Ta Prohm

temple khmer du site archéologique d'Angkor

Ta Prohm
Image illustrative de l’article Ta Prohm
Emblématiques racines de Tetrameles nudiflora
Présentation
Culte bouddhisme mahāyāna Prajnaparamita
Type Complexe monastique
Rattachement APSARA : Autorité pour la Protection du Site et l'Aménagement de la Région d'Angkor / Siem Reap
Début de la construction XIIe siècle
Fin des travaux XIIIe siècle
Architecte Sous le règne de Jayavarman VII, redécouverte mission Etienne Aymonier 1882 puis École française d'Extrême-Orient
Autres campagnes de travaux Bayon, Preah Khan, Neak Pean
Protection Patrimoine mondial UNESCO depuis 1992
Site web http://angkor.com.kh/discover/history/apsara-authority/
Géographie
Pays Drapeau du Cambodge Cambodge
Province Siem Reap
Ville Siem Reap
Coordonnées 13° 26′ 06″ nord, 103° 53′ 21″ est
Géolocalisation sur la carte : Cambodge
(Voir situation sur carte : Cambodge)
Ta Prohm

Ta Prohm (khmer : ប្រាសាទតាព្រហ្ម), originellement appelé រាជវិហារ, Rājavihara qui veut dire monastère royal, est un temple sur le site d'Angkor au Cambodge, construit selon le style du Bayon à la fin du XIIe siècle, début XIIIème Ta Prohm signifie « grand-père Brahma »[1] ou "ancien Brahma". Ta Prohm tout comme le Bayon furent tous deux construits sous le règne du roi khmer Jayavarman VII adepte du bouddhisme mahāyāna, connu comme étant le dernier grand roi de l'Empire Khmer, né vers 1120 (avant 1150) et qui régna jusqu'en 1218

L'architecture du Ta Prohm est de type "complexe monastique" ; temple à un seul niveau (plats) par opposition aux temples-montagne comme sont le Baphûon ou le Bayon. Ta Prohm est dédié à Prajnaparamita, nom bouddhique de la mère du souverain Jayavarman VII.
Ta Prohm est doté de gopuras à chaque point cardinal, cependant, un seul accès est possible d'Est en Ouest.
A partir du XIIIe siècle tout comme le Bayon, dans le même style comporte des tours en pierres symbolisant des visages monumentaux du Bodhisattva Avalokiteśvara, bouddha de la compassion, tout comme les temples Banteay Kdei ou Neak Pean, également de type complexe monastique, ainsi que le réservoir de Srah Srang.

Selon George Coedes, la stèle du Ta Prohm fut redécouverte par la mission Etienne Aymonier en 1882 dans une des salles du sanctuaire Ta Prohm. Les archéologues de l'École française d'Extrême-Orient ont décidé de laisser Ta Prohm dans un état proche de sa re-découverte au début du XXe siècle.

Ta Prohm tout l'ensemble d'Angkor fait partie du patrimoine de l'UNESCO depuis 1992 [2],[3]. Le monastère est placé sous l'Autorité de APSARA, autorité pour la protection du site et l'aménagement d'Angkor rattaché au gouvernement cambodgien. La restauration de Ta Prohm est réalisé en partenariat entre APSARA et archeological Survey of India.

(Homonyme : Temple de Ta Prohm, à proximité du lac Tonlé Bati, province de Takeo.)

Localisation et DescriptionModifier

Ta Prohm situé à un kilomètre à l'est de la ville fortifiée d'Angkor Thom, sur le bord sud du baray oriental. Le monastère est intégré dans une enceinte de 1 km sur 700 m soit environ 60 ha dont les portes (une à chaque point cardinal) sont ornées d'une tour à quatre visages d'un style proche de celles d'Angkor Thom. Ta Prohm est doté de 260 statues de divinités, et de 39 tours avec des pinacles et 566 groupes de résidences. Selon Georges Coedes en p47, la description de Ta Prohm est la suivante : "39 tours à pinacle (ualabhipràsudàh), 566 habitations en pierre, 288 en brique, 76 brasses de largeur et 1150 de longueur pour l'étang long et le bassin (vàpitalàkayoh), 2702 brasses de mur d'enceinte enlimonite (çarkaraughopala)" [4].

HistoireModifier

ÉdificationModifier

 
Une des tours du temple Ta Prohm

Ta Prohm a été construit sous le règne de Jayavarman VII comme monastère et université bouddhique Mahāyāna sous le nom Rājavihara (le monastère du roi).

