Susan Lindquist

généticienne américaine
Susan Lindquist
Plos lindquist.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 67 ans)
BostonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Dir. de thèse
Matthew Meselson (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Liste détaillée
Membre de l'Académie américaine des arts et des sciences ()
Keith R. Porter Lecture (en) ()
Prix Dickson de médecine ()
WICB Senior Award (d) ()
Prix William-Procter ()
Médaille du centenaire de l’université Harvard ()
Médaille Otto Warburg (en) ()
Médaille de la Société américaine de génétique (en) ()
National Medal of Science ()
FASEB Excellence in Science Award (en) ()
Médaille Mendel (en) ()
Docteure honoris causa de l'université Harvard‎ ()
Max Delbrück Medal (en) ()
Médaille E. B. Wilson (en) ()
Howard Taylor Ricketts Award ()
Vanderbilt Prize in Biomedical Science (d) ()
Membre étranger de la Royal Society ()
Prix Rosenstiel ()
Albany Medical Center Prize (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Archives conservées par
Massachusetts Institute of Technology Libraries (en)[1]Voir et modifier les données sur Wikidata

Susan Lee Lindquist, née le à Chicago et morte à Boston le , est une professeure américaine de biologie au MIT [2],[3]. En biologie moléculaire, c'est une spécialiste de la question du repliement des protéines[4] au sein des familles de molécules chaperonnes connues sous le nom de protéines de choc thermique[5],[6] et au sein des prions[7]. Elle est surtout connue pour ses travaux sur les prions, dont elle a montré avec ses équipes qu'ils étaient capables de modifier les caractéristiques héréditaires d'un organisme sans changer son ADN ou son ARN, mais plutôt en modifiant le repliement des protéines.

Susan Lindquist a été membre et directrice du Whitehead Institute et a reçu la médaille nationale de la science en 2010[8],[9],[10].

Enfance et éducationModifier

Susan Lindquist est née à Chicago, Illinois, de Iver Lindquist, d'origine suédoise, et d'Eleanor Maggio, d'origine italienne[11]. Elle a fréquenté le Maine South High School à Park Ridge[12].

Son père et sa mère la destinent à une carrière de femme au foyer[13]. Susan étudie toutefois la microbiologie à l' Université de l'Illinois et obtient son doctorat en biologie à l'Université Harvard en 1976. Elle complète son cursus par une bourse post-doctorale à l'American Cancer Society[14].

À la fin de sa thèse en 1976, Susan Lindquist s'installe à l'Université de Chicago pour une courte intervention post-doctorale avant d'être embauchée comme professeure au département de biologie en 1978[15]. Elle y tient la chaire de sciences médicales Albert D. Lasker, et fonde le département de génétique moléculaire et de biologie cellulaire en 1980. Elle étudie le rôle des protéines de choc thermique dans la régulation de la réponse cellulaire aux stress environnementaux. À ses débuts, elle a l'idée d'utiliser la levure comme système modèle pour étudier la manière dont les protéines de choc thermique régulent l'expression des gènes et le repliement des protéines. Un des membres de l'université lui déconseille de faire ce choix, risqué pour sa carrière débutante en cas d'échec, mais elle persiste. Pour ce travail, elle reçoit le titre d'enquêteur du Howard Hughes Medical Institute en 1988. Par la suite, elle jugera que ses travaux scientifiques ont été plutôt favorisés par les biais de genre, puisque, ne s'attendant pas à des postes de pouvoir, elle a pu innover dégagée des contraintes carriéristes[16].

Après avoir fait d'importantes nouvelles découvertes dans le domaine des prions, Lindquist rejoint le MIT en 2001 et est nommée directrice de l' Institut Whitehead pour la recherche biomédicale[17], un des grands instituts de recherche indépendants des États-Unis.

En 2004, elle reprend ses recherches en tant que membre de l’institut, membre associée des instituts Broad Institute du MIT et d'Harvard et membre associée de l'Institut David H. Koch pour la recherche intégrative sur le cancer au MIT[18].

Susan Lindquist reçoit la Médaille nationale de la science en 2009 pour ses contributions à la recherche sur le repliement des protéines[19].

