Ouvrir le menu principal

Sonderfahndungsbuch Polen
Page des Personnes commençant par la lettre "G".

La Sonderfahndungsbuch Polen (français : « Livre spécial des individus polonais recherchés ») est une liste de personnalités polonaises, rédigée en prélude à l'invasion nazie de la Pologne. Cette « liste des ennemis du Reich » a été rédigée par le Bureau Central II / P - Pologne (« Zentralstelle IIP Polen »), une unité spéciale des SS ainsi que par la Gestapo et les Allemands vivant dans l'ouest de la Pologne. Elle contenait les noms de 61 000 membres de l’élite polonaise qui devaient être fusillés par des unités spéciales armées des nazis en vue d’annexer plus facilement les territoires de la Pologne en 1939.

HistoireModifier

En mai 1939, en vue de faciliter la prochaine invasion[1], occupation et administration des territoires annexés de la Pologne, Reinhard Heydrich crée le Bureau Central II / Pologne ( « Zentralstelle II / P » ), une unité spéciale des SS de la Sicherheitsdienst à Berlin [2], pour établir une première liste de personnalités polonaise. Une deuxième liste « des individus polonais particulièrement dangereux du Reich » est parallèlement rédigée au siège de la Gestapo à Berlin avec l’aide des Allemands habitant dans l'ouest de la Pologne [3].

Les deux listes sont fusionnées en une unique liste dans la « Sonderfahndungsbuch Polen » (français : « Livre spécial des mandats d’arrêts - Pologne ») reproduisant 61 000[4] noms de Polonais classés par ordre alphabétique. Outre le nom et prénom, la liste informe de la fonction, la profession, l’appartenance syndicale et le lieu de résidence. Les personnes inscrites sont membres de la société polonaise, défini de manière très large comme : enseignants, universitaires, chercheurs, scientifiques, médecins, avocats, juges, anciens officiers, anciens combattants, prêtres, acteurs, artistes, …[5].

En juillet 1939, la liste est imprimé sous forme de livre au siège de la police de sécurité et du SD à Berlin[6].

Opération IntelligenzaktionModifier

Dès l'invasion de la Pologne, les personnes figurant sur la liste devaient être envoyés en camps de concentration ou fusillés sur place lors de leur identification[1] par des unités spéciales armées des nazis, les Einsatzgruppen, Einsatzkommando et Volksdeutscher Selbstschutz, lors de l’Opération Intelligenzaktion (seconde phase de l’Opération Tannenberg).

En 1940, une deuxième édition bilingue de la Sonderfahndungsbuch Polen a été publiée en allemand et en polonais à Kraków [7]. Plus tard, la liste est sortie sous le nom de « Fahndungsnachweis » (français : « Preuve des personnes à arrêter» [8]. Parmi les personnalités mentionnées figuraient entre autres un sportif de premier plan qui avait représenté la Pologne aux Jeux olympiques d'été de 1936.

Seul un petit nombre de personnes inscrit sur la liste a réussi à survivre à l'occupation nazie.

RéférencesModifier

  1. a et b Dr Jan Moor-Jankowski, Holocaust of Non-Jewish Poles During World War II. Polish American Congress, Washington Metropolitan Area Division. Retrieved 29 September 2015.
  2. Fritz Arlt: Polen- Ukrainer-Judenpolitik im Generalgouvernement für die besetzten polnischen Gebiete 1939 bis 1940 in Oberschlesien 1941 bis 1943 und im Freiheitskampf der unterdrückten Ostvölker. Wissenschaftlicher Buchdienst Taege, Lindhorst 1995.
  3. Stanisław Dąbrowa-Kostka, Hitlerowskie afisze śmierci (eng. "Nazi death posters"), KAW Warszawa 1983, p. 339, (Polish), (German), (English)
  4. Ryszard Majewski: Waffen SS. Mity i rzeczywistość. Zakład Narodowy im. Ossolińskich, Wrocław 1977, p. 53.
  5. (en) Richard Lukas, The forgotten Holocaust : the Poles under German occupation, 1939-1944, New York, Hippocrene, , 358 p. (ISBN 978-0-781-80528-5, OCLC 809279382), p. 8.
  6. "Sonderfahndungsbuch Polen", Herausgegeben vom Reichskriminalpolizeiamt Berlin C2, Wederscher Mark 5/6, Berlin 1939, p. 1-192.
  7. Sonderfahndungsbuch Polen. Ergänzungsnachtrag über entwichene oder vorzeitig entlassene Straf... , Krakow.
  8. Stanisław Dąbrowa-Kostka: Hitlerowskie afisze śmierci. KAW Warszawa 1983, p. 92.