiModifier

Liens externesModifier