Lindquist a donné des conférences au niveau national et international sur divers sujets scientifiques. En , elle était l'invitée inaugurale du podcast Futures in Biotech du réseau TWiT de Leo Laporte[20]. En 2007, elle a participé au Forum économique mondial à Davos, en Suisse, avec d'autres dirigeants du MIT[21].

Lindquist a également cofondé deux sociétés visant à traduire la recherche en thérapies potentielles : FoldRx inc. et Yumanity Therapeutics inc., des sociétés développant des thérapies médicamenteuses pour les maladies liées au mauvais repliement des protéines et à l’amyloïdose[22],[23].

En , le groupe Johnson & Johnson fait un don de 5 millions de dollars à l'Institut Whitehead afin de créer une chaire Susan Lindquist, en sa mémoire. Cette récompense est destinée à une scientifique du Whitehead Institute[24].

RechercheModifier

Susan Lindquist est surtout connue pour ses recherches qui ont fourni des preuves solides d'un nouveau paradigme en génétique, l'épigénétique, basées sur l' héritage de protéines avec de nouvelles formes se perpétuant sans modification des séquences d'ADN. Cette recherche a fourni un cadre biochimique pour la compréhension de maladies neurologiques dévastatrices telles que les maladies d' Alzheimer, de Parkinson, de Huntington et de Creutzfeldt – Jakob[12]. Elle est considérée comme une experte du repliement des protéines[4],[11] qu'elle analyse comme un problème ancien et fondamental en biologie :

« Qu'ont en commun les "vaches folles", les personnes atteintes de maladies neurodégénératives et une typologie de transmission inhabituelle chez la levure ? Elles subissent tous les conséquences des protéines mal repliées… Chez l'homme, les conséquences peuvent être mortelles, entraînant des maladies aussi dévastatrices que la maladie d'Alzheimer. Dans un cas, la protéine mal repliée est non seulement mortelle pour le malheureux chez qui elle est apparue, mais elle peut apparemment être transmise d'un individu à un autre dans des circonstances particulières - produisant des maladies neurodégénératives infectieuses telles que la maladie de la vache folle chez les bovins et la maladie de Creutzfeldt –Jacob chez l'homme[25]. »

Elle a aussi mis en évidence l'importance des protéines chaperonnes qui aident au bon repliement des autres protéines, et l'effet de mauvaises configurations de ces repliements sur la résistance au stress[14] .

Susan Lindquist a travaillé sur l'élément PSI + (en) de la levure (un prion ) et sur la manière dont il peut agir comme un commutateur masquant ou révélant de nombreuses mutations dans le génome, agissant ainsi comme un condensateur évolutif . Elle a suggéré qu'une protéine de choc thermique, hsp90, puisse agir de la même manière, prévenant normalement les conséquences phénotypiques des modifications génétiques, mais mettant en évidence toutes les modifications dormantes en même temps, lorsque le système HSP est surchargé, que ce soit pharmacologiquement ou dans des conditions environnementales stressantes [26].

La plupart de ces variations ont de fortes probabilités d’être néfastes, mais quelques combinaisons inhabituelles peuvent produire de nouveaux traits précieux, stimulant le rythme de l’évolution. Les cellules cancéreuses ont aussi une extraordinaire capacité d'évolution. Le laboratoire de Susan Lindquist a étudié les mécanismes d'évolution étroitement liés impliqués dans la progression des tumeurs cancéreuses [27] et dans l'évolution des champignons résistants aux antibiotiques [28].

Susan Lindquist est l'autrice d'avancées majeures dans le domaine des nanotechnologies, notamment par ses recherches sur des fibres amyloïdes organiques capables d'auto-organisation en structures plus petites que les matériaux fabriqués. Son groupe a également mis au point un modèle de « tube à essai vivant » pour levure afin d'étudier les transitions de repliement des protéines dans les maladies neurodégénératives et de tester des stratégies thérapeutiques[14] par le biais d'un criblage à haut débit.

