Superstition (chanson)

chanson de Stevie Wonder, sortie en 1972
Superstition

Single de Stevie Wonder
extrait de l'album Talking Book
Face B You've Got It Bad, Girl
Sortie [1]
Janvier 1973[2]
Enregistré 1972
New York
Durée 4 min 26 s
Genre Funk, funk rock
Format 45 tours
Auteur-compositeur Stevie Wonder
Producteur Stevie Wonder
Label Motown
Classement n°1

Singles de Stevie Wonder

Pistes de Talking Book

Supersition est une chanson de Stevie Wonder sortie en 1972 sur l'album Talking Book. Les paroles décrivent les superstitions populaires et leurs effets négatifs. Elle s'est classée no 1 dans les charts pop et R&B de l'époque aux États-Unis et au Royaume-Uni. En France, elle se classe à la 32e place du hit-parade de l'époque[3]. La chanson figure sur la compilation Number Ones, regroupant les plus grands succès de Stevie Wonder au Billboard américain.

En 2021, elle est classée par le magazine Rolling Stone au 12e rang parmi les « 500 plus grandes chansons de tous les temps »[4].

HistoriqueModifier

Jeff Beck admirait la musique de Wonder, ce que ce dernier a su avant les sessions pur l'album Talking Book, et il aimait l'idée d'une collaboration avec Beck. Un accord est vite trouvé pour que Jeff soit inclus dans les sessions qui donneront naissance à l'album Talking Book, et en retour Wonder lui écrira une chanson, I Got to Have a Song, co-écrite par Stevie Wonder, Don Hunter, Lula Mae Hardaway et Paul Riser. Cette chanson est parue en 1972 sur l'album Jeff Beck Group.

Au cours des sessions d'enregistrement, Beck arriva avec l'intro de batterie. Wonder lui demanda de continuer à jouer pendant qu'il improvisait dessus. La majorité de la chanson vient de cette improvisation, y compris le riff. Une démo a été réalisée ce jour par Beck et Wonder[5],[6].

Après avoir terminé la chanson, Wonder décida d'accorder à Beck le droit d'enregistrer Superstition comme le voulait leur accord. Au départ, Beck devait sortir sa version en premier, avec son nouveau et éphémère power trio Beck, Bogert and Appice sur leur unique album studio éponyme (1973), puis sur le Live in Japan sorti l'année suivante. Une version résolument plus Rock.

Dans la version de Wonder, teintée de Funk, c'est lui qui joue la batterie, ainsi que le riff funky sur un clavinet Hohner Model C, la basse sur un Moog Bass et bien sûr la partie vocale. S'ajoutent une trompette et un saxophone ténor, joués respectivement par Steve Madaio et Trevor Lawrence.[7] La musique de Wonder avait déjà subi un changement passant d'une pop Motown quelques années plus tôt à un style plus personnel. Ce changement avait été évident sur ses deux albums précédents, mais c'est avec Talking Book et Superstition en particulier, qui a amené le nouveau style à la sensibilisation du public en général.

En 2003, la chanson est classée au 74e rang par Rolling Stone dans sa liste des « 500 meilleures chansons de tous les temps »[8], puis en 12e position dans la nouvelle liste publiée par le magazine en 2021[4].

MusiciensModifier

  • Stevie Wonder – chant, clavinet Hohner, batterie, Moog basse
  • Trevor Lawrence – saxophone ténor
  • Steve Madaio – trompette

ClassementModifier

Classement (1972-73) Meilleure
place
  Allemagne (Media Control AG)[9] 21
  Belgique (Flandre Ultratop 50 Singles)[10] 16
  Belgique (Wallonie Ultratop 50 Singles)[11] 35
  Canada (RPM Singles)[12] 6
  Espagne (Promusicae)[12] 20
  États-Unis (Hot 100)[13] 1
  France (IFOP)[3] 32
  Italie (FIMI)[12] 13
  Japon (Oricon)[12] 40
  Pays-Bas (Single Top 100)[14] 10
  Royaume-Uni (Official Charts Company)[15] 11
  Singapour[12] 2
  Turquie[12] 1

UtilisationModifier

  • Ce titre a été repris dans plusieurs films, notamment en 1982 dans The Thing, de John Carpenter et en 2004 dans I, Robot d'Alex Proyas avec Will Smith, Bridget Moynahan, Chi McBride et James Cromwell. Elle est aussi utilisée pour le générique du Grand Journal de Canal+, en étant remixée lors de chaque nouvelle saison.
  • Cette chanson a aussi été utilisée à la fin d'un épisode de la série Alerte Cobra.

ReprisesModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Stevie Wonder - Superstition », sur 45cat (consulté le ).
  2. « Stevie Wonder - Superstition », sur 45cat (consulté le ).
  3. a et b (fr) Infodisc, cliquer sur l'onglet « Stevie Wonder »
  4. a et b (en) « 500 Greatest Songs of All Time », sur Rolling Stone, (consulté le )
  5. « Jeff Beck’s ‘Happenings Ten Years Time Ago,’ ‘People Get Ready,’ others », sur Something Else! Reviews,
  6. « Superstition by Stevie Wonder », sur Songfacts.com
  7. « AllMusic page on Superstition », sur AllMusic
  8. (en) The RS 500 Greatest Songs of All Time.
  9. (de) Charts.de – Stevie Wonder - Superstition. GfK Entertainment. PhonoNet GmbH. Consulté le 1er août 2015.
  10. (nl) Ultratop.be – Stevie Wonder – Superstition. Ultratop 50. Ultratop et Hung Medien / hitparade.ch. Consulté le 1er août 2015.
  11. Ultratop.be – Stevie Wonder – Superstition. Ultratop 50. Ultratop et Hung Medien / hitparade.ch. Consulté le 13 avril 2020.
  12. a b c d e et f Stevie Wonder dans les charts internationaux
  13. (en) Stevie Wonder - Chart history – Billboard. Billboard Hot 100. Prometheus Global Media. Consulté le 1er août 2015.
  14. (nl) Dutchcharts.nl – Stevie Wonder – Superstition. Single Top 100. Hung Medien. Consulté le 1er août 2015.
  15. (en) « Stevie Wonder / full Official Chart History / Official Charts Company », sur officialcharts.com (consulté le ).
  16. « Stevie Wonder Visits Sesame Street In 1973 », sur JamBase, (consulté le ).
  17. Jean-Pierre Hornbach, Whitney Houston: We Love You Forever, (ISBN 9781471631795), p. 427.
  18. « Stevie Ray Vaughan/Stevie Ray Vaughan & Double Trouble Superstition », sur AllMusic.
  19. « Stevie Wonder and Stevie Ray Vaughan - Superstition (1989) », sur YouTube.
  20. Steve Hedgpeth, « Kid's TV », The Star-Ledger,‎ , p. 4 :

    « If that's not enough, she's [Raven Symone] a singer, too. Recently, the Disney Channel had her latest music video, a version of Stevie Wonder's "Superstition," in heavy rotation. »

    .
  21. « Ketchup électrique », sur eddymitchellsclub.net (consulté le ).
  22. « Chaque matin il se lève », sur eddymitchellsclub.net (consulté le ).

Liens externesModifier