Ouvrir le menu principal

Thilogne
Administration
Pays Drapeau du Sénégal Sénégal
Maire
Mandat
Youssoupha DIA "Sidy Kawory "
2014-2019
Démographie
Gentilé Thilognois
Population 10 441 hab. (2013)
Géographie
Coordonnées 15° 55′ 26″ nord, 13° 39′ 28″ ouest
Altitude 66 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sénégal

Voir la carte administrative du Sénégal
City locator 14.svg
Thilogne

Géolocalisation sur la carte : Sénégal

Voir la carte topographique du Sénégal
City locator 14.svg
Thilogne

Thilogne (parfois Thilone) est une ville du nord-est du Sénégal, située entre Agnam et Matam, à une vingtaine de kilomètres de la frontière avec la Mauritanie (Kaedi).

Sommaire

HistoireModifier

Thilogne connu aussi, par sa position géographique stratégique, sous le nom de Salndou Fouta, aurait été fondé au XIIIe siècle. Il est composé de plusieurs quartiers : N'dioufnabé, Diabé-Sala, Badel (quartiers principalement habités par les Mbégnou-ganna (Sebbés)), Mollé (ou réside Cerno Mollé), Diawanbés, Gamgou, Golléré, Sinthiou, Gollera less et Halaybé.
Il est la capitale politique, économique et religieuse du Bosséa (ou Bosseya), et fut celle du Fouta au XVIIIe siècle.
Les premiers habitants de Thilogne sont les Diagarafs (propriétaire terrien), titre détenu par les Sebbés, il y en a quatre à Thilogne : le Diagaraf Badel (les patronymes Diagne et Dia), le Diagaraf N'diouf (le patronyme Diop), le Diagaraf Ma-nga (le patronyme Fofana) et le Diagaraf Sirwa (le patronyme Niang).
Le village fut administré politiquement par le Thierno Mollé, issu de la famille Ly, jusqu'à son érection en commune en 1996.
De grandes réunions historiques ont été tenues dans le village, comme la décision d'affronter les Deniyankoobés de Koli Tenguella.
Thilogne fut aussi pendant de longues années le siège des Almamy du Fouta, dont le premier Almamy Abdoul Gadiry Kane originaire du village de Kobilo.

AdministrationModifier

Rattachée au département de Matam dans la région de Matam, Thilogne a été érigée en commune en 1996[1].

GéographieModifier

Les localités les plus proches sont Barga, les Agnams (Godo, Toulel-Thialé, Civol, Wouro Ciré, Thiodaye, Goly, etc.), Horé-Fondé, Belithindi, N'Diafane, Ganki-Doumbodjie, Liwou, Kobilo, Dabia, Goudoudé-Ndouetbé et Goudoudé-Diobé, Bokidiawé, Doumga, etc.

Physique géologiqueModifier

PopulationModifier

Lors du recensement de 2002, Thilogne comptait 8 425 habitants, 658 concessions et 934 ménages.

D'après le recensement nationale de population Sénégalaise organisé par l'ANSD[2], en 2013, la population de la commune de Thilogne s'élèverait à 10441 habitants dont 5293 hommes et 5148 femmes.

L'économie de Thilogne est principalement basée sur l'agriculture, pratiquée dans le Diéri pendant la saison des pluies ou dans le Walo quand le fleuve se retire (cultures de décrues). Son marché hebdomadaire ou loume[3] permet à ses habitants et environs d'accéder aux produits alimentaires à bas prix. Le poisson provient de l'intérieur du pays grâce à des camions frigorifiques ou du Dandé-Mayo par les Soubalbés.

Thilogne compte actuellement 2 lycées (le Lycée Public de Thilogne et le Lycée Privé Inchallah), 1 collège, 4 écoles primaires, 2 maternelles et 1 case des tous petits.

Jumelages et partenariatsModifier

Thilogne est jumelé avec Trappes en France. Les partenaires de Thilogne sont :
- TAD : Thilogne Association Développement,
- Le conseil départemental des Yvelines, France.

Personnalités nées à ThilogneModifier

  • Thierno Mamoudou Ly, premier ceerno molle ou chef de village,
  • Abdoul Bocar Kane dit Lamdo Bossea,
  • Mamadou Seydou Bilel Thiongane (Djarga), grande figure de la résistance dans le Bosséa, ancêtre des familles Fofana, Sy, Ngaidé,...
  • Thierno Seydou Kane, dernier chef de Canton de Thilogne,
  • Thierno Hameth Baba Talla, un des marabouts les plus célèbres et respectés du Fouta,
  • Elimane Kane, ancien député et premier maire de la ville de Thilogne,
  • Demba Dia, chanteur, compositeur et politicien,
  • Mamadou Oumar Mbaré dit Almamy Bocoum, ambassadeur itinérant du Chef de l'Etat, Président Macky Sall, au près de la diaspora,
  • Thierno Abdoul Gadiry Ly, marabout émérite reconnu du Fouta,
  • Mamoudou Touré, ancien Ministre de l'Économie et des Finances[4],
  • Abdoul Guisse, ancien sénateur et ancien maire de Thilogne,
  • Sidy Kawori Dia, homme d'affaires et maire de Thilogne
  • Awo kane, ancienne sénateur

Notes et référencesModifier

  1. Loi no 96-752 du 5 septembre 1996
  2. http://www.ansd.sn/
  3. organisé tous les jeudis
  4. Mamoudou Ibra Kane et El Hadj Kassé, Mamoudou Touré : un Africain au cœur de l'économie mondiale, Harmattan Sénégal, 2012, p. 31 (ISBN 9782296994157)

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Abdoulaye Kane, « Diaspora villageoise et développement local en Afrique : Le cas de Thilogne association développement », Hommes & migrations n° 1229, 2001, p. 96-107
  • B. Wane, Le Yirlaabe-Hebbiyaabe et le Bosseya de 1850 à 1880, Dakar, Université de Dakar, 1976 (Maîtrise d'histoire)

Liens externesModifier