PublicationsModifier

  • Tardiff DF, Jui NT, Khurana V, Tambe MA, Thompson ML, Chung CY, Kamadurai HB, Kim HT, Lancaster AK, Caldwell KA, Caldwell GA, Rochet JC, Buchwald SL, Lindquist S, « Yeast reveal a "druggable" Rsp5/Nedd4 network that ameliorates α-synuclein toxicity in neurons », Science, vol. 342, no 6161,‎ , p. 979–83 (PMID 24158909, PMCID 3993916, DOI 10.1126/science.1245321)
  • Chung CY, Khurana V, Auluck PK, Tardiff DF, Mazzulli JR, Soldner F, Baru V, Lou Y, Freyzon Y, Cho S, Mungenast AE, Muffat J, Mitalipova M, Pluth MD, Jui NT, Schüle B, Lippard SJ, Tsai LH, Krainc D, Buchwald SL, Jaenisch R, Lindquist S, « Identification and rescue of α-synuclein toxicity in Parkinson patient-derived neurons », Science, vol. 342, no 6161,‎ , p. 983–7 (PMID 24158904, PMCID 4022187, DOI 10.1126/science.1245296)
  • D. F. Jarosz et S. Lindquist, « Hsp90 and Environmental Stress Transform the Adaptive Value of Natural Genetic Variation », Science, vol. 330, no 6012,‎ , p. 1820–1824 (PMID 21205668, PMCID 3260023, DOI 10.1126/science.1195487, lire en ligne)
  • S. Alberti, R. Halfmann, O. King, A. Kapila et S. Lindquist, « A Systematic Survey Identifies Prions and Illuminates Sequence Features of Prionogenic Proteins », Cell, vol. 137, no 1,‎ , p. 146–158 (PMID 19345193, PMCID 2683788, DOI 10.1016/j.cell.2009.02.044).
  • A. D. Gitler, A. Chesi, M. L. Geddie, K. E. Strathearn, S. Hamamichi, K. J. Hill, K. A. Caldwell, G. A. Caldwell, A. A. Cooper, J. C. Rochet et S. Lindquist, « Α-Synuclein is part of a diverse and highly conserved interaction network that includes PARK9 and manganese toxicity », Nature Genetics, vol. 41, no 3,‎ , p. 308–315 (PMID 19182805, PMCID 2683786, DOI 10.1038/ng.300)
  • C. Dai, L. Whitesell, A. B. Rogers et S. Lindquist, « Heat Shock Factor 1 is a Powerful Multifaceted Modifier of Carcinogenesis », Cell, vol. 130, no 6,‎ , p. 1005–1018 (PMID 17889646, PMCID 2586609, DOI 10.1016/j.cell.2007.07.020)
  • A. A. Cooper, A. Gitler, A. Cashikar, C. Haynes, K. Hill, B. Bhullar, K. Liu, K. Xu, K. Strathearn, F. Liu, S. Cao, K. A. Caldwell, G. A. Caldwell, G. Marsischky, R. D. Kolodner, J. Labaer, J. C. Rochet, N. M. Bonini et S. Lindquist, « -Synuclein Blocks ER-Golgi Traffic and Rab1 Rescues Neuron Loss in Parkinson's Models », Science, vol. 313, no 5785,‎ , p. 324–328 (PMID 16794039, PMCID 1983366, DOI 10.1126/science.1129462)
  • L. E. Cowen et S. Lindquist, « Hsp90 Potentiates the Rapid Evolution of New Traits: Drug Resistance in Diverse Fungi », Science, vol. 309, no 5744,‎ , p. 2185–2189 (PMID 16195452, DOI 10.1126/science.1118370)
  • R. Krishnan et S. L. Lindquist, « Structural insights into a yeast prion illuminate nucleation and strain diversity », Nature, vol. 435, no 7043,‎ , p. 765–772 (PMID 15944694, PMCID 1405905, DOI 10.1038/nature03679)
  • K. Si, S. Lindquist et E. Kandel, « A neuronal isoform of the aplysia CPEB has prion-like properties », Cell, vol. 115, no 7,‎ , p. 879–891 (PMID 14697205, DOI 10.1016/S0092-8674(03)01020-1)
  • C. Queitsch, T. A. Sangster et S. Lindquist, « Hsp90 as a capacitor of phenotypic variation », Nature, vol. 417, no 6889,‎ , p. 618–624 (PMID 12050657, DOI 10.1038/nature749)
  • T. Serio, A. Cashikar, A. Kowal, G. Sawicki, J. Moslehi, L. Serpell, M. Arnsdorf et S. Lindquist, « Nucleated conformational conversion and the replication of conformational information by a prion determinant », Science, vol. 289, no 5483,‎ , p. 1317–1321 (PMID 10958771, DOI 10.1126/science.289.5483.1317)
  • M. M. Patino, J. -J. Liu, J. R. Glover et S. Lindquist, « Support for the Prion Hypothesis for Inheritance of a Phenotypic Trait in Yeast », Science, vol. 273, no 5275,‎ , p. 622–626 (PMID 8662547, DOI 10.1126/science.273.5275.622)
  • S. Lindquist, « Regulation of protein synthesis during heat shock », Nature, vol. 293, no 5830,‎ , p. 311–314 (PMID 6792546, DOI 10.1038/293311a0)

