Ouvrir le menu principal

Sylvie Vauclair

astrophysicienne française

BiographieModifier

Après deux thèses sous la direction d’Hubert Reeves[1],[2] puis d’Evry Schatzman, ses travaux scientifiques ont d’abord porté sur la formation et l'évolution des éléments chimiques qui composent la matière dans l'Univers : Soleil, étoiles, univers primordial[3],[4]. Elle a particulièrement étudié l'importance de la diffusion sélective des atomes dans les conditions stellaires et ses conséquences pour leur structure et leur évolution. Elle a montré les répercussions de ces processus sur l'évolution de la matière dans l'Univers depuis le Big-Bang[5].

Elle a fourni d’importantes contributions à l'héliosismologie et à l’astérosismologie en étudiant l’influence de la composition chimique interne détaillée sur les fréquences observées. Elle a en particulier étudié les vibrations de plusieurs étoiles centrales de systèmes planétaires pour déterminer précisément leurs paramètres. Elle a participé en 2004 à la découverte de la plus petite planète connue jusqu’alors, autour de l’étoile mu Arae [6]. Elle est à l’origine de la découverte que l’étoile iota Horologii observée dans l'hémisphère sud, qui possède au moins une planète, est née à plus de 130 années-lumière de sa position actuelle, au milieu de l’amas stellaire des Hyades [7],[8],[9],[10].

Un colloque international a été organisé en son honneur en 2013, sur le sujet des interactions entre les phénomènes microscopiques (atomiques) et macroscopiques (hydrodynamiques) intervenant dans les étoiles. C’est un sujet auquel elle a beaucoup contribué au cours de sa carrière, dans le but de mieux comprendre la structure et l’évolution des étoiles[11],[12].

Musicienne, Sylvie Vauclair s'intéresse aux relations entre la philosophie, l'art et la science et participe à de nombreuses manifestations transdisciplinaires. Elle participe souvent à des débats de société [13],[14],[15]. Sa carrière est jalonnée d’ouvrages à destination du grand public, alliant souvent la science et la musique. De nombreuses manifestations médiatiques lui ont été consacrées [16], [17], [18],[19],[20],[21],[22].

Prix et distinctionsModifier

BibliographieModifier

Ouvrages grand publicModifier

Ouvrages collectifs grand publicModifier

Ouvrages d'enseignementModifier

  • Éléments de physique statistique, hasard, organisation, évolution, Inter-Éditions, 1993 (ISBN 2729604855)
  • An Introduction to Nuclear Astrophysics, Reidel, 1979 (ISBN 9027710120)

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier