Ouvrir le menu principal
Sylvia Likens
Nom de naissance Sylvia Marie Likens
Naissance
Drapeau des États-Unis Indiana
Décès
Drapeau des États-Unis Indianapolis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Famille
Jenny Likens (Sœur plus jeune)

Sylvia Marie Likens, née le et morte le à l'âge de 16 ans, est une adolescente américaine. Elle fut assassinée dans l'Indiana par la femme chargée de sa garde, Gertrude Baniszewski, et d'autres enfants.

Sommaire

HistoireModifier

EnfanceModifier

Elle est la fille de Lester et Betty Likens. Elle est la seule enfant de sa famille à ne pas avoir de jumeau. Sa sœur Dianna (ou Dannya) et son frère Danny sont plus âgés de deux ans ; Jenny et Benny, également jumeaux, ont un an de moins qu'elle. Ses parents sont forains.

Les deux frères étaient confiés aux grands-parents au moment de la mort de Sylvia. Leur sœur avait pris son indépendance et Jenny accompagna sa sœur Sylvia durant leur garde chez Gertrude Baniszewski.

PersonnalitéModifier

Sylvia est décrite comme une jeune fille douce, un peu effacée, appréciée par tous, serviable et toujours prête à aider dans la maison. Avant d'être séparée de ses parents, elle donnait à sa mère l'argent qu'elle gagnait en faisant des baby-sitting et du repassage.

Ni stupide, ni brillante, elle est une élève moyenne et malgré ses nombreuses absences, elle réussit à passer en classe supérieure d'année en année.

Placement chez Gertrude BaniszewskiModifier

Scolarisée au lycée technique du comté, elle se lia d'amitié avec Paula Baniszewski qui fréquentait le même établissement et habitait le même quartier. Elles se sont d'ailleurs rencontrées lors d'une promenade de Sylvia et sa sœur Jenny autour du pâté de maisons. Paula invita Sylvia et Jenny chez elle, pour discuter et écouter de la musique, mais les sœurs Likens, de par leur éducation très libre pour l'époque, acceptèrent d'y passer la nuit. Le père des deux jeunes filles vint le lendemain dans la maison de la famille Baniszewski pour chercher ses enfants. C'est ainsi que la mère, Gertrude dite « Gertrie » ou « Mrs White » (car ayant un dernier enfant né d'une relation illégitime, elle voulait faire croire à son entourage que son nom avait changé au profit de celui du père de son bébé, afin de cacher à ses voisins et aux fidèles de l'église qu'elle fréquentait, sa véritable situation) proposa à Mr Likens de garder ses filles, moyennant 20 $ par semaine, pour que lui et sa femme puissent travailler. Avant de confier ses filles à Gertrude, Lester était séparé de sa femme Betty qui vivait avec ses enfants dans l'Indiana. C'est pour recoller les morceaux avec sa femme et ainsi sauver son mariage, que Lester est venu voir Betty pour lui demander de venir travailler avec lui. Sa femme accepta à condition de pouvoir faire garder les enfants.

Ce marché étant conclu, les parents Likens laissèrent leurs filles Sylvia et Jenny à la garde de Mme Baniszewski. Au bout de sept jours, n'ayant pas reçu le chèque, comme convenu avec Mr Likens, « Gertrie » punit les deux sœurs. Le chèque arriva le lendemain, mais c'était le début du cauchemar pour les deux jeunes filles et plus spécialement pour Sylvia, qui fut torturée à mort par Gertrude Baniszewski, ses enfants et d'autres enfants du quartier.

Il fut établi au cours du procès que Gertrude avait nourri une sorte de jalousie emplie de haine envers Sylvia, qui était une jeune fille propre, bien élevée et jolie, à l'instar de tout ce que cette femme aurait voulu être. Puis, lorsqu'un garçon fit courir une rumeur selon laquelle Sylvia racontait à tout le monde que Paula se faisait payer en échange de faveurs sexuelles, Paula frappa Sylvia au menton. Mme Baniszewski demanda au petit ami de Stephanie, la plus grande de ses filles, Coy Hubbard, de jeter Sylvia dans la cave. Celui-ci, par la suite, au même titre que les adolescents du quartier qui venaient chaque jour torturer la pauvre jeune fille au sous-sol, frappait Sylvia, cognait sa tête à plusieurs reprises contre le mur, lui fit des prises de judo et la jetait violemment sur le sol.

AutopsieModifier

L'autopsie du corps de Sylvia Likens a révélé de nombreuses brûlures, des contusions et des lésions nerveuses et musculaires. Mme Baniszewski, aidée d'un adolescent du quartier, lui a tatoué sur le ventre le chiffre 3 suivi de la phrase « Je suis une prostituée et j'en suis fière ». Dans son agonie, Sylvia s'est mangé les lèvres. Sa frayeur était telle, que Sylvia ne contrôlait plus ses urines. Sa cavité vaginale a été coupée et brûlée, un examen du canal détermine formellement que son hymen était encore intact, ainsi les affirmations des Baniszewski selon lesquelles Sylvia était une prostituée et leur insistance qu'elle était enceinte, ont pu largement être démontées au cours du procès. La cause officielle du décès était un œdème cérébral, hémorragie interne du cerveau.

ProcèsModifier

Gertrude Baniszewski, deux de ses enfants, Paula et John, et deux autres jeunes du quartier, Coy Hubbard et Richard Hobbs, ont été accusés et reconnus coupables du crime. Sa torture et son assassinat ont été décrits par le procureur lors du procès des Baniszewski et a été déclaré comme « le pire crime perpétré contre une personne dans l'histoire de l'Indiana »[1].

Gertrude Baniszewski a été condamnée à l'emprisonnement à vie sans possibilité de libération conditionnelle, condamnation qui fut cependant cassée en 1971 et qui entraina, à l'issue de ce second procès, sa condamnation à une peine d'emprisonnement à vie avec possibilité de libération conditionnelle après une durée de 18 années, libération qui lui fut accordée, malgré une polémique, le 4 décembre 1985. Elle alla à Laurel, chez sa fille, Paula, dans l'état de l'Iowa, où elle mourut d'un cancer du poumon le 16 juin 1990.

Paula Baniszewski a été condamnée pour meurtre lors du premier procès. Quand le procès a été cassé en 1971, elle a plaidé coupable de coups et blessure ayant entrainé la mort. Elle a été libérée sous condition en 1972.

John Baniszewski a été condamné malgré son jeune âge (12 ans au moment des faits) et a fait 2 ans de prison.

Coy Hubbard et Richard Hobbs ont également fait deux ans de prison[2].

Commémorations et souvenirsModifier

Un film racontant l'histoire de Sylvia Likens a été réalisé en 2007 : An American Crime.

 
Gertrude Baniszewski en 1986

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Films
Livre
  • House of Evil : The Indiana Torture Slaying (1999/2008)
Cas similaire

SourcesModifier

Référence sModifier

Liens externesModifier