Récompenses et honneursModifier

 
Susan Lindquist en 2011, à l'occasion de la cérémonie de réception au sein de la Royal society.

Susan Lindquist a remporté de nombreux prix et distinctions :

Vie privéeModifier

Susan Lindquist était mariée à Edward Buckbee et avait deux filles[18]. Elle meurt d'un cancer à Boston à l'âge de 67 ans le [46],[7].

RéférencesModifier

  1. « https://archivesspace.mit.edu/repositories/2/resources/1254 »
  2. « Whitehead Institute – Faculty », Whitehead.mit.edu (consulté le )
  3. « Lindquist Lab | Lindquist Lab at the Whitehead Institute for Biomedical Research | Lindquist Lab », mit.edu, (consulté le )
  4. a et b Kain, « Using yeast to understand protein folding diseases: An interview with Susan Lindquist », Disease Models and Mechanisms, vol. 1, no 1,‎ , p. 17–19 (PMID 19048046, PMCID 2561974, DOI 10.1242/dmm.000810)
  5. Lindquist, « The Heat-Shock Response », Annual Review of Biochemistry, vol. 55,‎ , p. 1151–91 (PMID 2427013, DOI 10.1146/annurev.bi.55.070186.005443)
  6. Parsell et Lindquist, « The Function of Heat-Shock Proteins in Stress Tolerance: Degradation and Reactivation of Damaged Proteins », Annual Review of Genetics, vol. 27,‎ , p. 437–96 (PMID 8122909, DOI 10.1146/annurev.ge.27.120193.002253)
  7. a et b Whitesell et Santagata, « Susan Lindquist (1949–2016) », Science, vol. 354, no 6315,‎ , p. 974 (ISSN 0036-8075, PMID 27884995, DOI 10.1126/science.aal3609)
  8. « Prions and Protein Folding: Video talk by Dr. Susan Lindquist » [archive du ], Ibiology.org, (consulté le )
  9. « Whitehead Institute – Faculty », mit.edu (consulté le )
  10. « Susan Lindquist – 2009 National Medal of Science », YouTube, (consulté le )
  11. a et b Fleischman, « In Memoriam: Susan Lindquist, 67, Pioneer in Protein Folding Research – ASCB » [archive du ], ASCB Post,
  12. a b c et d William Grimes, « Susan Lindquist, Scientist Who Made Genetic Discoveries Using Yeast, Dies at 67 », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. Gitschier, « A Flurry of Folding Problems: An Interview with Susan Lindquist », PLoS Genetics, vol. 7, no 5,‎ , e1002076 (PMID 21589898, PMCID 3093363, DOI 10.1371/journal.pgen.1002076)
  14. a b et c (en) « Susan Lindquist, PhD | Parkinson's Disease », sur www.michaeljfox.org (consulté le )
  15. a et b (en) Fuchs, « Susan Lee Lindquist (1949–2016) », Cell, vol. 167, no 6,‎ , p. 1440–1442 (ISSN 0092-8674, DOI 10.1016/j.cell.2016.11.030, lire en ligne)
  16. Kerry Grens, « Protein Folding Pioneer Dies : Susan Lindquist of MIT and the Whitehead Institute broke scientific ground on prions and heat shock proteins », sur the-scientist.com,
  17. « Susan Lindquist, PhD », HHMI.org (consulté le )
  18. a et b « Whitehead Institute – News – 2016 – Susan Lindquist, accomplished and beloved scientist, has died at age 67 », wi.mit.edu (consulté le )
  19. « The President's National Medal of Science: Recipient Details | NSF – National Science Foundation », www.nsf.gov (consulté le )
  20. « Futures in Biotech 1 Dr. Susan Lindquist | TWiT.TV », TWiT.tv (consulté le )
  21. Yossi Sheffi, « MIT and the World Economic Forum », mit.edu (consulté le )
