Song Qi

homme d'État, historien, essayiste et poète chinois de la dynastie Song

Song Qi (chinois simplifié : 宋祁 ; chinois traditionnel : 宋祁 ; pinyin : Sòng Qí), né en 998 et mort en 1061, est un homme d'État, historien, essayiste et poète chinois de la dynastie Song.

Song Qi
Biographie
Naissance
Décès
Prénom social
子京Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Père
Song Qi (d) ou Song Zhun (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Song Junguo (d)
Song Fengguo (d)
Song Fuguo (d)
Song Yanguo (d)
Song Huiguo (d)
Song Baoguo (d)
Song Guangguo (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Conseiller impérialModifier

Song était grand conseiller à la cour impériale chinoise[1]. Cette fonction l'a amené à devenir analyste militaire :

"La raison pour laquelle nos ennemis du nord et de l'ouest sont capables de résister à la Chine est précisément parce qu'ils ont beaucoup de chevaux et que leurs hommes sont habiles à monter à cheval ; c'est leur force. La Chine a peu de chevaux, et ses hommes ne sont pas habitués à monter ; c'est la faiblesse de la Chine. . . . La cour essaie constamment, avec notre faiblesse, de s'opposer à la force de nos ennemis, afin que nous perdions chaque bataille. . . . Ceux qui proposent des remèdes à cette situation souhaitent simplement augmenter nos forces armées afin d'écraser l'ennemi. Ils ne se rendent pas compte que, sans chevaux, nous ne pourrons jamais créer une force militaire efficace." [2]

Alors que la Chine avait beaucoup d'hommes dans la cavalerie chinoise, très peu d'entre eux avaient réellement des chevaux à monter ; et s'ils avaient réellement un cheval, ils montaient mal. À l'opposé, les forces militaires issues de l'Asie intérieure avaient de nombreux chevaux et les hommes avaient d'excellentes compétences en équitation.

HistorienModifier

En tant qu'historien et écrivain, Song est surtout connu pour son travail en tant que co-auteur de Nouveau Livre des Tang (新唐書), ouvrage réalisé en collaboration avec Ouyang Xiu[3],[4] et officiellement présenté à l'empereur Song Renzong en 1060.

RéférencesModifier

  1. (en) Tze-ki Hon et Professor of History State University of New York at Geneseo Visiting Research Fellow Tze-Ki Hon, The Yijing and Chinese Politics: Classical Commentary and Literati Activism in the Northern Song Period, 960-1127, SUNY Press, (ISBN 978-0-7914-6311-6, lire en ligne)
  2. (en) Herrlee Glessner Creel, What Is Taoism?: And Other Studies in Chinese Cultural History, University of Chicago Press, (ISBN 978-0-226-12047-8, lire en ligne)
  3. Boyd, Kelly. (1999). Encyclopedia of Historians and Historical Writing, vol. 1, p. 228. sur Google Livres
  4. « Chine : Le Ministre des abricotiers », sur Tela Botanica, (consulté le )

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier