Symbole marche/arrêt

(Redirigé depuis Symbole power)

Symbole power
Image illustrative de l’article Symbole marche/arrêt

Le symbole marche/arrêt (ou symbole power) est une icône qui permet d'indiquer le bouton permettant le changement d'état (allumé/éteint) d'un appareil électrique. D'abord utilisé comme schéma en électronique, il est ensuite repris et dessiné sur les premiers ordinateurs. Aujourd'hui il est utilisé sur toutes sortes d'appareils électroniques et électriques comme sur les téléphones, les téléviseurs ou sur les prises de courants.

Représentant les états binaires 1/0, dont les symboles associés sont Symbole On et Symbole Off — et par analogie, on/off (marche/arrêt) —
le glyphe composé, résultant par combinaison, est Symbole On/Off.

Le symbole, apparu pour la première fois en 1973, est aujourd'hui célèbre à travers le monde entier.

Histoire[1]Modifier

CréationModifier

En 1973 la Commission électrotechnique internationale crée un symbole qui est un mélange entre le symbole "on" et le symbole "off". Ce nouveau symbole avait pour but de représenter un mode veille, ou d'utilisation faible (d'où le mélange entre l'icône de l'état allumé et l'icône de l'état éteint).

TransitionModifier

Une ambiguïté s'est formée autour du nouveau symbole ; officiellement, il représente l’état de veille mais le grand public l'assignait de plus en plus au changement de la tension de l'appareil (on/off).

L'IEEE a changé sa signification au cours d'une revue des normes. Aujourd'hui le symbole représente le changement entre l’état allumé et l’état éteint.

Symboles associésModifier

Symbole représentant l’état allumé (SYMBOL POWER ON), basé sur le système binaire.

Symbole représentant l’état éteint (SYMBOL POWER OFF), basé sur le système binaire.

Symbole "power" (POWER SYMBOL).

Symbole originellement utilisé pour représenter le changement entre les états allumé et éteint (POWER ON OFF SYMBOL).

Symbole de veille (POWER SLEEP SYMBOL).

Notes et référencesModifier

  1. coreight, « L'histoire des symboles high-tech célèbres », coreight.com,‎ (lire en ligne, consulté le )