En 1181, Jayavarman VII inaugure un règne qui voit la cité d'Angkor atteindre son apogée. En effet, on estime à près de 250.000 personnes vivant dans la cité, ce qui est considérable si compare Paris, à la même époque avec à peine 80 000 habitants.

Pendant ses 30 ans de règne, Jayavarman VII se lance dans de la construction de grands temples, c'est le roi bâtisseur. Il élève les fortifications qui entourent la ville mais aussi les temples de Ta Prohm, Preah Khan, le Banteay Kdei et bien d'autres[5] .

Avec la cité d'Angkor Thom et son Bayon, il donne un écrin unique au Mahâyâna, Bodhisattva Avalokiteśvara Bouddha valorisant la compassion ultime.

 
La mère çri Rajayarajacudamani nom bouddhique Prajnāpāramitā et le père Dharanindravarman II de Jayavarman VI (Archives EFEO), Etude de la stèle Ta Prohm de Georges Coedes en 1906

Ta Prohm fut consacré en 1186 (soit 5 ans après l'accession au trône de Jayvarman VII) et dédié à la famille du roi avec une triade composée de l'idole principale qui a pris pour modèle sa mère Sri Rajayarajacudamani (ou cri Rajayarajacudamani) déifiée avec son nom bouddhique Prajnāpāramitā (la personnification de la sagesse), tandis que les deux temples satellites de la troisième enceinte étaient consacrés l'un à son guru royal Yajnavarâha (nord) et l'autre à son frère aîné Yasovarman II (sud)[6],[7],[8],[9] .

Jayavarman VII édifiera ensuite le Preah Khan en l'honneur de son père Dharanindravarman II, identifié à Lokeśvara. Grand bâtisseur, il dote également Angkor de nombreux édifices de moindre taille dont le Banteay Kdei et construit dans tout l'empire khmer de l'époque.

En 1906, une étude des stèles a été entreprise par George Coedes de l'Ecole française d'Extrême-Orient[10].Cette stèle atteste bien que le temple est dédié à Prajnāpāramitā, de son nom terrestre çri Rajayarajacudamani[11]. Selon la stèle de Ta Prohm décrypté par l'épigraphe G. Coedes, 102 hôpitaux furent érigés par Jayavarman VII et repartis sur l'ensemble de son royaume dont Ta Prohm pourrait être le centre administratif..

Redécouverte à partir du début du XXè Siècle et depuisModifier

À la différence de la plupart des autres monuments d'Angkor, Ta Prohm a été laissé dans un état proche de sa re-découverte au début du XXe siècle[12].

 
Entrée du Temple Ta Prohm - Rājavihara

Mais ce choix de l'EFEO a été fait en guise de concession pour "nourrir l'imaginaire touristique" nourri des récits des premiers visiteurs du début du Siècle. Comme l'indique un des conservateur d'Angkor de 1937 à 1946, Maurice Glaize "une concession au goût général pour le pittoresque". Mais comme l'indique Sebastien Preuil dans son étude, "cette concession n'a pas été synonyme d'inaction de la part de l'EFEO." il a bien fallu réaliser quelques travaux, afin de permettre au visiteur d'accéder en toute sécurité.[13] "L'association ruines/végétal devient une accroche marketing d'Angkor", cela s'applique aussi bien pour le Ta Prohm que pour le Preah Khan

 
Représentation d'un personnage en prière et méditation intense et Bas-relief à l'entrée de Ta Prohm

Néanmoins beaucoup de travail a été nécessaire pour stabiliser les ruines et en permettre l'accès, afin de maintenir « cet état de négligence apparente » selon Michaël Freeman et Claude Jacques[14] de l'EFEO dans leur ouvrage intitulé le stégosaure de Ta Prohm [15]. Ce stégosaure est situé dans un cartouche gravé sur un pilastre de la tour ouest de l’entrée de la troisième enceinte du temple Ta Prohm.

En fait, la restauration d'Angkor est placée sous l'Autorité d'un organisme cambodgien l'APSARA [16],[17],[18],[19]créé par Kret royal (décret Royal) en 1995 placée sous le contrôle du gouvernement cambodgien.

