Souk El Arbaa du Gharb

(Redirigé depuis Souk El Arbaa)

Souk El Arbaa (en arabe : سوق الاربعاء signifiant « Marché du 4e jour » c’est-à-dire « Marché du mercredi », en berbère ou tamazight ⵙⵓⵇ ⵍⴰⵔⴱⵄⴰ), parfois orthographié « SK4 », est une ville d'environ 90 000 habitants du Maroc. Elle est située dans la région de Rabat-Salé-Kénitra au nord ouest du Maroc .

Souk El Arbaa
سوق الاربعاء (ar)
Souk El Arbaa du Gharb
Administration
Pays Drapeau du Maroc Maroc
Région Rabat-Salé-Kénitra
Province Kénitra
Démographie
Population 69 265 hab. (2014)
Géographie
Coordonnées 34° 41′ nord, 5° 59′ ouest
Altitude 37 m
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Maroc
Voir sur la carte administrative du Maroc
City locator 14.svg
Souk El Arbaa
Géolocalisation sur la carte : Maroc
Voir sur la carte topographique du Maroc
City locator 14.svg
Souk El Arbaa
Souk el arbaa.jpg
سوق الاربعاء الغرب.jpg

La ville est composée des différents quartiers suivants : Hay Badr, Hay Pam, Hay Jadid, Hay Ziz, Hay Taqadoum, Ouled Douba, Siyeh, Quashla (Centre-ville), Hay Hind, Hay Salam et Ouled Ben Sbaa.

On y trouve trois collèges et deux lycées publics :

GéographieModifier

La ville de Souk El Arbaa est située en léger piémont sur le bord septentrional de la plaine fertile du Gharb à une altitude d'environ 35 mètres. La capitale de la province, Kénitra, et la capitale du pays, Rabat, se situent respectivement à 87 et 132 km au sud-ouest.

Souk El Arbaa est une ville carrefour qui relie les routes de Tanger au nord, de Kénitra et Rabat au sud ouest, de Meknès et Fès au sud-est. Souk el Arbaa se situe historiquement au bord d'une immense zone humide, anciennement inondée les mois d’hiver, qui a été progressivement été asséchée et utilisée pour l'agriculture.

ClimatModifier

Le climat influencé par l'Atlantique est tempéré à chaud. La pluie (environ 600 mm d’eau par an) tombe presque exclusivement pendant les mois d'hiver. Sur le tout le bassin de l'oued Sebou, les précipitations se répartissent en effet inégalament suivant deux saisons :

  • La saison humide, d’octobre à mai, environ 90% des précipitations totales ;
  • La saison sèche, de juin à septembre, environ 10% des précipitations totales .

PopulationModifier

date 1994 2004 2014
population 37.216 43.392 69.265

Une grande partie de la population actuelle de la ville est d'origine berbère. Elle est descendue des régions montagneuses et désertiques voisines depuis les années 1960.

EnseignementModifier

CollègesModifier

  • Elgarb
  • Salah Eddine Al Ayoubi
  • Mouad Ben Jabal
  • Bni Malek

LycéesModifier

  • Moulay El Hassan
  • Sidi Aissa

AgricultureModifier

Connue pour ses plantations d'orangers dans les années 1950, l'agriculture s'est depuis diversifiée.

HistoireModifier

AntiquitéModifier

Souk El Arba est un camp militaire romain (site dit de la Ferme Biarnay)[1].

Histoire moderneModifier

Jusqu'au début du XXe siècle, la ville n'était guère plus qu'un village agricole ou un bourg (Suq ou Souk). Son développement urbain a commencé à l'époque coloniale française.

Pendant la période coloniale, Souk El Arbaa était située à la frontières du Maroc sous protectorat français avec le Maroc espagnol. En raison de ce positionnement stratégique, la France y stationna à partir de 1948 la 6e compagnie du 1er Régiment des Tirailleurs Marocains (RTM), commandée par le capitaine Jean Libraire.

Après l'indépendance du Maroc (), le développement de Souk El Arbaa s'est encore intensifié. La ville offre les infrastructures économiques et sociales (commerce, artisanat, banques, assurances, écoles, hôpitaux, etc.) qui ont attiré les habitants des villages environnants.

Le , des partisans du mouvement d'indépendance de l'Istiqlal ont commis un massacre de membres d'un groupe rival. Cet événement (aujourd'hui presque oublié) n'a été ramené aux yeux du public qu'en 2015 par l'auteur Driss Ganbouri dans le roman Zaman Al Khaouf («Le temps de la peur»).

Personnalités liées à la villeModifier

  • Mostafa Gliti, écrivain marocain, y est né en 1950[réf. nécessaire].
  • Mohammed Jellali (1944-2014), ingénieur hydrologue, membre résident de l’Académie Hassan II des Sciences et Techniques, y est né[2].
  • Mohamed Zafzaf (1943-2001), écrivain marocain, y est né.
  • Ali Ech-Chafi aka Cikel (1991), artiste, rappeur, y est né.

Notes et référencesModifier

  1. René Rebuffat, « Recherches sur le bassin du Sebou ( Maroc) », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, vol. 130, no 4,‎ , p. 633–661 (DOI 10.3406/crai.1986.14433, lire en ligne, consulté le )
  2. ATLASINFO, « Maroc: décès de Mohammed Jellali, membre résident de l'Académie Hassan II des Sciences et Techniques », sur Atlasinfo, (consulté le )