Thanom Kittikhachon

homme politique thaïlandais
(Redirigé depuis Thanom Kittikachorn)

Thanom Kittikhachon
ถนอม กิตติขจร
Illustration.
Fonctions
Premier ministre de Thaïlande

(9 ans, 10 mois et 5 jours)
Monarque Rama IX
Prédécesseur Sarit Thanarat
Successeur Sanya Dharmasakti

(9 mois et 19 jours)
Monarque Rama IX
Prédécesseur Pote Sarasin
Successeur Sarit Thanarat
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Tak, Thaïlande
Date de décès (à 92 ans)
Lieu de décès Bangkok, Thaïlande
Nationalité Thaïlandaise
Parti politique Marine royale
Conjoint Jongkol Kittikachorn (1914-2012)

Signature de Thanom Kittikhachonถนอม กิตติขจร

Thanom Kittikhachon
Premiers ministres de Thaïlande
Thanom Kittikachorn (assis), en visite le dans l'atelier d'un diamantaire aux Pays-Bas. Le directeur de celui-ci, J. Asscher, lui présente une gemme taillée de belle dimension dans un écrin.

Thanom Kittikachon (Thai: ถนอม กิตติขจร, Thai pronunciation avec l'Alphabet Phonétique International : [tʰà.nɔ̌ːm kìt.tì.kʰa.t͡ɕɔ̌ːn]), né le à Tak en Thaïlande et mort le à Bangkok, est un homme d'État. Il est le treizième premier ministre de Thaïlande en 1958. Il est réélu en 1963 et reste à la tête du pays pendant dix ans, jusqu'en 1973[1]. Le , la contestation sociale et étudiante fait chuter le régime après 3 jours de violence contre les manifestants : des dizaines de milliers d'étudiants et près de un demi-million de citoyens thaïlandais (c'est un bain de sang : au moins 70 thaïlandais sont tués selon le journal Le Monde voir peut-être près de 300 morts[2] ; et des milliers de manifestants sont blessés). Les militaires sont chassés du pouvoir, l'ordre constitutionnel est rétabli et la société se démocratise : Thanom Kittikhachon démissionne et est contraint à l'exil le 15 octobre 1973. Il est le premier ministre thaïlandais à avoir gouverné le plus longtemps.

En 1976, une manifestation d'étudiants et d'ouvriers se tient à l'université Thammasat pour s'opposer à son retour. En représailles, les forces de police et des groupes paramilitaires de droite attaquent la manifestation et tuent plus d'une centaine de personnes. Cet événement reste connu comme le massacre de l'université Thammasat[3]. Mais ces crimes[4] ne paieront pas puisque Thanom Kittikachon ne parviendra pas à redevenir un homme politique en Thaïlande.

Notes et référencesModifier

  1. Adrien Le Gal, « Le coup d'état, une spécialité thaïlandais (1971 : l'armée tente de reprendre le contrôle) », sur lemonde.fr, Le Monde, 03 juin 2014 (mis à jour le 18 mars 2019)
  2. Sylvia Cattori et Jean Cattori, Asie du Sud-Est - L'enjeu thaïlandais (préface de Jean Ziegler), L'Harmattan, , 256 p. (ISBN 2-85802-116-3, lire en ligne), Première partie : Une société déséquilibrée ; Chapitre 1 : les dix jours qui ébranlèrent la Thaïlande page 20 à 24
  3. « Thaïlande : Un tribunal interdit un film sur le massacre des étudiants de 1976 », sur Secours Rouge (consulté le 15 août 2017)
  4. Adrien Le Gal, « Thaïlande : Thammasat, le massacre oublié », sur lemonde.fr, Le Monde, 06 octobre 2016 (mis à jour le 18 octobre 2017)

Liens externesModifier