 
Une stèle comportant un Stégosaure gravé dans un cartouche sur un pilastre de la tour ouest de l’entrée de la troisième enceinte du temple Ta Prohm
 
Les Gopuras de Ta Prohm

L'APSARA établit des partenariats avec divers organismes dans le monde. Les actions de l'APSARA ont été validées par l'UNESCO[20],[21] . La conservation et la restauration de Ta Prohm est un projet dans le cadre du partenariat avec Archaeological Survey of India (ASI) déjà intervenu dans la restauration d'Angkor Wat auparavant de 1986 à 1993, en des temps difficiles avec la présence des khmers rouges[22],[23],[24].

Une inscription sur le Ta Prohm indique que 12 640 personnes servaient dans ce seul temple. Elle rapporte aussi que plus de 66 000 fermiers produisaient plus de 2 500 tonnes de riz par an pour nourrir la multitude de prêtres, de danseuses et d'ouvriers du temple.

Selon Maurice Glaize, le troisième conservateur d'Angkor, la stèle de Ta Prohm indique que 615 danseuses vivaient dans l'enceinte du temple Ta Prohm. Les Apsaras, danseuses célestes, sont très présentes dans les bas-reliefs des temples d'Angkor. C'est à partir de ces représentations anciennes que les costumes et les positions des danseuses d'aujourd'hui ont été établis.

Si l'on ajoute trois grands temples (le Preah Khan et les deux ensembles encore plus vastes d'Angkor Vat et du Bayon), on atteint vite 300 000 cultivateurs, soit à peu près la moitié de la population estimée du Grand Angkor.

ArchitectureModifier

 
Ta Prohm, son architecture, état en 2013

Ta Prohm fait partie des temples de style « complexe monastique » à un seul niveau plat en opposition aux temples-montagne comme le Bayon ou encore le Baphûon. Les temples respectant les critères du style complexe monastique sont notamment Ta Prohm, Banteay Kdei, Preah Khan[25].

Les Gopuras et les tours à visageModifier

Comme les autres temples khmers, Ta Prohm est inclus dans une enceinte de grande dimension (1 km sur 700 m soit environ 60 ha) dont les portes (une à chaque point cardinal) sont ornées d'une tour à quatre visages d'un style proche de celles d'Angkor Thom. Une cinquième porte plus discrète se trouve sur le mur nord - peut-être servait-elle de « porte de service ». Cinq enceintes constituent le plan général du site.

Une fois franchie le gopura de la 5e enceinte, une longue allée tracée dans la forêt conduit à une terrasse cruciforme, franchissant les douves. Cette terrasse, chaotique, est envahie par de grands arbres au tronc blanc argenté, appelés fromagers, dont les longues racines ondoyantes déforment le dallage de grès.

Passé la porte de la 4e enceinte, on débouche sur une cour (40 m par 55 m), bordée de murs de latérite.

 
Couple Végétal / Rune sur un des murs de Ta Prohm

On atteint ensuite une nouvelle enceinte par une longue allée dallée de grès conduisant au gopura d'où part un préau bordé de piliers. Traversant le gopura ouest de cette 3e enceinte, on se trouve dans une deuxième cour où d'immenses arbres s'agrippent par leurs racines à des tours isolées et se posent sur les murs, dont certains ont cédé sous le poids.

 
Galerie avec racines.

Dans cette cour, on pénètre dans un petit cloître également surmonté d'immenses arbres. On peut y voir des frontons sculptés, notamment sur le côté ouest du sanctuaire cruciforme central, couronné d'arbres gigantesques.

On se glisse ensuite entre deux petits édifices et on se trouve alors en présence d'un grand bâtiment rectangulaire, construit en grès. De nombreux éboulis, formés principalement par les blocs de la toiture écroulée, obstruent en grande partie l'édifice.

Plusieurs linteaux de portes encore en place montrent de beaux reliefs d'Apsara laissant supposer que l’on se trouve en présence d'une « salle des danseuses ».

 
Finesse d'une frise

Vers l'est, une grande terrasse en grès, surélevée prolonge le gopura que l'on vient de traverser.

À l'intérieur de cette enceinte devaient se trouver de nombreux édifices monastiques dont seul subsiste aujourd'hui un gîte d'étape près de l'entrée Est de la deuxième enceinte. Celle-ci, entourée de douves d'environ 25 m de large, délimite l'espace carré d'environ 250 m de côté du temple proprement dit.

Le sanctuaire central, très dépouillé, occupe le milieu de la cour. On le traverse et on arrive dans la courette sud.

