Ouvrir le menu principal

Le Soroptimist, dont le nom n'a rien à voir avec l'optimisme mais signifie « le meilleur pour les femmes », est un club service dont le recrutement est féminin.

Sommaire

Histoire, siège et effectifsModifier

Le mouvement a été fondé en 1921[1]. Le siège du Soroptimist International des Amériques est situé à Philadelphie (Pennsylvanie). L'organisation compte approximativement 95 000 membres dans plus de 120 pays. La section française a été créée en 1924 par Suzanne Noël[2]. Y contribue Alice La Mazière, qui en assure la présidence jusqu'en 1926.

PrincipesModifier

Le Soroptimist International (« SI ») est un réseau mondial de femmes exerçant une activité professionnelle et aidant de leurs compétences les communautés locales, nationales et internationales en faveur des droits humains et du statut de la Femme. Premier club service féminin, le Soroptimist International est mondial. C’est un mouvement interprofessionnel, non politique et non confessionnel. Relevant du statut des Organisations Non-Gouvernementales, accrédité auprès des agences de l'ONU (ECOSOC, UNESCO, UNICEF, HCR, PNUD, FAO et OIT), le Soroptimist International est à l'origine de mouvements de générosité. Conformément à leurs statuts associatifs, les Soroptimistes sont ainsi des communautés d'intérêt de femmes[1],[3].

ÉtymologieModifier

Nota Bene : ce nom a pour origine l'expression « sorores ad optimum » : « sœurs pour le meilleur », qui s'est traduite chez les soroptimistes anglo-saxonnes par « le meilleur pour les femmes » (The best for Women)[4].

Anciens membres célèbresModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) « https://www.soroptimistinternational.org/about-us/history/ »
  2. « http://www.biusante.parisdescartes.fr/sfhm/hsm/HSMx1988x022x001/HSMx1988x022x001x0021.pdf »
  3. (en) Soroptimist International Union Française, « Soroptimist International Union Française - Une vision pour l'avenir, une dynamique pour le présent », sur www.soroptimist.fr (consulté le 4 mars 2018)
  4. repris de la FAQ sur le site de la section française du Soroptimist International
  5. « Cécile Brunschvicg - 8mars.info », sur 8mars.info (consulté le 4 mars 2018)
  6. « Marie Jeanne Bassot », Mémoires vives,‎ (lire en ligne, consulté le 4 mars 2018)
  7. Armand Brulhart, « Biéler [-Butticaz], Cécile », sur HLS-DHS-DSS.CH (consulté le 4 mars 2018)
  8. Rémy Amouroux, Anne Berman (1889-1979), une «simple secrétaire» du mouvement psychanalytique français?, vol. 73, (lire en ligne)
  9. « Wikiwix's cache », sur archive.wikiwix.com (consulté le 4 mars 2018)

Lien externeModifier