  22. « Scientific Founders – FoldRx » [archive du ] (consulté le )
  23. « Yumanity Therapeutics », www.yumanity.com (consulté le )
  24. ROBERT WEISMAN, « A chair at MIT in Lindquist's memory », Boston Globe,‎ (lire en ligne, consulté le )
  25. "From Mad Cows to 'Psi-chotic' Yeast: A New Paradigm in Genetics", NAS Distinguished Leaders in Science Lecture Series, November 10, 1999.
  26. « Susan Lindquist profile » [archive du ], MIT Biology (consulté le )
  27. « Whitehead Institute – News – 2014 – Master heat-shock factor supports reprogramming of normal cells to enable tumor growth and metastasis », wi.mit.edu (consulté le )
  28. Heitman, « A Fungal Achilles' Heel », Science, vol. 309, no 5744,‎ , p. 2175–2176 (ISSN 0036-8075, PMID 16195450, DOI 10.1126/science.1119321)
  29. « Navigation for iFrame », sur accounts.asm.org (consulté le )
  30. University of Pittsburgh University Marketing Communications Webteam, « Susan L. Lindquist, PhD | Dickson Prize in Medicine », sur www.dicksonprize.pitt.edu (consulté le )
  31. « Susan Lindquist, pioneering biologist and former director of Whitehead Institute, dies at 67 Biology professor and mentor to many investigated protein folding and its role in disease », MIT News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  32. Kathy Svitil, « The 50 Most Important Women in Science », Discover,‎ (lire en ligne, consulté le )
  33. a et b « Susan L. Lindquist profile », sur jnj.com (consulté le )
  34. N. Hopkins, « The 2008 Genetics Society of America Medal », Genetics, vol. 178, no 3,‎ , p. 1125–1128 (PMID 18385104, PMCID 2278094, DOI 10.1534/genetics.104.017834)
  35. « U.S. Scientist Receives Otto Warburg Medal Sponsored By QIAGEN », sur www.abnnewswire.net (consulté le )
  36. « FASEB ANNOUNCES RECIPIENT OF THE 2009 EXCELLENCE IN SCIENCE AWARD », Federation of American Societies for Experimental Biology, (consulté le )
  37. « Professor Susan Lindquist from the Whitehead Institute Receives Max Delbrück Medal in Berlin » [archive du ], sur Mdc-berlin.de (consulté le )
  38. « 2010 Mendel Lecture – The Genetics Society » [archive du ] (consulté le )
  39. Miriam Valverde, « Cambridge researcher honored at White House », The Boston Globe,‎ (lire en ligne)
  40. « Recipients of European Molecular Biology Organization Associate Member award » [archive du ], sur biology.mit.edu (consulté le )
  41. « Recipients of American Society for Cell Biology E.B. Wilson Medal award | MIT Biology » [archive du ], sur biology.mit.edu (consulté le )
  42. « Recipients of Vanderbilt University School of Medicine Vanderbilt Prize for Women's Excellence in Science and Mentorship award » [archive du ], sur biology.mit.edu (consulté le )
  43. « Susan Lindquist », Royal Society (consulté le )
  44. « Fellows Directory », Royal Society (consulté le )
  45. « Current Winner – Rosenstiel Award – Rosenstiel Basic Medical Sciences Research Center – Brandeis University », sur www.brandeis.edu
  46. William Grimes, « Susan Lindquist Scientist Who Made Genetic Discoveries Using Yeast Dies at 67 », The New York Times,‎ (lire en ligne)

Liens externesModifier