Ouvrir le menu principal
Temple du feu à Yazd, Iran

Le temple du feu dans le zoroastrisme est le lieu de culte pour les zoroastriens.

DescriptionModifier

Un temple du feu se compose généralement d'un bâtiment comprenant plusieurs petites salles, dont la salle la plus sacrée qui abrite le feu sacré. Différents rituels y sont célébrés et chantés.
Trois grades de temple sont distingués[1] :

  • Atash Bahram (ou Atash Behram), le grade le plus élevé.
  • Atash Adaran
  • Atash Dadgah

SituationModifier

Les temples du feu se situent principalement en Iran et en Inde occidentale.

Le culte du feuModifier

Les zoroastriens vénèrent le feu sous n'importe quelle forme. Dans la religion zoroastrienne, le feu (Atar) et l'eau propre (Aban (en)) sont des agents de la pureté rituelle. Le feu est une force purificatrice et est identifié avec la vérité.

HistoriqueModifier

Les premiers temples du feu ont probablement été construits par les Achéménides, mais c'étaient souvent des sanctuaires simples. Les Parthes ont également construit des temples du feu. L'âge d'or des temples fut cependant sous le règne des Sassanides.

Avec l'émergence de l'empire arabe et de l'islam, la plupart des temples du feu ont disparu, mais certains continuent d'être actifs.

Temples du feu subsistantsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Delphine Menant, « L'entretien du feu sacré dans le culte mazdéen », Comptes-rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres Année 1902 46-2, p. 101-111

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :