Ouvrir le menu principal

Theo-Ben Gurirab

homme politique namibien

Theo-Ben Gurirab
Illustration.
Fonctions
Président de l'Assemblée nationale de Namibie

(10 ans)
Prédécesseur Mose Penaani Tjitendero
Successeur Peter Katjavivi
Premier ministre de Namibie

(2 ans, 6 mois et 20 jours)
Président Sam Nujoma
Prédécesseur Hage Geingob
Successeur Nahas Angula
Président de l'Assemblée générale des Nations unies

(1 an et 1 jour)
Prédécesseur Didier Opertti Badan
Successeur Harri Holkeri
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Usakos (Sud-Ouest africain)
Date de décès (à 80 ans)
Lieu de décès Windhoek (Namibie)
Nationalité Namibienne
Parti politique SWAPO

Theo-Ben Gurirab
Premiers ministres de Namibie

Theo-Ben Gurirab, né le à Usakos (Sud-Ouest africain) et mort le à Windhoek (Namibie), est un homme d'État namibien, membre de l'Organisation du peuple du Sud-Ouest africain (SWAPO).

Il est Premier ministre de Namibie de 2002 à 2005 puis président de l'Assemblée nationale de 2005 à 2015.

Sommaire

BiographieModifier

Jeunesse et exilModifier

Né dans la région d'Erongo[1], Theo-Ben Gurirab vit en exil de 1962 à 1989, période pendant laquelle il est le représentant adjoint de la SWAPO auprès des Nations unies et les États-Unis de 1964 à 1972, avant d'occuper la direction de la mission de la SWAPO aux Nations unies de 1972 à 1986. Il est enfin secrétaire de la SWAPO pour les Affaires étrangères entre 1986 et 1990[1].

MinistreModifier

En novembre 1989, Theo-Ben Gurirab est élu sur la liste de la SWAPO comme membre de l'Assemblée constituante[2], qui devient en 1990 l'Assemblée nationale[1]. Il est ministre des affaires étrangères du au , date à laquelle il est nommé Premier ministre par le président Sam Nujoma en remplacement d'Hage Geingob[3].

le , il est élu président de la 54e Assemblée générale des Nations unies, poste qu'il occupe jusqu'en septembre 2000[4].

Lors de l'élection au comité central de la SWAPO en août 2002, il obtient le sixième score en nombre de votes[5]. Lors des élections au comité central en novembre 2007, il est de nouveau parmi les membres du parti les mieux élus[6].

Président de l'Assemblée nationaleModifier

Après les élections générales de 2004, Theo-Ben Gurirab est élu président de l'Assemblée nationale le [1],[7].

D'avril 2009 à 2010, il est le président de l'Union interparlementaire, l'organisation mondiale des parlements des États souverains[8]

En novembre 2009, la SWAPO gagne de nouveau largement les élections législatives. Gurirab est réélu à l'Assemblée nationale et à son poste de président le et déclare à cette occasion : « Étant l'un des auteurs de la constitution, l'un des plus anciens responsables du pays encore en activité et l'un des fondateurs de la République, je sais que la constitution fournit une très haute vision pour la Namibie, ainsi qu'une promesse d'unité nationale, de réconciliation, de démocratie, d'État de droit, de dignité humaine, d'émancipation socio-économique et d'engagement à protéger les acquis de notre long et amer combat pour la libération et l'indépendance »[9].

MortModifier

Theo-Ben Gurirab est mort le à l'hôpital de Windhoek (Namibie)[10].

RéférencesModifier

  1. a b c et d « Profile »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Profil sur le site du parlement namibien.
  2. Liste des membres de l'assemblée constituante, Site du parlement namibien.
  3. (en) Christof Maletsky, "Nujoma shuffles the Cabinet pack", The Namibian, 28 août 2002.
  4. (en) Peter Mwaura, "Namibian to lead UN General Assembly", Africa Recovery, volume 13 #2-3 (septembre 1999), page 4.
  5. (en) "The ruling party's new Central Committee", The Namibian, 27 août 2002.
  6. (en) Christof Maletsky, "Swapo big names dropped", The Namibian, 3 décembre 2007.
  7. « "New Parliament Takes Office in Namibia" »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), VOA News, March 20, 2005.
  8. (en) « IPU chief condemns undemocratic transition of power in Madagascar », Xinhua News Agency,‎ (lire en ligne)
  9. (en) John Ekongo, "New MPs take their seats", New Era, 23 mars 2010.
  10. (en) « Namibia mourns liberation hero Gurirab », sur southerntimesafrica.com, (consulté le 14 juillet 2018)