Souleymane Keita (peintre)

artiste peintre sénégalais, vit et travaille à Gorée

Souleymane Keita, né le à Gorée[1] et mort le à Dakar[2], est un peintre sénégalais contemporain. Il fit partie de la première génération du mouvement de renouveau artistique né au Sénégal à l'aube de l'indépendance et connu sous le nom d'« École de Dakar ». On évoque à son sujet des peintres du champ coloré, tels que Mark Rothko, Barnett Newman ou Ad Reinhardt[3].

Souleymane Keita
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 67 ans)
DakarVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Formation
École nationale des Arts de Dakar (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Maître
Lieu de travail
Mouvement

BiographieModifier

Né le au Sénégal, Souleymane Keïta est un magicien de l’âme. Artiste plasticien contemporain, il est très inspiré par les couleurs ocre de l’île de Gorée (où il a vécu et créé longtemps) et par la savane sénégalaise. Reconnu comme le doyen et l’un des principaux chefs de file de l’art contemporain au Sénégal, cet artiste émérite est l’auteur de plusieurs expositions internationales. Ses œuvres ont été achetées par de nombreux musées, collectionneurs, institutions, présidences et ambassades à travers le monde. Diplômé de l’École nationale des Beaux-arts de Dakar, sous la direction d’Iba N’Diaye, M. Keïta est aussi professeur de céramique et de peinture au Jamaïca Arts center à New-York et au Japon. Considéré comme le chef de la peinture abstraite au Sénégal, Souleymane Keïta vit par et pour son art, « le magicien de la peinture », comme l’appellent certains, est entre autres membre du Conseil d’administration de Gorée Institut, du Conseil scientifique de la Biennale de Dakar.

DistinctionsModifier

En 2011 il partage avec Cheik Aliou Ndao le Grand Prix des Arts et des Lettres[4].

Sélection d'œuvresModifier

  • Full Moon, 1986
  • Pleine lune à Gorée, 1986
  • Le massacre des Tutsis, 1991
  • Pastel, 2003

Notes et référencesModifier

  1. Moussa Babacar Sy et Friedrich Axt, Anthologie des arts plastiques contemporains au Sénégal, Museum für Völkerkunde, Francfort, 1989, p. 222
  2. « Décès de l'artiste-peintre Souleymane Keita », sur DAKARACTU.COM (consulté le 14 septembre 2020).
  3. Trajectoires : art contemporain du Sénégal : collection Bassam Chaïtou, Musée de l'Ifan de Dakar, Kaani, 2007, p. 59
  4. « Grand prix des arts et des lettres 2011 : Souleymane Keïta et Cheik Aliou Ndao lauréats », in Le Soleil, 31 janvier 2012 [1]

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Yacouba Konaté, « Contre le danger du grand folklore », in Bassam Chaïtou, Serge Villain, Trajectoires : art contemporain du Sénégal : collection Bassam Chaïtou, Musée de l'Ifan de Dakar, Kaani, 2007, p. 59-64 (catalogue d'exposition)
  • Moussa Babacar Sy et Friedrich Axt, Anthologie des arts plastiques contemporains au Sénégal, Museum für Völkerkunde, Francfort, 1989, p. 222
  • Sylvain Sankalé, Souleymane Keita : la représentation de l'absolu, Sépia-Néas, Saint-Maur, 1994, 59 p. (ISBN 2-907888-36-6)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier