Ouvrir le menu principal

Sperry Corporation
Création 1910
Dates clés 1933 - Création de Sperry Corporation.
1955 - Absorption de Remington Rand
Disparition 1986 (devient UNISYS)
Remplacé par UnisysVoir et modifier les données sur Wikidata
Fondateurs Elmer A. Sperry
Forme juridique holding (à partir de 1933)
Siège social Lake Success (New York)
Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité systèmes de guidage, avionique, informatique
Société mère Sperry Gyroscope
Filiales Remington Rand, Ford Instrument Co., Sperry Aerospace, Sperry Vickers
Un terminal Sperry-UNIVAC UNISCOPE 200

Sperry Corporation était une société américaine d'équipements électroniques, qui a existé entre 1910 et 1986. Son siège social se situait à Lake Success et elle disposait d'une usine à Long Island.

HistoriqueModifier

Elmer Ambrose Sperry a fondé Sperry Gyroscope Company en 1910[1]. Cette société fabriquait du matériel de navigation. Une société nommée Sperry Corporation a été créée en 1933. Cette société était un holding incluant un ensemble de sociétés telles que Sperry Gyroscope, ainsi que Ford Instrument Company, Intercontinental Aviation, Inc. et d'autres.

Entre 1946 et 1951, les bureaux de la société à Lake Success, accueillit provisoirement le siège de l'Organisation des Nations unies, avant que celui-ci ne parte définitivement à New York.

En 1953, cette société a produit son premier ordinateur numérique, le SPEEDAC (en). En 1955, Sperry a acheté Remington Rand et a été rebaptisée Sperry Rand[2]. La division informatique prend le nom de Sperry Univac.

En 1978, Sperry Rand décide de se concentrer sur l'informatique, revend un ensemble de divisions telles que Remington Rand Systems, Remington Rand Machines, Ford Instrument Company, Sperry Aerospace et Sperry Vickers. La société reprend également son nom de Sperry Corporation.

En 1986, Sperry fusionne avec Burroughs Corporation et devient Unisys[3]. Certaines divisions de Sperry, telles que Sperry New Holland, Sperry Gyroscope, Sperry Vickers, Sperry Marine et Sperry Flight Systems furent ensuite revendues.

Notes et référencesModifier