 
Mur emprisonné dans les racines de tetrameles nudiflora

Aussitôt passé le gopura ouest de la première enceinte, on voit sur la gauche un énorme tetrameles nudiflora, juché tel une pieuvre sur le toit de la galerie et qui semble l’écraser de son poids colossal. Mais les énormes racines de l'arbre, en forme de mains, plongeant verticalement vers le sol et se répandant ensuite aux alentours, semblent vouloir servir de supports pour soulager la toiture oppressée.

Une étude comparative a été entreprise pour tenter de réaliser une chronologie sur la construction des temples sous le règne de Jayavarman VII entre Ta Prohm au Bayon [26].

L'entrelacs des racines et des murs, l'alternance des arbres et des pierres en fait l'un des sites les plus photographiés d'Angkor.

l'Attrait touristique de Ta ProhmModifier

Ta Prohm est le le troisième plus important des sites d'Angkor et l’un des plus photographié du fait de ses paysages spectaculaires.

Ce monastère intentionnellement laissé en l'état avec ce couple végétal / ruines qui plait aux touristes est devenu selon Olivier Cunin dans sa thèse de Ta Prohm au Bayon de 2004, une réelle accroche marketing du site qui répond à l'imaginaire touristique et rappelle notamment Lara Croft de Tomb Raider.

Ta Prohm tout comme les temples d'Angkor, au Cambodge, sont parmi les sites archéologiques les plus beaux et les plus visités au monde.

Angkor Wat, Bayon, Ta Prohm, Preah Khan et Banteay Srei font partie des temples les plus prisés du site archéologique d'Angkor.

Cinq millions de touristes ont été comptabilisés à Angkor en 2017, un chiffre exponentiel qui pourrait atteindre 10 millions en 2025. Cela n'est pas sans conséquence. En effet, cette surfréquentation peut entraîner des conséquences dramatiques : pollution, embouteillages, détérioration du site pourtant préservé à travers les siècles et laissé au soin de la nature pendant tout ce temps.

Ta Prohm, édifice célèbre pour ses arbres géants qui ont inspiré Hollywood, connaît le même succès. Le Bayon et ses visages sculptés dans la pierre ressemblent parfois à un parc d'attractions bondé. Les guides cambodgiens ont des sentiments partagés. Ils sont heureux du succès du site mais s'inquiètent des millions de visiteurs qui marchent sur les racines des arbres, ce qui les tue. En effet, des murs entiers des temples sont soutenus par les arbres, l'effondrement des arbres entraîneraient l'effondrement des murs. Il va s'avérer vital que le Cambodge maitrise cet immense flux touristique dans les années à venir pour ne pas risquer de mettre en péril ces monuments[27],[28].

