Ouvrir le menu principal
Les tenants de la théorie du fer à cheval affirment que l'extrême-gauche et l'extrême-droite sont plus proches l'une de l'autre que du centre.

En théorie politique, la théorie du fer à cheval consiste en l'affirmation que l'extrême-gauche et l'extrême-droite, au lieu d'être en opposition et de constituer les deux extrémités d'un spectre politique linéaire et continu, se ressemblent, en formant les deux extrémités d'un fer à cheval. Cette théorie est attribuée à l'écrivain français Jean-Pierre Faye. Les tenants de cette théorie notent un certain nombre de similarités entre l'extrême-gauche et l'extrême-droite, notamment leur supposée propension à graviter autour de l'autoritarisme ou du totalitarisme. La théorie du fer à cheval s'oppose au traditionnel axe droite-gauche, comme à de nombreux systèmes multidimensionnels de classement politique.

OrigineModifier

L'idée que l'extrême-gauche et l'extrême-droite sont proches l'une de l'autre est apparue dans les années 1970. Néanmoins, l'utilisation du terme « théorie du fer à cheval » pour décrire ce phénomène fut démocratisée par Jean-Pierre Faye qui l'utilisa en 2002 dans son livre Le Siècle des idéologies. D'autres ont pu attribuer cette théorie à Seymour Martin Lipset, Daniel Bell ou encore à « l'école pluraliste ».

Notes et référencesModifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Horseshoe theory » (voir la liste des auteurs).