Ouvrir le menu principal

Songe à Lampedusa

recueil de poésie de Josué Guébo

Songe à Lampedusa
Image illustrative de l’article Songe à Lampedusa
L'île de Lampedusa

Auteur Josué Guébo
Pays Drapeau de la Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire
Genre Poésie
Éditeur Panafrika/Silex
Date de parution
Nombre de pages 70
ISBN 9782912717702
Chronologie

Songe à Lampedusa est un recueil de poésie de Josué Guébo, publié en 2014. L'ouvrage reçoit, la même année, le Prix Tchicaya U Tam'si pour la poésie africaine[1].

Sommaire

ThèmeModifier

La thématique principale de Songe à Lampedusa fait référence au naufrage d'environ 500 migrants clandestins africains près de l'île italienne de Lampedusa, proche de la Sicile ; et qui se solde par 366 morts[2]. Le livre traite, sur cette base, de l'émigration massive de la jeunesse africaine vers l'Europe[3]. Il décrit les raisons qui poussent à l'émigration, les conditions dans lesquelles les voyages s'effectuent et les conséquences souvent dramatiques de ces aventures.

Le poète usant à la fois d'éléments mythologiques et historiques, questionne dans cet ouvrage des réalités complexes sur la nature de l'homme et son identité[4].

RésuméModifier

Songe à Lampedusa est l'histoire de centaines de jeunes, de diverses religions, qui partent de Libye, de Somalie, d'Érythrée ou du Mali en direction de l'Europe et dont la plupart périssent durant la traversée. Ceux qui échappent aux profondeurs de l'océan et atteignent l'île de Lampedusa, seront confrontés à la clôture électrique des haines.

C'est également, à travers le temps et l'espace, une réécriture avec un brin d'ironie, de l'Iliade ainsi que de l'Odyssée et d'une manière générale, du mythe d’Ulysse.

StyleModifier

Songe à Lampedusa est un recueil de poèmes qui se présente cependant comme un seul texte. L'ouvrage apparaît comme une mise en vers d'un récit et tient de ce fait à la fois de la poésie et de la narration. Il use par endroits d'anaphores et d'allégories[4].

L'auteur y présente des souvenirs mais aussi des attentes à travers une randonnée qui le conduit à travers mer, rêve, radeau, angoisse et naufrage[4].

Prix littéraireModifier

ÉditionsModifier

RéférencesModifier

  1. Najat Faïssal, « Moussem culturel d’Asilah : Le Prix Tchicaya U Tam’si attribué au poète ivoirien Josué Guebo », sur Aujourd'hui le Maroc, (consulté le 22 août 2014)
  2. « «Prix de poésie Tchicaya U Tam'si» L’Ivoirien Josué Guébo remporte à Assilah l’édition 2014 », sur lematin.ma, (consulté le 22 août 2014)
  3. E. Massiga FAYE, « Prix Tchicaya U Tam’si de la poésie africaine : Lauréat, Josué Guébo sur les traces des aînés », sur Le Soleil Online, (consulté le 22 août 2014)
  4. a b et c Anas Atakora, « Josué Guébo Songe à Lampedusa », sur ae-ci.org, (consulté le 22 août 2014)