Notes et référencesModifier

  1. « Ta Prohm », sur www.cousinieb.fr (consulté le 28 avril 2021)
  2. UNESCO Centre du patrimoine mondial, « UNESCO Centre du patrimoine mondial - Document - Angkor Ta Prohm Temple (Cambodia) », sur UNESCO Centre du patrimoine mondial (consulté le 29 avril 2021)
  3. (en) UNESCO World Heritage Centre, « Angkor », sur UNESCO World Heritage Centre (consulté le 29 avril 2021)
  4. Georges Coedes, « Stèle de Ta Prohm Tome 6 p44-86 », sur BEFEO,
  5. « Angkor - Le sourire des dieux - Herodote.net », sur www.herodote.net (consulté le 29 avril 2021)
  6. Rethy Kieth Chhem, « La médecine angkorienne sous Jayavarman VII (1181-1220 de n.è.) », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, vol. 150, no 4,‎ , p. 1977–1998 (DOI 10.3406/crai.2006.88142, lire en ligne, consulté le 28 avril 2021)
  7. George Cœdès, « VII. Études cambodgiennes XXXIX. L'épigraphie des monuments de Jayavarman VII », Bulletin de l'École française d'Extrême-Orient, vol. 44, no 1,‎ , p. 97–120 (DOI 10.3406/befeo.1951.5040, lire en ligne, consulté le 1er mai 2021)
  8. « La légende de Jayavarman VII, mystérieux roi d’Angkor », sur Bouddha News, (consulté le 1er mai 2021)
  9. Christine Hawixbrock, « Jayavarman VII ou le renouveau d'Angkor, entre tradition et modernité », Bulletin de l'École française d'Extrême-Orient, vol. 85, no 1,‎ , p. 63–85 (DOI 10.3406/befeo.1998.2544, lire en ligne, consulté le 1er mai 2021)
  10. George Cœdès, « La stèle de Ta-Prohm », Bulletin de l'École française d'Extrême-Orient, vol. 6, no 1,‎ , p. 44–86 (DOI 10.3406/befeo.1906.4251, lire en ligne, consulté le 28 avril 2021)
  11. Hedwige Multzer o'Naghten, « Prajñāpāramitā dans le bouddhisme du Cambodge ancien », Arts Asiatiques, vol. 71,‎ , p. 31–54 (ISSN 0004-3958, lire en ligne, consulté le 1er mai 2021)
  12. « Cambodge : l'atmosphère unique du temple de Ta Prohm » (consulté le 28 avril 2021)
  13. Sébastien Preuil, « La ruine angkorienne et le fromager : une mise en cloche d’un paysage fantasmé synonyme d’inaction ? », Projets de paysage. Revue scientifique sur la conception et l’aménagement de l’espace, no 21,‎ (ISSN 1969-6124, DOI 10.4000/paysage.2717, lire en ligne, consulté le 29 avril 2021)
  14. « Claude Jacques », sur www.efeo.fr (consulté le 1er mai 2021)
  15. Pascal, « Tourisme : Le stégosaure du Ta Prohm », sur Khmerologie, (consulté le 1er mai 2021)
  16. (en-US) « APSARA National Authority », sur Angkor (consulté le 30 avril 2021)
  17. APSARA, « Autorité pour la Protection du Site et l'Aménagement de la Région d'Angkor / Siem Reap », sur Autorité pour la Protection du Site et l'Aménagement de la Région d'Angkor / Siem Reap, (consulté le 30 avril 2021)
  18. « Autorité pour la protection du site et l'aménagement de la région d'Angkor », sur data.bnf.fr (consulté le 30 avril 2021)
  19. « Authority for the Protection and Management of Angkor and the Region of Siem Reap (APSARA ), Cambodia | Institution outputs | Nature Index », sur www.natureindex.com (consulté le 30 avril 2021)
  20. UNESCO Centre du patrimoine mondial, « Centre du patrimone mondial - État de conservation (SOC 1995) Angkor (Cambodge) », sur UNESCO Centre du patrimoine mondial (consulté le 30 avril 2021)
  21. (en) John H. Stubbs et Robert G. Thomson, Architectural Conservation in Asia: National Experiences and Practice, Taylor & Francis, (ISBN 978-1-317-40619-8, lire en ligne)
  22. « Thule Archaeology Conservation Project 1975 », dans Archaeological Survey of Canada: Annual Review 1975 and 1976, Canadian Museum of History (ISBN 978-1-77282-064-5, lire en ligne), p. 71–71
  23. (en-GB) « After 'Angkor Wat' Archeological Survey of India gets restoration work of 'Ta Prohm' temple in Cambodia », sur SEAArch - Southeast Asian Archaeology, (consulté le 1er mai 2021)
  24. « Welcome to Embassy of India, Phnom Penh, Cambodia », sur embindpp.gov.in (consulté le 1er mai 2021)
  25. « Guide des temples d'Angkor : Architecture des temples Khmers », sur www.temples-angkor.fr (consulté le 30 avril 2021)
  26. Olivier Cunin, « De Ta Prohm au Bayon, Analyse comparative de l'histoire architecturale des principaux monuments du style du Bayon », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant, Institut National Polytechnique de Lorraine - INPL,‎ (lire en ligne, consulté le 28 avril 2021)
  27. « Cambodge : les temples d'Angkor menacés par le tourisme », sur Franceinfo, (consulté le 1er mai 2021)
  28. « Patrimoine mondial : à Angkor, le défi du tourisme de masse », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 1er mai 2021)

BibliographieModifier

  • George Cœdès - Ministère de l'Instruction publique et des Beaux-Arts : Le Bayon d'Angkor Thom, Bulletin de l'École française d'Extrême-Orient  Année 1911  11  pp. 429-430
  • George Cœdès - ."La stèle de Ta-Prohm," dans le Bulletin de l'École française d'Extrême-Orient, Vol.6, No.1-2 (1906), pp. 44–86, transcrit gives le texte original de la stele de Ta Prohm. The article is available online at gallica.bnf.fr, le site de la Bibliothèque nationale de France.


Lien externeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :