Syncytium

En biologie, un syncytium (du grec ancien σύν / sýn, « ensemble » et κύτος / kytos, « cavité, cellule ») est une cellule (appelée cénocyte ou cœnocyte)[1] provenant de la fusion de plusieurs cellules. Cette masse cytoplasmique est à différencier des plasmodes qui correspondent à la multiplication sans cytodiérèse de cellules (ostéoclastes). Le symplasme est un syncytium composé de cellules végétales reliées par des plasmodesmes .

Exemples de syncytiums chez l'HommeModifier

Certains réseaux de cellules reliées par des jonctions communicantes, comme les myocytes cardiaques, les astrocytes du tissu nerveux ou encore les cellules engagées dans la spermatogenèse, sont parfois qualifiés de « syncytiums fonctionnels » bien qu'il ne s'agisse pas à proprement parler de syncytiums.

FormationModifier

L'infection d'une cellule par un virus qui présente une protéine de fusion va permettre à la cellule d'acquérir cette protéine, la cellule infectée va fusionner avec d'autres cellules ce qui aboutira à la formation d'une grande cellule multinucléée appelé syncytium.

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. Du grec koinos, « commun » et kutos, « cellule ».
  2. (en) National Institutes of Health, « Syncytium | Definition | AIDSinfo », (consulté le )